vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Sur la trace des Tigres, SUD Polska (11-12-2013)

S’implanter en Pologne ? La belle idée ! La visite du centre commercial Galeria Katowice, livré en septembre 2013, est l’occasion pour les associés de SUD Architectes de présenter leur filiale SUD Polska, ses motivations et réalisations. Parmi ces dernières, le vaste projet de réaménagement du pôle transport de Katowice, la capitale de la Voïvodie, en Silésie.

Commerces et hôtels | Transport et ouvrages d'art | Pologne | SUD Architectes

Au fait, connaissez-vous les Tigres de Katowice ? Trois ingénieurs - Klyszewski, Mokrzynski et Wirzbicki - sont les auteurs de la gare de Katowice, réalisée en 1972. Caractérisée par seize parapluies de béton brut - les «calices» -, l'édifice est l'une des réalisations majeures du brutalisme architectural en Pologne.

Les années passent, les révolutions périclitent et l'architecture souffre de l'usure. Qu'en faire ? En 2007, PKP, Société des Chemins de Fer, organise un concours. L'ambition est de financer le réaménagement du pôle de transports de la ville en y créant, par dessus, un centre commercial. Jusqu'alors, les structures précaires devenues pérennes vieillissaient et les calices n'avaient plus rien de leur superbe.

02(@SUD).jpgConserver ou détruire, la notice du concours ne prévoyait rien à ce sujet. Le piège.

Invité à concourir après avoir fait ses preuves quant à l'architecture commerciale à Lódz - le projet Manufaktura ayant été remarqué -, SUD Architectes n'a, a priori, aucune opinion quant à la préservation ou non de la gare.

Consultées, les équipes municipales n'avaient pas plus d'avis. In fine, SUD Polska privilégie la conservation de la structure. «Ceux qui prônaient la démolition ont été éliminés du concours», se souvient Jocelyn Fillard, directeur de l’agence.

Dix-sept équipes internationales - architectes et promoteurs - avaient été retenues pour cette compétition. «Nous étions face aux plus grandes agences polonaises», poursuit-il. En tout et pour tout, la compétition s'étale sur deux ans et trois tours. Verdict en 2009.

«L'idée de notre projet était de proposer au passager de quitter son train et de prendre son bus ou son tramway sans traverser une voie de circulation», résume l'architecte.

A l'époque, le bureau de Varsovie n'avait pas encore été créé. «La première équipe à avoir planché sur le projet était basée à Lyon puis je suis 'rentré' en Pologne pour finir le concours», se souvient-il. Désignée lauréate, l'agence française a pu ainsi mettre sur pied une équipe devenue depuis SUD Polska.

03(@ErickSaillet)_S.jpg«Nous avons ouvert l'agence polonaise en 2007. Nous profitions également de la vague 'Manufaktura'», précise Nicolas Roques, directeur administratif de l'antenne.

«Nous nous développons d'opportunité en opportunité», reprend Bertrand de Lagarde, Président de SUD. «Dix ans après la chute du Mur, je suis venu en Pologne avec Olivier Stirn, alors ministre du Tourisme. Il était certain que le pays allait sortir de son état léthargique. Aussi, il avait acheté des terrains à Lódz au sein de l'ancienne usine textile d'Izrael Poznański. Nous y avons développé ensemble 'Manufaktura'. Nous débutions notre implantation en Pologne», confie-t-il.

Aujourd'hui, SUD Polska se revendique comme étant l'une des cinq agences étrangères les plus importantes en Pologne, soit trente-cinq collaborateurs, «tous polonais», note Nicolas Roques. «Nous sommes considérés comme une agence d'origine française enracinée en Pologne», poursuit-il.

«Nous répondons à des missions globales allant de la conception à la réalisation en passant par l'ingénierie. Ici, la tradition est de confier la totalité de la mission», affirme-t-il. Sans doute, parce qu'en Pologne, l'homme de l'art est ingénieur avant d'être architecte.

04(@ErickSaillet)_S.jpgA Katowice, la mission était donc complète. L'opération est, quant à elle, phasée en quatre temps. La gare ferroviaire, la gare de bus puis le centre commercial et enfin, à venir, la réalisation d'un business center.

«Le parti de notre projet était de reconstituer l’îlot du XIXe siècle», indique Jocelyn Fillard. Pour note, l'ensemble du pôle transports de la ville s'était développé dans les années 70 dans une vaste arrière-cour urbaine abandonnant l'ancienne gare du XIXe siècle alors vraisemblablement inadaptée.

En plus de retrouver une forme d'urbanité perdue, SUD Polska s'était engagée à restaurer la gare et ses calices de béton. Sauf qu’après analyse de la structure existante, celle-ci s'est avérée fragile et inadaptée aux nouvelles normes liées à l'enneigement. «Nous l'avons refait à l'identique», lance l'architecte.

«La reconstruction de la gare ferroviaire nous a offert la possibilité de positionner la gare de bus à l'emplacement des anciennes fondations», explique-t-il. Un mal pour un bien.

«Nous avons fait l'inventaire exact de la structure avant de la détruire. Nous avions aussi les documents originaux que nous avons analysés et nous avons même travaillé des échantillons de béton pour reproduire la même granulométrie», poursuit-il. L'agence est allée jusqu'à retrouver la trace du dernier des Tigres dans une maison de retraite à Chicago.

«Autrefois, d'aucuns ne pouvaient profiter de la construction dans sa majesté», soulignent les architectes. Sur place, en mire d'un axe désormais piétonnier, deux calices s'offrent au regard. A leur pied, l'élancement et la matérialité fascine tout autant les journalistes. L'irrégularité du béton planche séduit et les photos des coffrages ne laissent pas de fasciner.

05(@ErickSaillet).jpgOutre quatre calices laissés apparents dans la gare, les autres ont été engloutis par la structure commerciale. Business is business. Toutefois, les flux sont distincts et l'usager des transports n'est pas un consommateur forcé. La perméabilité entre transport et commerce existe sans pour autant être imposée. A chacun son trajet.

«Nous voulions un contraste fort entre l'architecture brutaliste de la gare et le parti organique du centre commercial», expliquent les architectes. Aussi, le nouvel édifice, tout en courbes, tente, aux dires de ses concepteurs, de réinterpréter la tradition des angles de rue à Katowice où chaque intersection a été l'occasion d'un exercice de style, tantôt Sécession, tantôt moderniste.

A l'intérieur de la galerie marchande, quatre niveaux peuvent surprendre. Le parti est dense. Les Polonais ne refusent ni de monter ni de descendre. Le schéma associant centre commercial vertical et gare se retrouve tout autant à Varsovie qu'à Cracovie. Katowice ne fait pas figure d'exception.

Quid, enfin, des douze autres calices reconstruits ? Au détour d'une imposante allée, les voici. Mais voilà que la norme les défigure. «La réglementation incendie se calque sur les règles russes et impose des murs d'eau en cas d'accident», précise Jocelyn Fillard. Les tuyaux serpentent en tout sens. Autant que faire se peut, les architectes ont tenté de réduire l'impact visuel.

06(@ErickSaillet)_B.jpgSous les polygones de béton, quelques boutiques de vêtements et autres friperies chics. «Nous avions initialement positionné à cet endroit les espaces de restauration. Notre client a exigé que nous les placions à l'angle, face à la rue et, en terme de programme, nous étions obligés de faire sous les calices des espaces commerciaux», semble s'excuser le maître d’oeuvre.

Au regret, la surprise. Le centre commercial est élégant et sobre. Exit les ambiances de fausses jungles et de pampas en plastique, exit les compartimentages kiwi, framboise et mangue, exit les thématiques débilitantes des centres français.

Pour SUD Polska, une maîtrise (d’oeuvre) totale.

Jean-Philippe Hugron

Fiche technique

Concours remporté en 2009 / PC obtenu en 2010
Mission : Revitalisation du quartier de la gare

Phase 1
Réhabilitation de la gare ferroviaire
Création d’une gare routière
Réécriture de l’espace public en liaison avec le centre de la ville
Création d’un tunnel shunt
Création de parkings enterrés
Création de volumes de délivrances enterrés
Commerces et loisirs
Surfaces développées : 160.000m² sur un tènement de 6.7 hectares en centre-ville
Inauguration de la gare ferroviaire : novembre 2012
Inauguration de la gare routière : janvier 2013
Inauguration du pôle de commerces et loisirs : septembre 2013.

Phase 2
Business center et hôtel 4* (PC déposé)

Phases 3 et 4 phasage non définitif
Liaison entre le nord et le sud de la ville - Création d’une place avec accès à la gare et au centre commercial
Réhabilitation de bâtiments près de l’ancienne gare, création de voies piétonnes et parkings en sous sol.

Maîtrise d’ouvrage : joint-venture PKP (société de chemin de fer polonaise) et Neinver Polska
Maître d’oeuvre : SUD Architekt Polska / Architecte mandataire : SUD Architekt Polska

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Album-photos |Mazette ! Quelle extension !

Dans la vallée du Gard, un mazet n’attendait plus qu'une seconde jeunesse. Pour ce faire, une extension lui a été imaginée, un volume de béton, «monolithique et sculptural» selon ses concepteurs,...[Lire la suite]

elzinc

Visite |Keramis et les cinq mousquetaires

Un bâtiment en peau de girafe. La proposition est étonnante d’autant plus qu’elle revêt le musée de la céramique de La Louvière. Sans doute faut-il y voir une allusion aux craquelures du...[Lire la suite]



elzinc

Présentation |Fernando Menis, volcan, soupe et kilomètre zéro

Depuis Tenerife, Fernando Menis imagine une architecture tellurique, quasi volcanique. La plupart de ses édifices sont d’imposantes structures minérales, plus ou moins torturées, autant que peuvent l’être...[Lire la suite]

elzinc novembre

Brève |Espace collectif à Casablanca : Workshop 'CasaLyon'

En réponse à une demande formulée par l’orphelinat de Sidi Bernoussi, à Casablanca, pour l’aménagement de ses espaces extérieurs, le collectif de jeunes architectes PourquoiPas ?! et plusieurs...[Lire la suite]

elzinc

Présentation |Un art de la douceur, Atelier Martel

Sur un élégant dossier consacré à la Maison d’Accueil Spécialisée pour épileptiques à Dommartin-lès-Toul, Atelier Martel fait figurer son nom en lettres capitales ainsi que les mots...[Lire la suite]

elzinc

Album-photos |Le centre d'innovation de Santiago ? Elemental, mon cher Watson

«La plus grande menace pour un centre d’innovations est l’obsolescence fonctionnelle et stylistique», affirme Alejandro Aravena. Aussi, le fondateur de l’agence chilienne Elemental a conçu un parti atemporel...[Lire la suite]