Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Maisons Individuelles 2014

Présentation | La première pierre de Carl Fredrik Svenstedt (22-01-2014)

Il construit en pierre. Il est suédois. Carl Fredrik Svenstedt ! Le jeune architecte installé à Paris a livré, en 2012, sa première maison en pierre. Il s'agit d'une villa, la Stone House, construite à Saint-Philibert, près de Villars (84), dans le Luberon. Au sommet de la colline, le grand paysage. L'hiver, le vent. L'été, les cigales. «Un endroit pour rêver», assure l'architecte.

Logement individuel | Pierre | | Carl Fredrik Svenstedt

Il faut, tout d'abord, planter le décor. Quelques vieilles pierres, deux-trois maisons en ruine, reliquat d'un ancien hameau, quelques herbes folles, des vignes, des sapins et un feuillu. La page n'était pas totalement blanche. La réglementation non plus.

«Une réglementation conservatrice», indique l'architecte en toute politesse. «Il est impossible de construire là où il n'y a pas de construction», dit-il. Ces murs écroulés furent une chance inespérée.

Demeurait cependant à construire avec les matériaux locaux et selon les lignes édictées : tuiles, matériaux couleurs pierre, toit à double pente. Bref, droit devant, l'écueil de la cigaloune. Sauf qu'en guise de client, Carl Fredrik Svenstedt dispose d'un couple éclairé et que le couple éclairé a pour architecte Carl Fredrik Svenstedt. Les uns aussi suédois que l'autre.

02(@HerveAbbadie)_S.jpgLa rencontre s'est opérée par média interposé. Petite annonce ? «Une publication dans Wallpaper», précise l'architecte. La gageure du papier glacé.

Quelques rendez-vous plus tard, le site, plus que la commande, intrigue l'homme de l'art : «son côté 'urbain' et son côté ruineux». L'endroit est assez «poétique» pour ne pas dire «féérique».

«Ce projet est fait pour s'effacer face à la matière», dit-il. La pierre ne relevait pourtant pas de l'évidence. Il fallut plusieurs trajets en voiture, quelques arrêts sur une aire de repos à côté d'Avignon et, enfin, la vue d'un chantier d'une construction en pierre sur une route du Luberon pour finir par convaincre l'architecte. «Je pensais jusqu'alors utiliser du béton», confie-t-il.

03(@HerveAbbadie)_S.jpgA nouveau matériau, nouvelle intention. «J'ai du simplifier le plan, tracer des murs linéaires et concevoir des parallélépipèdes», dit-il. Les blocs de pierre, aussi simples soient-ils, ne sont pas des plus malléables. Carl Fredrik Svenstedt ne s'en plaint d'ailleurs pas. «J'aime la géométrie. Je suis d'une génération formée à l'analogique. La transition digitale n'a eu lieu que lorsque j'ai quitté l'école», raconte-t-il.

«J'ai alors vu des exemples de murs traditionnels et historiques», dit-il. Et donc, le dessein de rester sobre, sauf pour le «dernier mur». «J'ai voulu expérimenter ; j'ai écarté les pierres et me suis inspiré de travaux paramétriques», poursuit-il. L'effet est aussi esthétique que séduisant et Carl Fredrik Svenstedt transforme même l'essai en projet ; actuellement, sur les planches de l'agence, un chai viticole tout en pierres.

04(@EricLaignel)_S.jpgLa Stone House est, pour l'architecte, une première. «La mise en oeuvre a été aussi simple qu'elle me semblait», sourit-il. «Un jeu de Lego !». Qui plus est, le matériau «n'est pas cher» et les grands blocs «assurent le confort climatique».

La maison reprend l'idéal japonais du «paysage emprunté» : «nous 'empruntons' les vues lointaines. Par-dessus le mur, nous ne voyons pas le voisin mais le haut de la montagne», dit-il. Le mont Ventoux en guise de Fuji-Yama.

«Nous avons conçu une grande toiture à l'image d'un bâtiment agricole, en somme, d'une grange. Tout se passe, ensuite, sous le toit», précise Carl Fredrik Svenstedt. L'ouvrage est habillé, à l'intérieur, de bouleau en contre-plaqué. «Mon côté nordique», ironise l'architecte.

«J'ai beaucoup utilisé le bois en tant qu'architecte et designer. Je voulais travailler un matériau et non un support à peindre», dit-il.

Au fait, les blocs de grès de 50cm qui donnent son épaisseur à la maison sont issus d'une carrière située près du Pont du Gard. Les Romains l'utilisaient déjà en matériau de structure.

Jean-Philippe Hugron

Fiche technique

Programme : Maison privée, piscine et jardins
Lieu : Saint-Philibert, Villars (84)
Maîtrise d'ouvrage : privée
Maîtrise d'oeuvre : Carl Fredrik Svenstedt / Tae In Kim
BET structure : Beccamel Mallard
Surface : 236m²
Livré : 2011

Réagir à l'article


Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]




Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]


Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo

Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]

Portrait |Pierre-Alain Dupraz, architecte-topographe

«Pour mes pairs, je serais romand de tendance française», sourit Pierre-Alain Dupraz. De l'autre côté de la frontière, en France, il est, tout simplement, un architecte «suisse». De fait, il...[Lire la suite]

Portrait |Ludwig Leo, le techno-pop berlinois

L’AA School rend hommage à Ludwig Leo, figure discrète de la scène architecturale allemande disparue en 2013. L’exposition, qui fait escale à Londres du 5 mai au 6 juin 2015, a d’ores et...[Lire la suite]