Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Maisons Individuelles 2014

Présentation | Urgnano : vivez cachés ! (22-01-2014)

Dans le nord de l'Italie, pour vivre heureux, vivons cachés. L'adage, tiré d'une fable, est ainsi la commande peu ordinaire passée à Matteo Casari et Valentina Giovanzani, architectes de Bergame, pour la réalisation d'une maison, livrée en 2012, en périphérie d'Urgnano en Lombardie. Pour répondre à ce défi, un parti sens dessus-dessous. 

Logement individuel | Italie | Matteo Casari Architetti

«La villa privée à Urgnano a été conçue comme un édifice totalement abstrait qui s'émancipe du site où il est implanté, lequel est totalement dépourvu d'intérêt paysager», affirme Matteo Casari, mandataire du projet avec sa compagne Valentina Giovanzani.

Contactés par un couple souhaitant bâtir sa maison, les architectes ont bénéficié d'une liberté rarement accordée par les maîtrises d'ouvrage privées : «nous avons pu choisir, en accord avec notre client, le terrain de la maison ; il n'avait aucune idée précise et hésitait entre deux adresses dans les environs d'Urgnano», explique Matteo Casari. «Nous avons privilégié celui qui nous semblait être le plus intéressant du point de vue urbain», dit-il. Pour le confort de la maîtrise d'ouvrage privée, une seule contrainte : la discrétion.

02(@AndreaMartiradonna)_S.jpgLe projet a, comme bien souvent, évolué au fil du temps selon les nécessités changeantes du client. Ici, une porte ? Là, une fenêtre ? Après un premier rendez-vous, le duo d'architectes avait imaginé, sur trois niveaux, une construction «plutôt traditionnelle».

Les envies changent autant que les humeurs : exit la tradition. Au final, deux principes sont retenus : une maison de plain-pied et «cachée de l'extérieur». Un brin pudique, ce client ?

«Nous devions en conséquence organiser toutes les pièces sur un seul niveau et donc occuper l'entière surface du site rectangulaire», souligne l'architecte. De fait, la maison s'aligne avec les constructions alentours, notamment sur la rue.

Afin de protéger la vie privée du client, les architectes ont «renversé le concept des ouvertures». Positionnées à un mètre du sol, baies et fenêtres n'offrent, à qui veut voir et regarder, qu'une vision réduite de l'intérieur. «Nous avons conçu cette maison sur une base vitrée en forme de L haute de 1m50, le tout couvert d'une boîte de béton rectangulaire. Le seul élément extérieur partiellement visible est la piscine, toutefois à moitié couverte», souligne Matteo Casari.

03(@AndreaMartiradonna)_S.jpgLibre à ceux qui vivent dans cette maison, qui s'y déplacent, de le faire toujours visage caché... Du moins vu de l'extérieur. Question d'intimité, certes, mais aussi d'éclairage. «La lumière rentre en rasant le sol», décrit l'architecte, soulignant au passage la beauté des rayons bas du soleil d'hiver.

Bref, une maison sens dessus-dessous. «Nous nous sommes adaptés au site et à notre client», assure Matteo Casari. Les matériaux sont, quant à eux, induits par la «réponse structurelle qui permet d'avoir pour assise 110m² de vitrage. Il n'y a, a priori, aucun choix purement esthétique», affirme l'architecte.

Le choix est limité. Sur la liste, béton ou acier. Les architectes ont coché la première solution, la seconde étant jugée «trop froide». «Nous avons opté pour un béton qui s'appuie sur une lame porteuse et deux poteaux», note l'homme de l'art. «Ce matériau nous a permis de garder une architecture simple dépourvue de tout ornement sauf, peut-être, la couleur anthracite dont nous avons habillé la façade», précise-t-il.

Cette maison est donc, selon Matteo Casari et Valentina Giovanzani, une «architecture composée d'un ensemble de gestes architecturaux sobres et utiles qui ne sont pas dictés par nos goûts personnels mais par la forme du site, les nécessités des clients et la structure».

Des goûts et de la pudeur...

Caterina Grosso

Fiche technique

Lieu : Urgnano, Lombardie, Italie
Client : Privé
Architectes : Matteo Casari et Valentina Giovanzani, Matteo Casari Architetti
Surface : 350m²
Chantier : 2011-2012

Réagir à l'article





Portrait |Nuno Teotónio Pereira, le modernisme contre Salazar

Dans la lignée des reconnaissances tardives, après Frei Otto, lauréat du Prix Pritzker 2015, Nuno Teotónio Pereira s’est vu récompensé le 13 avril 2015, à 93 ans, du Prix de...[Lire la suite]

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]


Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]

Portrait |FUSO, les trois jamais à l'étroit

«Voyez avec notre avocat». La phrase pourrait en effrayer plus d'un. Elle se veut, bien au contraire, rassurante. Le troisième homme de l'agence parisienne FUSO, Ghislain Grotti, est un professionnel du droit des affaires. La...[Lire la suite]

Portrait |André Ravéreau par le détail

La disparition d'André Ravéreau le 12 octobre dernier ne signifie pas pour autant la dissolution de son enseignement. L'hommage invite aujourd'hui à la relecture immédiate de son œuvre ; l'exercice pertinent...[Lire la suite]

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]