Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Venezuela | Fruto Vivas, hasta siempre ! (29-01-2014)

Et si Rem Koolhaas et l'école hollandaise n'avaient rien inventé ? A en juger l'oeuvre de Fruto Vivas, le doute est, depuis Caracas, permis. Cela écrit, le célèbre architecte vénézuélien a fêté le 21 janvier 2014 ses 85 ans. Il demeure une figure incontournable dans son pays tant pour son art que pour son verbe politique. Une dépêche du 18 janvier 2014, reprise par Noticias24­, site d'informations national, lui rend hommage.

Venezuela | Fruto Vivas

Contexte
Sa consigne ? «Patria, vida y socialismo siempre». En d'autres termes : patrie, vie et socialisme pour toujours. Fruto Vivas est l'une des figures les plus importantes de la scène architecturale vénézuélienne.
Le site d'informations Ciudad CCS, édité par la Fondation pour la Communication Populaire de la Mairie de Caracas, revient dans son édition du 23 janvier 2014 sur l'appel lancé par l'architecte à la population vénézuélienne et «au monde entier» pour que la coopération entre les peuples soit plus humaine afin d'accéder à la paix «comme l'a rêvé le Géant, Hugo Chávez».
Le discours dénonce, entre autres, les impérialismes destructeurs qui mettent à mal l'équilibre de la planète. «N'oublions pas que le Vietnam a conquis sa victoire contre l'empire le plus puissant de la terre. [...] Contre le pouvoir immense des empires, ce ne sont pas les armes qui manquent mais la volonté de vaincre par notre intelligence. Souvenons-nous des Vietnamiens qui ne disposaient pas de tanks mais qui ont inventé les trous où les tanks sombraient», clame-t-il.
Bref, un architecte engagé, proche du pouvoir. Il a été l'auteur, entre autres, de la Casa Playa Grande, «la maison de plage», conçue en 1954 selon les préceptes d'une «architecture populaire» pour le président alors en exercice, Marcos Pérez Jiménez.
«Il y a, dans l'appréciation que portent les architectes sur Fruto Vivas quelque chose de particulier. Parallèlement à l'admiration et à la célébrité quasi mythologique autour de son oeuvre et de sa personnalité, il y a, parmi ses collègues, une certaine précaution voire perplexité qui transcende parfois les critiques aigries», écrit Juan Pedro Posani, directeur du Musée de l'Architecture à Caracas, dans un texte qu'il dédie à Fruto Vivas.
«Tout acte humain est politique et celui de construire l'est excessivement. Causes, relations, conséquences et implications nous en remettent constamment à des situations liées au pouvoir et aux décisions politiques», poursuit-il.
«Construction et politique se superposent, s'imbriquent en profondeur, s'identifient et se fondent jusqu'à devenir une idéologie, unique et essentielle», dit-il. Les principes de Fruto Vivas reprennent «une forme de compréhension du monde qui est celle de Buckminster Fuller, de Jean Prouvé ou de Konrad Wachsmann plus que celle de Peter Eisenman», conclut-il.
JPhH

FRUTO VIVAS A QUELQUES JOURS DE SON 85e ANNIVERSAIRE : «J'AI REUSSI A PASSER EN 2014 ; C'EST L'UNE DES SURPRISES DE MA VIE»
Noticias24­

CARACAS - Le célèbre architecte Fruto Vivas fête le 21 janvier ses 85 ans. De son point de vue, arriver jusqu'en 2014 est l'une des surprises de la vie.

Ce maître, dont la réputation nationale et internationale tient au très fort engagement tant dans sa vie professionnelle que dans ses dispositions philosophiques et politiques, entre autres, est l'auteur d'une oeuvre immense et prolifique caractérisée par la recherche incessante de l'harmonie et de l'équilibre entre Mère Nature et Homme.

Ce maître indique : «j'ai dédié plus de cinquante années au monde de la nature, voilà qui est fondamental dans ma vie, voilà un but extraordinaire». Par la même occasion, il ajoute qu'en s'étant orienté vers la politique, il a réussi à atteindre la félicité humaine ; «c'est le processus qui m'a donné force et précision pour savoir jusqu'où mon oeuvre ira». C'est en quelques mots, résumée, la réponse à toutes ses inquiétudes.

02(@Carlosycontreras)_S.jpgFruto Vivas éprouve une passion pour le dessin depuis l'enfance. Il se rappelle avec une satisfaction toute particulière ce moment, alors qu'il avait à peine onze ans, où le Président Isaías Medina (militaire et Président du Venezuela de 1941 à 1945, ndt.) lui a acheté un portrait fait au fusain du Père de la Patrie, Simon Bolivar. «Il me l'a acheté pour 500Bs, une fortune !», argent qu'il a donné à sa maman et qui lui servit aussi à venir à Caracas alors qu'il avait douze ans.

Peu après, «quand j'avais environ 15 ou 16 ans, j'étais peintre et calligraphe. C'est à cette époque qu'une annonce a été publiée dans la presse pour un dessinateur d'architecture. J'ai dessiné la maisonnette Sinfonía. Je m'engageais sur ce chemin».

Oriundo de La Grita, dans l'Etat de Táchira, a vu naitre l'architecte en 1928. Il compte dans sa carrière professionnelle des structures emblématiques parmi lesquelles l'Eglise de la Concorde (1954, construite à San Cristóbal, Táchira), l'Arbre pour vivre (1990, à Lecherías, Anzoátegui), la Fleur d'Hanovre (2000, pavillon du Venezuela à l'exposition universelle de Hanovre en Allemagne / structure qui ensuite a été déplacée à Barquisimeto, Lara, où elle est actuellement et qui a été désignée Patrimoine National en 2013) et bien d'autres encore comme la Fleur des Quatre Eléments où reposent les restes du corps de l'immortel Comandante Hugo Chávez.

03(@Rjcastillo).jpgFruto Vivas a reçu, avec mérite, d'innombrables distinctions parmi lesquelles le Prix National d'Architecture (1987) et le Prix de l'Habitat (remis par le Conseil National du Logement, Conavi).

Juan Pedro Posani, directeur du Musée de l'Architecture (à Caracas, ndt.) a écrit sur son homologue Fruto Vivas : «il ne fait aucun doute que l'admiration pour la très large et abondante oeuvre de Fruto Vivas est justifiée : une longue histoire de succès ingénieux, de promesses audacieuses, de dévouement pour la conception et d'engagement politique témoignent de la valeur exceptionnelle d'une personnalité hautement prolifique et créatrice».

Quelques oeuvres

Hôtel Moruco (1954), Santo Domingo de Barinas, Etat Barinas / Ingénieur : Antonio Aulestia
L'hôtel compte parmi les premiers au moment où Marcos Pérez Jiménez (militaire et président du Venezuela de 1952 à 1958, ndt.) initiait les grands projets touristiques du Venezuela. Construit selon la tradition de l'architecture populaire vénézuélienne, le projet a été rendu possible grâce à des artisans portugais qui ont réalisé un travail de qualité en bois (acapro ou araguaney)

Eglise La Concorde, quartier Obreron San Cristóbal, Táchira / Ingénieur : Eligio Villa, 1954
Construite en trois mois par un groupe d'artisans vénézuéliens et colombiens sous le mandat de Marcos Pérez Jiménez, avec une structure de béton armée couverte d'une peau de briques, sa conception reprend les principes liturgiques d'une église. Elle consiste en un mur qui enveloppe la maison paroissiale et qui s'élève jusqu'à former une tour hélicoïdale qui sert de clocher. Le Christ a également été conçu par Fruto Vivas et taillé par des artisans.

04(@Fredieaven)_S.jpgClub Táchira, Collines de Bello Monte Caracas / Avec la collaboration de l'ingénieur Eduardo Torroja (Espagne) et de l'ingénieur Eduardo Santos, 1955
Projet gagné sur concours alors que Fruto Vivas était étudiant en dernière année d'architecture.

Casa Los Chorros, Caracas / Ingénieur : Eligio Villa, 1955
Au coeur d'une forêt, au bord d'un ruisseau qui descend de l'Avila, la maison a été construite en hommage à l'architecte nord-américain Charles Eames. Structure mêlant métal, bois et murs en pierres prises sur le site, la maison s'ouvre sur un paysage d'arbres. Tous les toits forment une jardinière. C'est ce qu'il a dénommé plus tard, les arbres pour vivre.

Casa Playa Grande, Playa Grande, Vargas, 1954 / Ingénieur : Justo Pastor Farías
Cette maison de plage pour Marcos Pérez Jiménez est faite dans le genre 'architecture populaire' et réalisée avec des bois de Guyane. C'est un grand balcon sur la mer où tous les espaces de vie profitent du paysage.

Maison el Tarantín, Barquisimeto, Lara / Ingénieur : Donald Guerrero, 1977
Elle a été conçue comme un 'arbre pour vivre', avec le toit entièrement couvert de végétation, d'arbres fruitiers et de deux cours qui fonctionnent comme cheminée de ventilation. Les façades nord et sud sont en verre.

Arbre pour vivre, Lecherías, Anzoátegui / Ingénieur : Edgard Fortul, 1990
Première proposition de logements collectifs réalisée non pas à la verticale mais en volumes horizontaux hauts de trois étages avec couloirs intermédiaires qui se croisent entre eux à différents niveaux. Structure modulaire.

05(@beachpow).jpgFleur de Hanovre, Exposition Universelle de Hanovre, Allemagne / Collaborateurs : S. Monteagudo, Pedro Llorens / Ingénieur : Frei Otto, 2000
Le projet est une grande fleur de seize pétales maintenus par des pistons hydrauliques. Les pétales s'ouvrent et se ferment selon le climat. Ils ont été réalisés en structure tubulaire avec des toiles de couleur violette pour imiter sur les quatre façades la formation de quatre orchidées géantes qui est la fleur nationale. Le tout comprend trois étages d'exposition sur la technologie, l'artisanat et le développement du pays. Il a été visité par cinq millions de personnes en Allemagne. Cette fleur a été transférée d'Allemagne à Barquisimeto, Lara. Elle a été désignée Patrimoine Culturel de la Nation (2013).

Casa Riccio, Barquisimeto, Lara / Collaborateur : Sergio Caón, 1992
Structure formée de trois pavillons dont la structure est en béton avec des voûtes d'argile et de bois.

Casa Zaira Andrade, Bello Monte, Caracas /Iingénieur : Eligio Villa, 1954
Structure métallique avec toit de bois et mur en planches de pin. Elle a été le premier projet métallique de Fruto Vivas. C'est une maison lumineuse intégrée à un jardin.

Noticias24­ | Venezuela
18-01-2014
Adapté par : Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Philéas

Cette année, Philéas a soufflé ses 25 bougies et se développe joyeusement : une équipe maintenant de 25 collaborateurs, renforcée par un pôle image et un pôle communication, des projets autour de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Metek

En 2018 Metek s’engage pour parler d’architecture autrement en accompagnant« Crimée enchantée, histoire (s) d’une architecture », (film de Sophie Comtet Kouyaté), et « Villa...[Lire la suite]


Album-photos |MARCIANO Architecture

2018, retour aux sources … après l’avoir fréquenté comme restaurant universitaire, j’ai eu la chance de repenser la transformation de l’Hexagone en bibliothèque et lieu de vie. Le voilà...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Lina Ghotmeh - Architecture

Lina Ghotmeh — Architecture affirme sa quête vers un avenir juste et durable. L'agence franco-libanaise dessine son architecture par un regard écologique et historique comme en témoignent cette année le programme de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Inessa Hansch Architecte

IHA est une agence d’architecture crée à Paris en 2007 par l’architecte Belge Inessa Hansch. L’agence répond à deux types de commandes, la définition de structures à grande échelle...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Silvio d'Ascia Architecture

L’agence Silvio d’Ascia Architecture a livré en 2018 le projet « O’rigin », un immeuble de bureaux qui revendique une simplicité intemporelle à travers une architecture de pierre. L’agence...[Lire la suite]