Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Japon | Shigeru Ban, Pritzker Prize 2014 : le jury s'explique (26-03-2014)

Lundi 24 mars 2014, la fondation Hyatt a désigné l'architecte Shigeru Ban lauréat du Pritzker Prize. Après avoir récompensé l’année dernière son compatriote Toyo Ito, le célèbre prix d’architecture couronne une nouvelle fois un homme de l’art japonais. Il est aussi le septième architecte de l’archipel à se voir ainsi honoré. Le jury* s’explique officiellement. Procès-verbal.

Pritzker | Japon | Shigeru Ban

Depuis sa création il y a 35 ans, l’objectif du Pritzker Architecture Prize est de récompenser des architectes de leur vivant pour l’excellence de leurs constructions et pour leurs contributions significatives pour l’humanité.

Shigeru Ban, lauréat en 2014, reflète intégralement cet état d’esprit. C'est un incroyable architecte qui, depuis vingt ans, a répondu avec créativité et selon des plans de qualité à des situations extrêmes faisant suite à des catastrophes naturelles dévastatrices. Ces constructions offrent abris, centres communautaires et lieux de prière à ceux qui ont subi pertes et destructions. Quand les tragédies frappent, il est présent dès le début comme au Rwanda, en Turquie, en Inde, en Chine, en Italie, en Haïti et chez lui, au Japon, entre autres.

Il n’y a pas seulement ses bonnes intentions. Son approche créative et innovante, spécialement en ce qui concerne matériaux de construction et structures, est présente dans l’ensemble de son travail. A travers une conception d’excellence, en réponse à des défis toujours plus pressants, Shigeru Ban a étendu le rôle de la profession ; il a donné une place aux architectes dans les dialogues entre gouvernements, agences publiques, philanthropes et communautés affectées. Son sens des responsabilités et son action positive en vue de créer une architecture de qualité au service des besoins de la société, associés à son approche originale des défis humanitaires, font du lauréat de cette année un exemple pour la profession.

La carrière de Shigeru Ban est exceptionnelle et vaste. Depuis la création de sa première agence à Tokyo en 1985 - qui s’est étendue, depuis, à New York et à Paris -, il a entrepris des projets allant de simples logements aux maisons expérimentales, musées, pavillons d’expositions, salles de spectacles et autres bureaux.

02(@HiroyukiHirai)_B.jpgSon oeuvre construite repose sur des fondations communes, dont son approche expérimentale. Il a étendu le champ de l’architecture non seulement au regard des problèmes et défis qu’il aborde, mais aussi au contact des outils et techniques avec lesquels il se doit de travailler. Il est capable de voir dans des composants standards ou dans des matériaux communs - des tubes de papier, des produits d’emballage ou des containers - des opportunités pour en faire de nouveaux usages. Il est particulièrement connu pour ses innovations structurelles et son usage créatif de matériaux non conventionnels comme le bambou, le papier ou les fibres plastiques recyclées.

Dans la 'Naked House', il a été capable d’interroger la notion traditionnelle d’espaces - et par conséquent celle de la vie domestique - et, par la même, de créer une atmosphère translucide voire magique. Tout cela fut fait avec de modestes moyens : des murs habillés à l’extérieur de panneaux de polycarbonate, d’éléments en acrylique, le tout posé sur une structure en bois. Cette composition sophistiquée de matériaux ordinaires utilisés de façon naturelle et efficace fournit confort, performance environnementale tout en assurant une qualité de lumière quasi sensuelle.

05(@Boy de laTour)_S.jpgSa propre agence, au sommet du Centre Pompidou à Paris pendant six ans alors qu’il travaillait au projet de musée à Metz, a été construite avec des tubes de cartons et une membrane couvrant les arches du toit. Il a également utilisé des containers en tant qu'éléments préconçus dans la construction de musées. Son travail est la preuve de son habileté à donner une valeur autre aux matériaux et aux objets. D’autres nouvelles idées, conceptuelles et structurelles, ont été développées et peuvent être observées dans la 'PC Pile House', la 'House of Double Roof', la 'Furniture House', la 'Wall-less House' et la 'Nine-Square Grid House'.

L’autre thème transversal de son travail repose sur la continuité spatiale entre l’intérieur et l’extérieur. Pour le projet de la 'Curtain Wall House', il a utilisé à la manière de tentes des rideaux amovibles pour lier l’intérieur et l’extérieur et fournir ainsi, selon le désir, un peu d’intimité. Le Nicolas G. Hayek Center à Tokyo, haut de quatorze étages, est couvert de volets de verre sur les façades avant et arrière, lesquelles peuvent être entièrement ouvertes.

Pour Shigeru Ban, la durabilité n’est pas un concept à ajouter après coup. Elle est, au contraire, intrinsèque à l’architecture. Son travail s’attache à lier produits et systèmes appropriés à l’environnement et au contexte spécifique, en utilisant autant que possible des matériaux locaux et renouvelables. L’immeuble de bureaux Tamedia à Zurich, récemment livré, est l’un des exemples de systèmes structurels en bois qui s’emboitent et n’implique donc ni l’usage de colle, ni la mise en oeuvre de joint.

03(@SwatchGroup).jpgSa grande connaissance des structures et son appréciation des maîtres tels que Mies van der Rohe et Frei Otto ont contribué au développement et à la précision de ses constructions. Son architecture est directe et honnête. Cependant, elle n’est jamais ordinaire et chaque nouveau projet présente une inspiration nouvelle. L’élégante simplicité et l’apparente absence d’effort dans son travail est le résultat d’années de pratique et d’amour de la construction. Par-dessus tout, il en va toujours du respect pour ceux qui habitent ses projets, qu’ils soient victimes de catastrophes naturelles ou clients privés et publics. De son approche résultent plans fonctionnels, matériaux appropriés, tous choisis avec soin, et richesse des espaces.

Shigeru Ban est un architecte infatigable dont le travail respire l’optimisme. Là où d’autres verraient d’insurmontables défis, Shigeru Ban les appelle à l’action. Là où d’autres empruntent des chemins éprouvés, il trouve l’opportunité d’innover. Il est un enseignant engagé qui n’est pas seulement un modèle pour les jeunes générations ; il est aussi une source d’inspiration.

Pour toutes ces raisons, Shigeru Ban est le lauréat 2014 du Pritzker Architecture Prize.

Adapté par : JPhH | Le Courrier de l'Architecte

* Le jury était composé de Lord Palumbo, Alejandro Aravena, Stephen Breyer, Yung Ho Chang, Kristin Feireiss, Glenn Murcutt, Juhani Pallasmaa, Ratan N. Tata et Martha Thorne

04(@Boy de laTour).jpg

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de SCAU

Une année 2018 pleine d’effervescence pour le collectif de SCAU : Search & Create Alternative Uses !... A commencer par la sortie en librairie aux éditions Park Books de Creatures of the City qui donne à lire de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de MDR

L’année 2018 est déjà écoulée et MDR ne l’a pas vue passer tant les projets furent encore prenants : variés et complexes compte tenu d’une conjoncture tendue par la rareté du...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Marjan Hessamfar et Joe Vérons Architectes Associés

Une année 2018 intense et stimulante pour l’agence avec 3 projets livrés : le Gymnase Alice Milliat à Bordeaux, l’extension des locaux de la CC2R à Valence d’Agen et le Centre technique environnemental de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de MDNH architectes

L'agence a livré en 2018 la première tranche d’un îlot de 79 logements à Bonnières sur Seine (78), un ensemble urbain qui redynamise le centre bourg et qui s’articule avec la nouvelle urbanité de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Groupe-6

Expositions, Saclay, santé !    L'exposition Interactions à la Galerie d'architecture s'est prolongée à Grenoble où elle durera encore quelques semaines ! Cette année 2018 a aussi mis à...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Brunet Saunier Architecture

2018…. Avec l’analyse de 90 projets hospitaliers de BRUNET SAUNIER ARCHITECTURE mis en scène lors de l’Exposition « Phylum H » à la Galerie d’architecture qui proposait un regard transversal,...[Lire la suite]