tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Babin+Renaud, de rouille et de plots (16-04-2014)

Comptant 84 logements, un centre social, une halte-garderie, une bibliothèque et un centre d'animation, le bâtiment livré en janvier 2014 par les architectes Jean-François Renaud et Eric Babin dans le XVIIIe arrondissement de Paris ne passe pas inaperçu. Gabarit découpé en plots, revêtement en Corten, finition soignées, tout participe d'une logique mûrement réfléchie.  

Logement collectif | Bâtiments Publics | Culture | Divers | Corten | 75018 | Babin+Renaud

«Nous avons réparti les logements en quatre plots distincts au-dessus d'un socle réunissant les équipements car nous voulions notamment éviter l'effet forteresse», soulignent Jean-François Renaud et Eric Babin à l'occasion d'une visite du bâtiment livré en janvier 2014 le long de l'avenue Porte de Montmartre.

Conçu dans le cadre d'une opération tiroir dont le but est de restructurer l'ensemble du quartier d'ici 2017, le projet de Babin+Renaud se situe derrière un bâtiment de bureaux faisant office d'écran le long du périphérique. La proximité de l'infrastructure et l'avenue de la Porte de Montmartre formaient ainsi des «nuisances» auxquelles il fallait remédier.

Sans oublier un linéaire de façade conséquent, le bâtiment compte plus de 10.000 mètres carrés au total, répartis entre 84 logements, un centre social, une halte-garderie, une bibliothèque et un centre d'animation.

«Peut-on juxtaposer en séparant ?». A l'enjeu de la mixité, Babin+Renaud offre une réponse sans équivoque en «découpant le bâtiment en morceaux» et créant ainsi des séquences d'entrées distinctes. L'accès aux équipements - à l'exception de la halte-garderie située en coeur d'îlot - se fait directement depuis la rue tandis que l'accès aux logements se fait via une succession de seuils. Le fruit d'une mûre réflexion. «L'habiter en ville est un thème que nous développons depuis notre Europan», précisent les architectes.

«Conférer à chaque équipement sa propre identité» certes ; pour autant, Jean-François Renaud et Eric Babin ont choisi de parer les équipements situés côté rue, notamment la bibliothèque, de façades vitrées «afin de ne pas ossifier la fonction et permettre son évolution dans le temps». Suivant cette logique d''escamotage de la fonctionnalité', les ouvertures des logements surplombant les équipements sont disposées de façon aléatoire. «Une politesse vis-à-vis de l'espace public».

02(@CecileSeptet)_B.jpg«Polarisé» entre l'avenue de la Porte de Montmartre situé à l'ouest et un secteur plus résidentiel à l'est, le bâtiment est doté de deux faces distinctes. 

«Cela a guidé notre façon de concevoir les logements qui sont pour la plupart traversants sinon en angle ; aucun logement ne se retrouve coincé dans sa proximité avec la rue».

Du côté du coeur d’îlot, Babin+Renaud a préféré adopter une logique «domestique» avec des balcons projetés permettant aux habitants de profiter du paysage. 

Ici, mention spéciale aux panneaux de ciment gris impeccablement mis en oeuvre.

Côté «nuisances», parée de ventelles pivotantes en verre, la façade de soixante-dix centimètres d'épaisseur joue pleinement son rôle de filtre protecteur. 

«Cette façade épaisse parle d'autre chose que du bruit», estiment les architectes. Effectivement, l’oeil est plutôt attiré par l'heureux contraste entre les ventelles et les plaques de Corten. Surlignant la trame, des ailettes servant de réflecteurs de lumière créent, selon le point de vue, différentes illusions d'optique. Depuis Paris, elles masquent le Corten tandis que, depuis Saint-Ouen, «le verre étant soustrait au regard, le bâtiment apparaît, avec le Corten, plus massif».

Cohérent de part en part, la réalisation de Babin+Renaud ne trouve-t-elle pas en ce parement de Corten sa contradiction  ? En effet, quid d'un effet 'forteresse' ? «Nous ne pouvions pas adopter une matérialité domestique vue la proximité du périphérique», expliquent à ce sujet Jean-François Renaud et Eric Babin.

Ou de l'urbanité des tropismes d'architectes.

Emmanuelle Borne

03(@CecileSeptet)_B.jpgFiche technique

Programme : 84 logements et quatre équipements
Maîtrise d'ouvrage : Paris Habitat / Ville de Paris
Surfaces : logements : 5.316m² SU / Bibliothèque Jacqueline de Romilly : 1.220m² / Centre d'animation : 1.034m² SU / Centre social : 432m² SU / Halte-garderie : 192m²
BET structure : EVP Ingénierie
BET fluides : CFERM
BET façades : BET VS-A
Economie : Tohier
Calendrier : 2008-2014
Label : BBC logement / Plan climat Ville de Paris
Montant des travaux : 19.137.000 euros
Entreprise générale : Sicra

Réagir à l'article


tos2016

elzinc novembre

Portrait |Porro-de la Noue, à la poursuite du conte

L’histoire continue. Un univers de vitraux, d’oiseaux, d’ogives, de seins et de tétons. L’exubérance n’a d’égal que la dignité qu’offre l’architecture à ses usagers....[Lire la suite]

elzinc

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]