Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Les face-à-face de Martin Duplantier (14-05-2014)

Face-à-face ? «Seul à seul avec le promoteur», reprend Martin Duplantier. L’ensemble de 112 logements en accession livré en 2013 à Cenon relève de «l’urbanisme d’opportunités». Le contexte est pavillonnaire, «diffus», et l’absence de coordination laisse plus ou moins libre le développement de cette banlieue bordelaise. Une aubaine ?

Logement collectif | Gironde | Martin Duplantier

Il y avait, à l’origine du projet, une étude de faisabilité. «Nous avons rencontré le promoteur par l’intermédiaire du propriétaire du terrain, vendeur. Notre agence bordelaise est à Cenon. Nous avons été engagés dans ce projet en tant qu’architecte de 'proximité'», précise Martin Duplantier.

Des premiers coups de crayon aux études, il y eut quelques pertes de surface liées aux «interprétations du PLU, l’un des plus complexe en France», précise l’architecte.

Aux sous-zones et exceptions de la réglementation, le promoteur a répondu par un cahier des charges «généreux».

Par ailleurs, «le regard change sur ce territoire», note Martin Duplantier. Sur la rive droite de la Garonne, l’ambition est de rééquilibrer la ville en y créant un contre-point du quartier des Bassins à flots.

«Il y a, en contrebas de la parcelle, une barre des années 70. Le reste est dominé par des pavillons des années 70-80. Il y avait, au centre de la parcelle, une maison de maître. Nous n’avons pas pu la conserver car il y avait, de la part de notre client, une volonté de densifier le site», dit-il.

Au péril de la densification, Martin Duplantier répond par «l’intégration à la topographie». Le projet profite ainsi du dénivelé pour s’intégrer.

«Bordeaux est organisée à l’américaine. La ville est tout automobile depuis les années 'Chaban'. Il y a donc des pré-requis en matière de stationnement et nous devions offrir entre 1,5 et 2 places de parking par logement. Nous ne voulions pas de véhicules à l’extérieur ; nous avons donc créé deux niveaux semi-enterrés», explique l’architecte. De la densité à l’intention paysagère.

02(@YZerdoun).jpgPlus encore, la matérialité de l’ensemble constitué de deux barres d’immeubles en vis-à-vis, «revisite le lexique de la pierre».

«Nous avons mis en place une pierre reconstituée noire sur une isolation thermique», indique l’architecte. Une question d’habillage donc.

«Nous n’avons pas les astuces de Gilles Perraudin. Il fait de l’échoppe bordelaise sur étage. C’est un rêve à réaliser», sourit Martin Duplantier, prévenant toute question sur l’usage de la pierre. 

«Les difficultés relèvent de l’approvisionnement, de l’assurance, de la thermique. Les simulateurs, par ailleurs, sont peu habitués à traiter ce matériau. Qui plus est, il faudrait une maîtrise d’ouvrage qui soit davantage dans l’optique d’une expérimentation et qui ait la possibilité d’en prendre le temps», poursuit-il.

03(@YZerdoun)_S.jpgAux regrets, la précision : «Je n’aurais pas voulu être dans le mimétisme», assure-t-il. Exit, la blonde. La teinte est sombre. Noire, elle absorbe la lumière et permet à l’opération de se fondre dans le contexte, d’«être dans la masse verte des coteaux». «Nous n’avions pas envie de miter le paysage d’une nouvelle tâche blanche», souligne l’architecte.

«La typologie de logements que nous avons proposé est complémentaire des pavillons voisins», affirme-t-il. Et pour cause, les espaces extérieurs privatifs sont importants. «Dès que nous sommes en 'excroissance', nous sommes dans un autre registre. Il fallait marquer et distinguer ces espaces», dit-il. Les balcons sont profonds et en béton. Gris, ils rythment la façade.

Pour contrer le vis-à-vis et satisfaire le besoin d’intimité, des stores ont été positionnés en nez de balcon. «Ces espaces sont ainsi appropriables», assure l’architecte.

Le rapport entre intérieur et extérieur n’est pas sans rappeler un autre projet de Martin Duplantier, une opération de restructuration d’un ensemble de 600 logements sociaux, la Cité Arago à Pessac, dans la banlieue bordelaise.

04(@ArthurPequin)_B.jpg«Cette échelle semblait me dépasser. Nous avons, de fait, voulu ne pas répéter ou réhabiliter de manière univoque et unilatérale ; bref, éviter de faire une architecture à la photocopieuse», souligne l’homme de l’art.

In fine, les douze barres monolithiques s’habillent chacune de balcons, de loggias, de terrasses selon un vocabulaire varié et «contextuel», parfois directement inspiré de quelques succès architecturaux récents. La métamorphose, en cours, est, à première vue, spectaculaire.

De Cenon à Pessac, deux exercices donc, à bras-le-corps.

Jean-Philippe Hugron

Fiches techniques

1. Viravent
Programme : 112 logements collectifs en accession
Adresse : rue Emile Zola / rue Henri Descot, Cenon
Maîtrise d’ouvrage : Immobilière Sud Atlantique
Maîtrise d’oeuvre : Duplantier Architectes, Anouk Debarre Paysagiste
Mission : Base
Dates : 2009-2013 (livraison)
Surface : 7.280m²
Matériaux : Murs extérieurs en béton préfabriqué. Menuiseries extérieures aluminium.
Sol béton en étage courant, parquet bois au R+5. Terrasse bois (acacia) au R+5.
Coût : 8,5M€
Performances énergétiques : BBC

05(@ArthurPequin).jpg2. Arago Eco-quartier
Programme : Restructuration de 512 logements, construction de 140 logements intermédiaires et collectifs, 1 centre commercial, 1 centre social et de l’antenne Domofrance
Adresse : Pessac
Maîtrise d’ouvrage : Domofrance
Maîtrise d’oeuvre : Martin Duplantier architecte pour les bâtiments A1/B1/C1/D1/F1/G1/H1, Moov Access et neuf locatif, Anouk Debarre paysagiste, RVL Architecture pour les bâtiments A2, B2, C2, E2, neuf accession et centre commercial.
Mission : Base
Dates : 2010-Chantier en cours
Surface : environ 40.000m²
Coût : 40M€
Performances énergétiques : BBC Réhabilitation et neuf

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'archi5

Encore une année riche en succès lors de concours pour archi5 année : Un collège, gymnase et salle de sport à Orléans, un lycée à Ris-Orangis, un groupe scolaire à Chennevières...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Randja

La jolie expérience que nous vivons actuellement sur notre chantier de la maison du technopôle à Saint-Lô illumine notre année 2018. La phase de construction nous procure du plaisir et une satisfaction savoureuse....[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Loci anima

       Loci anima a livré cette année la tour de logements ADN à Issy les Moulineaux et ses 69 maisons avec terrasses non superposées qui termine l’ensemble de l’opération du quartier...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de G+ architectes (Paul Gresham et Michaël Neri architectes)

Groupe scolaire à Viessoix : en chantier. Maison de la danse et du chant : en études. Médiathèque et Ecole des Arts à Champagné : concours. Salle de spectacle à Basse-Goulaine :...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de MDR

L’année 2018 est déjà écoulée et MDR ne l’a pas vue passer tant les projets furent encore prenants : variés et complexes compte tenu d’une conjoncture tendue par la rareté du...[Lire la suite]