Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Réaménagement de la ZAC d'Empalot, à Toulouse : un îlot sculpté (09-07-2014)

Dans le cadre du Grand Projet de Ville de Toulouse Métropole, la SEM Oppidea, aménageur du Grand Toulouse, a confié au promoteur Gotham la maîtrise d’ouvrage de l’ilot principal EM1 de la ZAC Empalot-Garonne. L’agence toulousaine Espagno Milani architectes associés (EMaa) est chargée de concevoir un ensemble de 128 logements sur 8.400m² de surface ainsi qu’une surface commerciale de 2.900m², dont la livraison est prévue en mai 2017. Notice architecturale.

Notice Architecturale | Toulouse | Espagno Milani architectes associés (EMaa)

Enjeu de l'opération

Le renouvellement urbain du quartier Empalot constitue une démarche d’ensemble ambitieuse et innovante. Son programme définit une volonté forte d’offrir un nouveau Faubourg à la ville de Toulouse.

La proposition d’un projet dans ce contexte-là est stimulante ; elle nous intéresse car elle questionne simultanément la question du logement, du commerce, des aménagements urbains et, de façon plus large, sur la fabrication de la ville d’aujourd’hui.

L’ilot EM1 porte la particularité de sa position au coeur du quartier, au croisement des axes nord / sud et est / ouest structurant la place Jean Moulin. Le confort d’usage devra prendre en compte la superposition des fonctions commerciales, du stationnement, du logement ainsi que l’inscription dans un voisinage qui restera attentif à son 'bien être'.

C’est aussi le premier projet du dispositif d’aménagement urbain défini par les urbanistes germe & JAM et qui servira d’exemple aux futurs développements. En même temps, le projet devra s’inscrire dans une économie de marché..

Approche urbaine et architecturale

La composition urbaine du quartier propose de développer des ambiances urbaines variées qui s’appuient sur une diversité d’espaces publics / privés et de formes urbaines.

1. Intentions
Ce projet est une occasion privilégiée de mettre en oeuvre un fragment de ville intégrant à la fois un point de vue personnel sur une recherche vers un habitat pour l’avenir et une réponse ajustée à un contexte urbain à la fois particulier pour son approche commerciale et de qualité pour son usage.

La composition sur cet îlot est tendue par la densité composée en alternances plein / vide proposée par le plan d’aménagement urbain et sur les notions d’entre deux qui installent une relation visuelle variée entre les espaces du projet et avec ceux avoisinants. Nous veillerons tout particulièrement à minimiser les vis-à-vis avec le bâtiment 26.

Pour l'îlot EM1, les bâtiments sont implantés en plots et en porte-à-faux sur un socle commercial. Les logements auront une adresse sur le domaine public et auront accès à une cour haute et une cour basse.

L’articulation du projet réside dans le positionnement du stationnement. L’approche économique et fonctionnelle nous a orienté vers un stationnement unique à l’entresol.

05(@Espagno Milani architectes associes - EMaa)_B.jpgCe parti pris offre les avantages suivants :

  • > Economie globale du projet qui permet, en contrepartie, d’investir dans la construction des éléments visibles et non enfouis ;
  • > Une seule rampe d’accès qui permet de libérer de la surface utile pour le commerce ;
  • > Evite la prise en charge de la dépollution du sous-sol par l’aménageur ;
  • > Des aires de stationnement qualitatives ouvrant sur les espaces extérieurs, conviviaux et sécurisants ;
  • > Enfin, une partie du stationnement n’est plus inondable.

Le renouvellement urbain pose la question de la rupture avec la fabrication historique de la ville. Nous restons attachés à la diversité et à la complexité qui fondent son caractère vivant à travers une sorte d’aléatoire ou de hasard permanent...

La composition proposée s’insère dans le cadre défini par les urbanistes. Elle articule une diversité d’espaces publics, de commerces, de logements adressés à une diversité d’habitants et de vies. Il s’agit, plus largement, de prendre en compte les multiples rythmes, les strates qui font l’expérience urbaine qui fonctionne comme un mélangeur, de donner une nouvelle image plus 'désirable' à ce coeur de quartier Empalot.

2. Une composition formant un tout
Le programme est constitué de trois fonctions bien distinctes :

  • > La surface commerciale (niveau RDC) ;
  • > Une aire de stationnement (niveau R+1 ou entresol) ;
  • > Des logements (niveaux R+2 à R+9).

Dans un même temps, la composition architecturale d’ensemble est constituée de deux volumes entremêlés qui se divisent eux mêmes en sous-ensembles :

  • > Le socle ou STOA sur les façades publiques, qui associe le socle négatif en creux continu de l’entresol noble ;
  • > Les corps de bâtiments en porte-à-faux sur le socle qui distinguent les volumes soulevés des émergences.

La STOA s'intègre dans l’ensemble architectural qui fait continuité avec la place et qui englobe le socle et l’entresol (ou étage noble). Les différentes fonctions se joueront des volumes avec des effets de glissement et d’imbrication pour éviter toute notion d’empilement.

Le tout fonctionne comme une composition particulière dans une unité rythmée de séquences de pleins et de vides fondée sur le principe de l’îlot sculpté. La position de l’opération à l’angle de la place lui donne son caractère urbain majeur. Sa façade est rythmée de volumes verticaux successifs en porte-à-faux sur un socle urbain. Sa proue à l’extrémité sud sera un véritable repère urbain visible au lointain.

04(@Espagno Milani architectes associes - EMaa)_B.jpgLe socle, sous forme de joint creux monumental et continu le long de la place et des espaces publics, se retournera en plinthe sur les autres façades. Il est globalement constitué de panneaux vitrés afin d’ouvrir les surfaces commerciales au public sur la place Jean Moulin et sur l’axe Saint-Agne / Garonne. Il sera en béton architectonique sur les autres façades. Le couvert de 4,50m de large pour une hauteur de 4,50m assumera la fonction protectrice et noble de la STOA.

L’accès aux logements collectifs s’effectue depuis des grandes portes inscrites dans la STOA ou par un porche ouvert sur la cour basse en franchissant une clôture urbaine de serrurerie ajourée qui offre au passant, au-delà du bâti, une continuité visuelle sur le coeur d’îlot planté. Le regard du passant est ainsi attiré par l’intensité de la lumière du jardin en coeur d’îlot.

Le socle sera évidé sur la rue nouvelle de Menton pour créer une rampe d’accès à la cour intermédiaire.

06(@Espagno Milani architectes associes - EMaa)_B.jpgL’entresol (ou étage noble) fera partie intégrante de la STOA. Il sera revêtu d’une 'peau sensible' en métal perforé, de béton ou de l’enduit des corps de logements. Il abritera alternativement la cour intermédiaire, les stationnements de véhicules et les halls d’accès aux logements. Ces halls au développement vertical structuré par la lumière sont à l’image de loges en surplomb sur la scène de la place publique. Ils constituent une séquence théâtrale dans l’accès au logement depuis le parking.

Le volume de l’entresol est évidé par une cour intermédiaire elle-même modelée d’une rampe d’accès au niveau haut.

07(@Espagno Milani architectes associes - EMaa)_B.jpgLes volumes soulevés sous forme de 4 plots disposés en L et en situation de porte-à-faux sur le socle appartiennent au domaine du privatif des logements. Ces volumes maçonnés, compris entre le R+2 et le R+6, sont revêtus d’un enduit blanc percé aléatoirement de fenêtres et de loggias dans un jeu complexe d’interactions et d’indépendances. La 'peau sensible' viendra ponctuellement occulter des celliers extérieurs en façade ou en retour.

Le rythme de la façade sur la place assumera une frontalité franche en retournement avec le pignon nord. Des grandes fenêtres urbaines associent dans un même volume plusieurs espaces privatifs extérieurs, sur 2 ou 3 niveaux.

Les émergences, sortes d’extensions partielles des plots sur les niveaux R+7 à R+9, servent de repères visuels, non seulement à l’échelle du quartier mais aussi à l’échelle de la ville toute entière. Cette érosion des volumes en partie haute favorise l’élancement de la forme construite.

A travers la notion générale de cour jardin, c’est l’idée d’un espace partagé généreux, fédérateur de bien-être au profit des usagers qui caractérise sa composition verticale et complexe dans ce coeur d’îlot. Le jardin parcouru ou contemplatif participe au confort de la vie et à la santé des résidents et du voisinage. Il est un lieu de vie où l’on pourra se promener, s’asseoir, s’amuser, se rencontrer, se retrouver seul.

La cour basse est réservée au locatif social. Elle est accessible par un porche donnant sur la place ou par un portillon donnant sur la voie de service. Elle est bordée par un local vélo à la structure légère qui fait clôture. Elle sera distributive, bénéficiera d’une aire de convivialité et d’un jardin planté de grands sujets et bordé d’une haie vive et d’une table arbusive.

La cour de l’entresol sert de poumon vert à l’aire de stationnement. Elle apporte une variation fonctionnelle et une noblesse à ce niveau de transition. Enfin, elle constitue une mise à distance végétale non négligeable au regard du vis-à-vis avec le bâtiment 26.

La cour haute est réservée à l’accession. C’est un belvédère sur la place et les espaces environnants, accessible de la cour de l’entresol et des halls des bâtiments réservés à l'accession sociale et à l’accession libre sur le niveau R+1.

Un jardin suspendu sur les espaces publics, qui sera parcouru, bénéficiera d’une aire de convivialité et d’un jardin modelé et planté d’arbustes.

02(@Espagno Milani architectes associes - EMaa)_B.jpgLa proportion des bâtis dessinés et l’orientation de la parcelle a permis de penser des logements individualisés, très souvent traversants ou double orientés, profitant de plusieurs orientations et ainsi : d’une ventilation naturelle, d’un réel confort hygrothermique, d’un ensoleillement adapté et, par conséquent, d’une économie d’énergie. Les orientations privilégiées - sur les coteaux de Pech David à l'est, les Pyrénées au sud et la Garonne à l’ouest - évitent les vis-à-vis.

La superposition des typologies garantit une rationalité et une économie constructive. Il reste que chaque typologie est déclinée en plusieurs orientations, aménagements et surfaces. La distribution de chaque logement a été étudiée afin de valoriser la qualité d’espace des pièces de jour. Les cuisines ont en principe un accès aisé à la loggia, ce qui favorise leur usage pour les repas à l’extérieur. Elles sont fermées avec une ouverture à partir du T4.

Pour tous les appartements T4 et T5, l’une des chambres est conçue comme une pièce commandée : un coin bureau ou télé ou chambre d’amis en prolongement du séjour, ce qui permet de conférer de plus belles qualités spatiales aux espaces partagés. Cette pièce associée au séjour offre une flexibilité dans l’usage des logements : changement d’affectation occasionnelle pour recevoir quelqu’un ou opportunité de profiter d’un espace partagé plus grand si le nombre de chambres est par ailleurs suffisant ou organisation de fonctions séparées : par exemple, coin télé pouvant être refermé ponctuellement pour ne pas occasionner de gênes...

La concentration des pièces techniques offre une possibilité de flexibilité de l’aménagement des pièces au moment de la construction et pour l’évolution éventuelle des logements dans l’avenir. 

Espagno Milani architectes associés (EMaa)

03(@Espagno Milani architectes associes - EMaa)_B.jpgFiche technique

Programme : construction de 4 bâtiments accueillant 126 logements collectifs allant du T1 au T5 en R+9 sans sous-sol et un centre commercial - Ilot EM1, quartier Empalot, Toulouse
Maître d'ouvrage : Gotham
Aménageur : Oppidea
Architecte mandataire : Espagno Milani architectes associés (EMaa)
BET Structure : Grontmij BEFS
Mission : BASE + EXE + OPC
Surfaces : 9.900m²
Coût travaux : 12.500.000€ H.T.
Calendrier : Etudes 2013 / Démarrage des travaux : mai 2015 / Livraison : mai 2017

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Jacques Ferrier Architecture

En 2018, l’agence Jacques Ferrier Architecture a livré le projet Aqualagon, plus grand centre aquatique d’Europe situé à Marne-la-Vallée, ainsi que la réhabilitation des arènes de Lunel, dans...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de DE-SO

Durant l'année 2018, ici et ailleurs, l'agence DE-SO  poursuit le développement de  projets urbains et d'architecture. De récentes livraisons lui ont valu d'exposer son travail en Angleterre, en Allemagne, en Italie,...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'Avenier&Cornejo

2018, année de l’engagement… pour l’environnement…la société… et l’Architecture a son rôle à jouer. Alors nous avons communiqué… exposition à New York sur...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Loci anima

       Loci anima a livré cette année la tour de logements ADN à Issy les Moulineaux et ses 69 maisons avec terrasses non superposées qui termine l’ensemble de l’opération du quartier...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de G+ architectes (Paul Gresham et Michaël Neri architectes)

Groupe scolaire à Viessoix : en chantier. Maison de la danse et du chant : en études. Médiathèque et Ecole des Arts à Champagné : concours. Salle de spectacle à Basse-Goulaine :...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Brenac & Gonzalez & Associés

L'atelier d'architecture Brenac & Gonzalez & Associés a livré, au cours de l’année écoulée, une série de bâtiments aux programmes variés. Notamment, plusieurs immeubles de bureaux...[Lire la suite]