tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Vietnam | H&P Architects, pour vivre en catastrophe (10-09-2014)

Tempêtes, inondations, crues soudaines, érosions des sols, séismes, sécheresses... Autant de fléaux s'abattant sur le Vietnam. Les populations, pauvres, ne peuvent, dans ce contexte, s'extraire de leurs conditions. L'agence H&P Architects leur propose un habitat en bambou capable de résister aux affres climatiques. Un article daté du 11 décembre 2013 du Bao Dat Viet revient sur la témérité de ces maîtres d'oeuvre.  

Logement individuel | Bambou | Vietnam | H&P Architects

MAISON EN BAMBOU POUR LUTTER CONTRE LES CATASTROPHES NATURELLES
PV. | Bao Dat Viet

KHOA HOC - Chaque année, des milliers de maisons s'effondrent, dévastées par tempêtes et inondations, notamment dans le centre du pays où les catastrophes sont souvent les plus sévères. Face à ces graves conséquences, un groupe de jeunes architectes, H&P Architects, a conçu une maison résistant aux intempéries.

Au Vietnam, les catastrophes naturelles sont multiples, à savoir tempêtes, inondations, crues soudaines, érosions des sols, séismes, sécheresses... Elles causent non seulement de graves dommages humains (environ 500 morts par an) et matériels (représentant 1,2% du PIB), mais entravent également le développement économique des régions affectées. Des milliers de familles, victimes tous les ans de ces catastrophes, n'arrivent pas, de fait, à sortir de la pauvreté.

02(@DR)_B.jpgFace à cette réalité, l'agence H&P Architects a mené une étude pour répondre aux besoins des habitants qui doivent, périodiquement, se battre contre les inondations. Il s'agit de proposer à ces populations un logement pérenne ainsi qu'un foyer décent.

Les constructions proposées sont multifonctionnelles : elles peuvent être utilisées comme maison, école ou centre médical. Leur flexibilité permet d'ouvrir ou de fermer la porte à l'intérieur et à l'extérieur mais aussi d'agrandir la surface, au besoin, pour la vie quotidienne.

Après plusieurs expérimentations, les architectes ont choisi le bambou, surnommé «l'acier végétal», extrêmement résistant, écologique et esthétique. Plus solide que le chêne, il est aussi plus léger que le béton, le fer ou l'acier. Le bambou est synonyme d'avantages. D'autant plus que la productivité des bambous est vingt-cinq fois plus grande que celle des pins, que la récolte des tiges matures est possible après trois ou cinq ans de plantation et qu'il n'est pas nécessaire de replanter parce que d'autres tiges continuent leur croissance. Il s'agit ainsi d'une solution écologique face à la déforestation. Après un traitement traditionnel, immergé dans la boue et enfumé, la longévité de ce matériau atteint dix à vingt ans.

03(@DR)_S.jpgLe premier projet a été réalisé en 2008 dans le but de fournir le plus rapidement possible un logement aux habitants après une catastrophe. Ce projet a été couronné de plusieurs prix d'architecture. Cependant, ces premières réalisations n'ont pas pu résister aux nouveaux caprices de la nature. Les architectes ont donc cherché à améliorer leur projet afin qu'il puisse résister aux inondations.

Chaque structure modulaire de 3,3mx3,3m est assemblée avec des tiges de bambou de 8 à 10cm et 4 à 5cm de diamètre grâce à des techniques traditionnelles, coutumières des paysans vietnamiens.

04(@DR)_S.jpgCet assemblage est simple et suffisamment efficace et solide pour lutter contre les catastrophes. La construction n'a pas de fondations, mais est ancrée au sol par un système qui permet de soulever toute la structure à 1,5 mètre de haut. Les habitants, en fonction du climat local, des matériaux régionaux et de leur capacité de financement, peuvent achever le revêtement de leur maison avec de petits morceaux de bambous, des panneaux en bambou tressé ou des feuilles de cocotier, ce qui leur offre une maison fonctionnelle, durable, esthétique et économique.

Une maison composée de quatre structures modulaires procure une surface nécessaire à une famille de six personnes : salon, cuisine, sanitaires, buanderie, bureau, chambre et espace destiné aux cultes aux ancêtres.

Sous la maison se trouve un système de réservoir de filtrage et de traitement d'eau permettant la récupération de l'eau de pluie et la réutilisation des eaux usées, un dispositif particulièrement utile lors des inondations. La maison peut être ouverte dans quatre directions offrant une lumière et une aération naturelles. Au mur, des trappes de ventilation ont été pratiquées et des cages de plantation de légumes offre la possibilité d'une autoproduction lors de caprices météorologiques extrêmes.

05(@DR)_B.jpgDans ce projet, les architectes visent trois objectifs : faible coût de construction, temps de construction rapide et large possibilité d'application. Le prix total, y compris le coût des matériaux et des équipements, d'une maison de 44m² extensible à 62m² grâce à un module offrant la mise en place rapide d'une terrasse extérieure, destiné à une famille de six personnes, s'élève à 55 millions de VND (2.000 euros, ndt.). Le temps de construction est de vingt-cinq jours. La structure étant modulaire, les habitants peuvent assembler eux-mêmes leur maison et agencer librement les espaces de vie à leur goût, réparer et remplacer facilement des parties de la structure défectueuses ou endommagées.

Actuellement, l'agence H&P Architects continue son étude en vue de concevoir une maison capable de flotter quand l'inondation atteint 3 mètres de haut en utilisant des barils recyclables. Les architectes aimeraient bien coopérer avec des laboratoires étrangers pour faire des expérimentations sur la capacité de résistance de leur modèle dans différentes conditions climatiques, notamment lors de tempêtes.

En 2008, au tout début du projet, peu de gens croyaient ces plans réalisables. En 2010, un prototype fut érigé. Les populations se sont montrées dubitatives quant à la stabilité et la résistance aux tempêtes. Grâce à leur foi, leur professionnalisme et leur persévérance, ces jeunes architectes ont enfin réussi à concevoir les premières maisons en septembre 2013. Elles ont depuis attiré l'attention des spécialistes nationaux et internationaux.

PV. | Bao Dat Viet | Vietnam
11-11-2013
Adapté par : Mai Linh Nguyen Pham

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |Avec Michel Rémon, faire le mur !

Faire, agir, contempler… quelques mots d'ordre pour Michel Rémon. Toutefois l'architecture n'est pas le centre du tout. L'usager, l'habitant, le patient, le lecteur, le sportif… tous ces individus qui peuplent chaque construction...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Sud et la nouvelle condition de l'architecte

David contre Goliath. Et vice versa. L’un tient généralement le bon rôle. L’autre non. Qui plus est, en lieu d’un géant, il s’agit d’une réussite et comme toujours, en France, le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]