Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Entretien | Leon11, Aniceto Marinas 48, Madrid (01-10-2014)

Ce qui exaspère David Cárdenas ? «Quand on ne sait pas distinguer le bon du cher», répond-il à Architects I Met*. Le jeune architecte, installé dans un vaste espace de co-working à Madrid, partage avec ses confrères l'envie d'agir sur le monde pour apprendre davantage sur l'art de bâtir. Un brin d'idéalisme pour affronter, sans doute, les «temps de crise».

Madrid | David Cárdenas

Parcours

Mon nom est David Cárdenas. Je suis architecte, espagnol, j'ai trente-et-un an. Je suis né à Alicante où j'ai grandi et étudié. Je suis venu à Madrid après avoir rencontré des confrères architectes lors de mon séjour à Berlin, en Erasmus. Nous avions tous envie d'agir ; l'école nous ennuyait. Il nous semblait que rien de ce que nous voyons autour de nous ne nous était enseigné à l'école. Nous avons alors commencé à faire des concours, choses qui nous étaient rendues possibles car, parmi nous, un ou deux pouvaient signer en tant qu'architectes.

Le groupe Leon11 a été initié en 2005. Ses membres étaient pour la plupart originaires de Madrid : María Mallo, Ana Peñalba et Elisa Fernández se sont connues lors des cours d'Andrés Perea. Je crois qu'elles sont les instigatrices du groupe... Cette affirmation n'engage que moi. Le fait est qu'elles étaient les plus énergiques. Elles ont rejoint six ou sept personnes qui avaient les mêmes inquiétudes et qui complétaient leur formation par de petits boulots en agence. Ils ont fini par louer un local au numéro 11 de la rue Leon où nous travaillons tous ensemble en menant parallèlement nos tâches respectives et bien d'autres encore.

Des gens de l'école et des amis se sont joints au groupe. Je les ai rencontrés en 2007 grâce à Elisa Fernández et, tout au long de ces années, l'agence n'a cessé de grandir. Il y a trois membres du groupe qui ont une entreprise de dessin (Mmecedorama), trois autres gars qui ont une agence de perspectivistes (Poliedro), il y a des cabinets d'architecture (Made In), il y a une académie (La Leonera) et il y a d'autres personnes qui vont collaborer avec les uns et les autres de manière autonome.

Aujourd'hui, nous ne travaillons plus réellement ensemble mais il nous paraît important d'être toujours dans le même espace. Par exemple, je planche sur un projet de graphisme. J'ai obtenu cette commande par le bouche-à-oreille dans l'agence. Notre groupe est très solidaire. Nous sommes tous amis depuis longtemps. L'agence est comme notre propre maison : tu y travailles le dimanche sans en avoir l'impression !

Ce type d'organisation créé des opportunités ; l'apprentissage y est permanent. Quelqu'un te raconte ce qu'il est en train de faire, tu n'as pas encore idée à quoi cela te servira mais, tôt ou tard, cela sera bel et bien utile. Chacun enrichit ainsi sa pratique. Aujourd'hui, par exemple, je fais un master à l'université et je prétends mener une recherche sur la manière dont l'architecture est enseignée. En ce sens, ce que je vois ici, à l'agence, me sert beaucoup.

02(@DR)_S.jpgMaud Vignane & Charlotte Vuarchex : Quel édifice auriez-vous aimé concevoir?

David Cárdenas : J'aurais aimé concevoir The Box de Ralph Erskine. Il a imaginé cette construction à l'âge que j'ai aujourd'hui, à trente ans. Voilà pourquoi elle me touche. Il venait de se marier, n'avait pas d'argent ni même de maison. Il a demandé à son beau-père une petite parcelle de terre et il y a construit, de ses mains, sa propre maison où il vécut et travailla quatre ou cinq ans.

Quel est le projet dont vous êtes le plus fier ?

Je dirai le concours que nous avons fait en 2008 pour le Marché de San Chinarro. Nous y avons beaucoup travaillé et tous ensemble.

Un détail important de l'un de vos projets

C'était pendant que je donnais des cours à Alicante, il y a deux ans, avec l'une de mes collègues, María Mallo. Tous deux nous donnions des cours à des élèves en première année d'architecture. Au lieu que chacun fasse son travail individuellement, nous leur avons dit de réfléchir ensemble à un projet. Il y eut des débats puis l'un d'entre eux a déclaré avoir un père forgeron.

Ils ont ensuite décidé - c'était l'idée la plus simple - de faire un cube très grand. Un cube de trois mètres et demi en acier. Personne n'avait jusqu'à présent rien construit et, en sept jours, ils en ont été capables. Ils ont pu faire ensemble ce qu'aucun n'aurait pu tout seul. C'est un détail qui me fait beaucoup réfléchir. Il y a une différence entre ne pas savoir faire quelque chose et ne pas savoir le faire au sein d'un groupe. Chacun peut contribuer de par son habileté à atteindre un objectif plus fort que tout.

Quel programme n'aimeriez-vous jamais concevoir?

Je n'aimerais pas construire pour quelque qu'un qui n'est pas bon.

Quelle serait pour vous la ville idéale?

Ce serait un endroit où les enfants dessineraient plus qu'ils n'écrivent. L'apprentissage s'y ferait à l'air libre ; il faudrait ne pas être assis derrière une table. L'apprentissage passe par l'action.

03(@DCardenas)_S.jpgPréférez-vous parler ou dessiner?

Je ne sais pas. J'aime les deux.

Qu'allez-vous faire l'année qui vient?

Aucune idée ! Les temps de crise sont compliqués. Je crois que c'est une bonne situation car il y a dix ans, chacun sortait de l'école d'architecture et allait travailler en agence même s'il n'aimait pas son métier, même s'il n'aimait pas son travail. 

Aujourd'hui, chacun s'interroge sur ce qu'il veut faire ; s'il veut aller faire de l'architecture à l'étranger ou s'il veut imaginer des bandes dessinées, être cuisinier ou trouver de l'argent public pour partir en coopération au Sénégal.

Quelque chose vous exaspère-t-il en architecture?

Oui, quand on ne sait pas distinguer le bon du cher ; quand le cher est choisi ; quand il est construit.

04(@DCardenas)_S.jpgVotre musique du moment

Je vais vous en dire trois : Forest Fire parce que c'est celui que j'ai le plus écouté cette semaine. Ils ne sont pas connus mais j'espère qu'ils le deviendront. L'album 'Northern Star Deserter' de Vic Chesnutt, celui que j'ai le plus écouté en boucle. Enfin, Rufus T. Firefly, un groupe de Madrid que j'adore.

Que diriez-vous à de jeunes architectes ?

Je ne sais vraiment pas. Je saurais, en revanche, quoi dire aux plus âgés. Je leur dirais qu'il y a bien plus de choses qui sont liées à l'architecture que ce qu'ils construisent. Qu'il y a d'autres formes de penser l'architecture, du moins différentes de celles qu'ils connaissent. Chacun doit être l'architecte qui est en lui. Voilà qui est au-dessus des considérations du marché.

Quels architectes vous accompagnent ?

Tous ceux de l'agence.

Quel souvenir gardez-vous de vos études?

Je me rappelle des nuits de travail, de conversations dans la cour... des nuits et des nuits entières.

05(@DR)_S.jpgQuelle est la prochaine étape?

Faire des choses, quelles qu'elles soient et de ne pas avoir honte de les montrer aux autres.

Propos recueillis par Maud Vignane & Charlotte Vuarchex

Adapté par : Jean-Philippe Hugron

* Architectes, curieux et avides de rencontres, les membres de l'association 'Architects I met' vont à la rencontre d'autres architectes autour du monde. A travers ces personnalités, ils explorent différents lieux et thématiques.

En savoir plus : http://architectsimet.com/

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'OLGGA

En 2018, OLGGA est lauréat de 3 nouveaux projets : le stade Gagarine sur les hauteurs du Havre (76), un gymnase à Wallers Arenberg (59) et le nouveau stade de Chambéry (73) d’une capacité de 5000 places.  ...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de 2/3/4/

La tour des Jardins de l’Arche est lauréate au BIM d’Argent 2018 dans la catégorie des projets supérieurs à 40 000 m² en neuf. 2/3/4/ urbanisme et paysage : lauréats de la mission de...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Perraudin Architecte

La France, la Suisse, le Liban et le Sénégal furent des lieux de développement et de recherches sur la sobriété constructive. La terre non stabilisée a été éprouvée par les...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Perraudin Architecte

La France, la Suisse, le Liban et le Sénégal furent des lieux de développement et de recherches sur la sobriété constructive. La terre non stabilisée a été éprouvée par les...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de OUALALOU + CHOI

2018. Un point tournant dans la trajectoire de l’agence OUALALOU + CHOI avec l’arrivée et avancement de plusieurs beaux projets en France, à vous dévoiler prochainement. Pourtant nos aventures architecturales et...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de MDNH architectes

L'agence a livré en 2018 la première tranche d’un îlot de 79 logements à Bonnières sur Seine (78), un ensemble urbain qui redynamise le centre bourg et qui s’articule avec la nouvelle urbanité de...[Lire la suite]