Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Naud &Poux, un EHPAD en abstraction (01-10-2014)

Les formes sont familières. Les lignes jouent des archétypes. Le vocabulaire est toutefois différent, «en abstraction». Pour l’EHPAD Antoine de Saint-Exupéry à Villejuif, livré en juillet 2014, l’agence parisienne Naud & Poux a privilégié un jeu d’échelles et un semblant d’urbanité pour conférer au projet toute son «humanité».

Santé | Val-de-Marne | Naud et Poux

Un pique-nique à Villejuif. L’idée, a priori baroque, était à l’adresse des collaborateurs de l’agence. Ou presque. Le Courrier de l’Architecte, en guise d’intrus, y était convié.

Ni sur l’herbe, pas même sur le pouce, le déjeuner avait donc pour décor un remarquable EHPAD. Derrière l’acronyme barbare, une maison de retraite. Le duo d’architectes a pris le mot au pied de la lettre. Le trait reprend alors l’archétype du toit à double pente et compose un ensemble de volumes en apparence détachés les uns des autres. Bref, des airs de village.

L’établissement s’organise donc «façon maisons de ville». «Notre projet repose sur une analyse urbaine. Nous sommes face à un système pavillonnaire que nous voulions respecter», explique Elizabeth Naud. «Nous souhaitions proposer un cadre de vie à l’échelle du parcellaire de Villejuif», résume-t-elle.

Le tout s’articule en deux ensembles en vis-à-vis le long d’un mail. Ce semblant d’urbanité participe d’un «environnement enfin humanisé», précise-t-elle. L’intention, «évidente en plan», est d’engager un «possible futur», à savoir, la traversée du site par tout un chacun.

«Nous prolongeons des tracés existants et nous souhaitons, à terme, désenclaver la parcelle», souligne Luc Poux. L’EHPAD, en coeur d’ilot, n’est, pour l’heure, accessible que depuis la rue Guy Môquet.

02(@JLanoo)_B.jpg L’écueil aurait été de réaliser un long bâtiment. Ici, aucun effet de masse. «Chaque maison a sa couleur», précise Franck Grilo, chef de projet. Les variations restent néanmoins sobres et s’harmonisent avec l’édifice voisin, le Centre Hépato-Biliaire Paul Brousse conçu à la fin des années 80 par Claude Vasconi. Un heureux hasard.

En tout et pour tout, l’ensemble imaginé par Naud & Poux réunit 160 logements répartis sur dix entités. Un enjeu de taille, imperceptible tant l’échelle est parfaitement maîtrisée.

Aussi, pour éviter une gestion des flux complexe - plus de 100 personnes viennent travailler dans l’établissement -, chaque étage propose un espace généreusement ouvert à la lumière extérieure. Tantôt salon, tantôt salle à manger, ces lieux évitent des relations verticales autant que les imposantes terrasses. Voilà une générosité de situations déjà présente à Massy, au sein de l’opération de logements pour étudiants livré par l’agence à l’automne 2013.

03(@JLanoo)_S.jpg«Donner un environnement domestique», tel est le leitmotiv de l’EHPAD. Chaque élément est «une réponse à un programme», le tout orchestré à sa juste mesure.

Les chambres, quant à elles, sont «exceptionnellement grandes» aux dires de l’architecte. 23m² quand la moyenne des établissements est à 18m². Le tout présente une «déco trendy». «Ceux qui entrent en maison de retraite avait cinquante ans en 1980. Ils sont donc habitués à la modernité. Pourquoi leur donner de la moulure et du pastiche ?», s’étonne Elizabeth Naud.

Reste les volets, astucieux dispositif pliant, qui animent les façades. La maîtrise d’ouvrage demeure, quant à elle, plus circonspecte sur le sujet. Le seul, vraisemblablement. Le parti, dans son ensemble, séduit. «Après tout, nous ne voulions qu’apporter de la tendresse», affirme Elizabeth Naud.

Qui donc pour la refuser ?

Jean-Philippe Hugron

04(@JLanoo).jpgFiche technique

Programme : construction d’un EHPAD de 160 chambres dont 24 pour maladie Alzheimer et 10 places en accueil de jour
Lieu : 94800 Villejuif
Maîtrise d’ouvrage : France Habitation
Directeur de Programme : Sophie Cariou
Gestionnaire : ARPAD
Equipe de maîtrise d’oeuvre : Elizabeth Naud & Luc Poux
Chef de projet : Franck Grilo et Julien Ménard
Direction des travaux : CICAD
BET Fluides : ETB Antonelli
BET structure : Scyna 4
Economiste : Tohier
Entreprise : Hervé
Surface SHON : 9.200m²
Montant : 19,9M€ HT
Calendrier : Concours : Lauréat 2007 / Livraison : juillet 2014

Réagir à l'article





Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]


Portrait |Chen Kuen Lee, après Scharoun

Voilà une carrière qui force la curiosité. En 1931, Chen Kuen Lee quitte la Chine pour rejoindre l’Allemagne. Il y étudie l’architecture et travaille aux côtés de Hans Poelzig et Hans Scharoun. Il...[Lire la suite]

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]