Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Une station de métro à Toulouse «entièrement rhabillée de neuf» (10-11-2014)

L'agence LCR Architectes, dirigée par Xavier Ratynski, Philippe Lapeyre et Keyvan Esna, a livré, en septembre 2014, la rénovation et la réorganisation de la station Jean-Jaurès de la ligne A du métro de l’agglomération toulousaine. Notice architecturale.

Notice Architecturale | Toulouse | LCR Architectes

Située au point focal du réseau, au croisement des lignes de métro A et B, la station Jean-Jaurès se caractérise par son hyper centralité et son rôle d’unique point d’interconnexion entre les deux lignes existantes et son niveau de fréquentation très élevé. C’est aussi une station structurellement contrainte : insérée dès l’origine dans les infrastructures d’un parking existant, la marge d’évolution de sa volumétrie générale est extrêmement réduite.

Jean-Jaurès est la station la plus empruntée du réseau toulousain. Les flux, engendrés par les migrations quotidiennes des usagers, sont cycliques et périodiquement massifs. Depuis la mise en service de la ligne B et notamment de la nouvelle configuration de la salle d’échanges commune aux deux lignes, la station Jean-Jaurès a vu sa fréquentation augmenter de façon très importante.

La salle d’échanges et les quais de la ligne A étaient saturés en terme de débit. Aux heures de pointe, un engorgement chronique des quais et les ralentissements induits par les croisements de flux en salle d’interconnexion imposaient la mise en oeuvre de solutions d’amélioration.

Le constant développement du trafic va nécessairement augmenter le débit des voyageurs déjà très élevé et accentuer le sentiment de confinement induit par l’encombrement de l’axe médian du quai et par la faible hauteur disponible sous dalle.

Le fonctionnement et l’image de la station n’était plus à la hauteur de sa position stratégique. Le projet envisagé devait : dégager la volumétrie des quais de la ligne A, réorganiser les dégagements et les accès, créer une ambiance apaisée, prendre en compte le poids symbolique de cette opération et offrir aux usagers une volumétrie plus aérée, sereine et fonctionnelle.

02(@Mathieu Ducros)_B.jpgRéorganisation fonctionnelle

Afin d’aboutir pleinement au processus de rénovation et de dégagement d’un volume adapté, il était nécessaire de réexaminer la place des fonctionnalités annexes comme par exemple celle du poste de police (initialement situé en fond de la salle des billets) et de la plupart des organes et réseaux techniques.

Il a donc été proposé de profiter de ces travaux pour favoriser l’accès direct au quai de la station ligne A depuis la galerie marchande, déchargeant ainsi la salle d’échanges lignes A / B des entrées / sortants de la station.

Suite à l’étude de 12 configurations et variantes, la solution retenue permet de répondre au problème de confinement sur le quai de la station Jean-Jaurès - Ligne A et au surencombrement de l’espace de transit.

Elle se distingue par la mise en place de suspentes supportant le plancher de la salle des billets et libérant totalement le quai et consiste à réaliser :

  • > Le déplacement du poste de police de la salle des billets ligne A vers la salle d’échanges ;
  • > Le réaménagement de la salle des billets en lieu et place des locaux 'Police' et des locaux de service ;
  • > Le remplacement des deux escaliers fixes existants par un large escalier tournant en fond de quai ;
  • > Le déplacement et le remplacement de l’ascenseur actuel par un ascenseur vitré situé en fond de quai ;
  • > La libération totale du quai et la mise en suspente de la salle des billets ;
  • > L’adaptation des systèmes de ventilation, de vidéosurveillance, d’information des voyageurs... ;
  • > La remise à niveau du second ascenseur au niveau de la salle des billets de la ligne A vers l’extérieur ;
  • > La rénovation complète de la station (murs, plafonds, sol, éclairage...) ;
  • > L’amélioration des cheminements depuis la galerie commerciale ;
  • > Le maintien du point d’arrêt actuel d’exploitation des rames.

C’est une nouvelle station qui émerge des choix fonctionnels simples, efficaces et mesurés dans leurs implications financières et techniques.

03(@Mathieu Ducros)_B.jpgParti architectural

L’image de la station était dégradée par son manque de confort d’usage et par le confinement de ses espaces, mais aussi par l’encombrement signalétique, l’émiettement des surfaces réticulées, la répartition des éclairages, la brutalité de leurs multiples reflets sur les surfaces métalliques et le manque de lisibilité de l’ensemble.

La charte architecturale apporte calme, ordre et clarté sur l’ensemble de la ligne A mais son application à la station Jean-Jaurès, station très fréquentée, au fonctionnement complexe et aux volumes mesurés, nous à parue d’emblée peu propice à la sérénité recherchée.

Les caractéristiques de la station Jean-Jaurès, son rôle unique dans le réseau, ses contraintes volumétriques, l’étroitesse relative du quai central et la faible hauteur sous dalle, nous ont donc conduits à proposer pour cette station un traitement architectural et symbolique spécifique.

Nous avons travaillé le parti architectural avec deux objectifs :

  • > Donner à la station une nouvelle image qui consacre son rôle spécifique sur le réseau et témoigne auprès des usagers des améliorations apportées à l’usage : Plus de douceur, des surfaces unitaires traitées par aplats / Peu de ruptures, des contrastes faiblement marqués, une gamme colorimétrique réduite / Contrôler la lumière, éviter les reflets / Constituer un fond de décor serein sur lequel quelques éléments symboliquement significatifs apparaissent ;
  • > Renforcer l’identité du lieu en assumant l’héritage toponymique. La fin de travaux de rénovation de la station coïncide presque exactement au centième anniversaire de la mort de Jean-Jaurès. Au-delà des clivages, le personnage historique est une figure emblématique de la conviction et du courage politique. Un lieu portant son nom peut, et peut-être doit-il rendre symboliquement un discret hommage à ce qu’il représente dans notre histoire commune.

Le quai central est dégagé, la salle des billets allongée, la volumétrie allégée, les flux séparés, les parcours sont plus clairs et plus confortables, l’ensemble gagne en visibilité et en lisibilité. En termes de flux, ces mesures améliorent sensiblement la fluidité des déplacements sur les quais et le confort des usagers en transit.

06(@Mathieu Ducros).jpgLe projet

Ces objectifs nous ont guidés tout au long du travail de conception. La station est entièrement rhabillée de neuf.

Du choix des matériaux, des textures, des coloris, des calepinages jusqu’aux dessins des détails de mises en oeuvre, la ligne fut tenue :

  • > Disparition des détails d’assemblages ;
  • > Suppression des éléments de surfaces composites ;
  • > Granit rose flammé pour le revêtement du sol des quais ;
  • > Carrelage grès cérame gris clair 60x30 structuré au sol de la salle des billets ;
  • > Le même carrelage dont la pose aléatoire gomme l’obsédante répétition modulaire pour les parois périphériques ;
  • > Des partitions en verre et quelques accessoires inox brossés, vitrages clairs non réfléchissants, affinement des suspentes structurelles, vitrage d’angles de la cage d’ascenseur ;
  • > Une signalétique retravaillée, sobre, coordonnée efficace ;
  • > Des luminaires intégrés, linéaires et positionnés pour soutenir les effets.

Restent les quatre éléments que nous avons choisis pour marquer l’identité de la station :

  • > Le faux plafond de la station en panneaux de stratifié compact haute pression (HPL) 'Trespa' - dont le rouge soutenu peut être interprété comme une référence directe à l’iconographie de Jean Jaurès - et dont la légère ondulation peut rappeler le mouvement d’un textile dans le vent ;
  • > La 'Lanterne' de la salle des billets dont les lames de verre coloré et les jeux de lumière jaune et rouge qu’elles diffractent symbolisent peut-être certains aspects tragiques de notre histoire ;
  • > Le plafond blanc translucide rétro-éclairé du nouvel escalier qui figure le jour de surface et de ce fait affirme le rééquilibrage des flux ;
  • > Enfin, l’expressionnisme appuyé des deux rangées de suspentes rouges qui supportent le plancher de la salle des billets et libèrent l’axe médian des quais souligne le travail d’imagination et la rigueur conceptuelle que nécessitent ce type d’intervention.

LCR Architectes

04(@Mathieu Ducros)_S.jpgFiche technique

Programme : rénovation et amélioration des flux de la station de métro Jean-Jaurès à Toulouse
Maitrise d'ouvrage : Syndicat Mixte Transports en Commun de l'Agglomération de Toulouse (SMTC)
Maîtrise d'ouvrage déléguée : Société de la Mobilité de l'Agglomération Toulousaine (SMAT)
Régie d’exploitation commerciale : Tisséo
Architectes : LCR Architectes
Bureau d’études infrastructures de transport public : Systra
Bureau d'études TCE : Artelia
Coût : 5.334.780€ H.T.

05(@Mathieu Ducros)_S.jpg

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Valode & Pistre

Valode & Pistre a pour vocation d’intervenir dans tous les domaines de l’architecture, de l’aménagement urbain et de l’architecture d’intérieur. L’année 2018 confirme la...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Corinne Vezzoni et associés

L’année de l’agence Corinne Vezzoni et associés a été marquée par plusieurs événements, avec notamment la nomination de Corinne Vezzoni au Grand Prix national d’architecture....[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de GPAA (Gaëlle Péneau architecte et associés)

Cette année a été marquée par un grand nombre de concours réalisés, et deux gagnés à ce jour : la nouvelle école de Design Nantes Atlantique avec l’agence Mimram et Jouin_Manku...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Groupe-6

Expositions, Saclay, santé !    L'exposition Interactions à la Galerie d'architecture s'est prolongée à Grenoble où elle durera encore quelques semaines ! Cette année 2018 a aussi mis à...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Antonio Virga

C’était une année très dense et riche durant laquelle nous avons reçu le prix AMO pour le CHAI – centre d’hébergement et d’accueil international– comme meilleur catalyseur urbain ; les...[Lire la suite]