Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Restructuration et extension du groupe scolaire Nelson Mandela à Vigneux-sur-Seine (10-12-2014)

«La particularité de ce projet réside en la restructuration d’un bâtiment métallique construit en 1969 par les architectes Paul Chemetov et Jean Deroche (AUA) (...) ainsi que par l’extension avec isolation par l’extérieur et bardage métallique», explique Carlos Barba, fondateur de l'atelier AR+TE (ARchitecture + TErritoire), au sujet de la réhabilitation du groupe scolaire Nelson Mandela de Vigneux-sur-Seine, livrée en septembre 2014. Notice architecturale.

Notice Architecturale | Essonne | Carlos Barba

Contexte urbain

La parcelle est située dans le quartier de l'Oly, en limite communale de la Ville de Vigneux-sur-Seine et de la Ville de Montgeron. Ce quartier fait partie d’un programme de rénovation urbaine financé par l’ANRU (Agence Nationale pour la rénovation Urbaine). La parcelle est bordée au Nord-Est par des immeubles de logement type 'barres' R+8, au Sud-Ouest par un tissu pavillonnaire.

Le site scolaire était initialement desservi depuis la rue pour la maternelle et depuis une voie en impasse pour l'école élémentaire.

L'ensemble des bâtiments a été réalisé par l'atelier d’architecture AUA (Paul Chemetov et Jean Deroche) entre 1969 et 1975. Les écoles sont des adaptations de procédés constructifs métalliques de type industriel.

Initialement, deux bâtiments, datant des années 1970, sont construits sur le terrain : l'école proprement dite sur deux niveaux (de dimensions de 40x20m) et un bâtiment de logement en rez-de-chaussée.

L'école élémentaire existante a été réalisée avec un procédé de structure métallique, l'ensemble des poteaux est réalisé en tubes métalliques rectangulaires axés sur une trame de 1,8m servant de support à une grande surface vitrée type mur rideau. L'école maternelle située coté rue Cachin en rez-de-chaussée est construite dans les années 1970 et agrandie 4 ans après.

Restructuration et extension

02(@C.Barba&J-C.Morisseau-DR)_S.jpgLe projet comprend la restructuration de tous les locaux d’enseignement (salles de classe et locaux périscolaires avec service de restauration) et la création de locaux éducatifs et psychomoteurs en extension du bâtiment existant (bibliothèque, informatique et motricité).

L’objectif de la restructuration et de l’extension consiste à regrouper les salles de classe maternelle et élémentaire dans une seule entité. 

Les classes de l’école maternelle occupent les espaces du rez-de-chaussée du bâtiment existant et l’école élémentaire occupe les classes à l’étage. 

Le bâtiment en extension est de type constructif mixte béton-métal et comprend une salle de motricité, une bibliothèque, une salle informatique et des sanitaires avec accès depuis la cour.

Les deux niveaux du projet communiquent de plain-pied avec le bâtiment d’enseignement existant.

Le nouveau bâtiment est composé d’un corps de bâtiment compact et linéaire se prolongeant vers l’entrée principale afin d’identifier l’entrée de l’équipement. Il répond à la même modénature des façades de l’ensemble du groupe scolaire sur la partie du rez-de-chaussée par des murs rideaux en aluminium laqué gris clair. Pour l’étage, un bardage métallique en acier Corten rappelle le système constructif métallique du bâtiment existant.

La réfection des grands murs rideaux du bâtiment existant répond à la volonté de conserver les particularités de ce bâtiment des années 1970 avec des grandes surfaces vitrées. Des parties pleines en tonalité gris clair et des éléments en verre opale en allège unifient ces grandes façades et régulent les apports solaires.

Le projet identifie les différents programmes entre chaque niveau par la séparation du volume de l’étage sur pilotis. Les deux préaux sont créés dans le volume libre au rez-de-chaussée.

L’écriture est mise en évidence dans ce bâtiment scolaire avec différentes inscriptions sur les murs : le nom et le visage de Nelson Mandela à l’entrée ; les mots symboliques de «liberté, égalité et fraternité» dans l’atrium partagé par l’école maternelle et élémentaire ; enfin, par des inscriptions en écriture cunéiforme et en hiéroglyphes représentant Vigneux-sur-Seine sur les porte-manteaux des élèves (les patères représentent une plume, un fleuve, un poisson et l’agriculture).

03(@Carlos Barba-DR).jpgCaractéristiques du bâti et aspect extérieur

Le nouveau bâtiment est constitué d’un seul bloc unitaire et compact constitué pourtant de trois éléments du programme : la bibliothèque, la salle de motricité et les sanitaires. Sa conception part d’un parallélépipède simple qui est sectionné afin de signaler le flux des accès. Ce biais signale le sens d’entrée mais également le cheminement des écoliers vers leurs salles de classe.

Les locaux situés au rez-de-chaussée de l’extension forment 'un socle' en bardage bois accompagné visuellement de clôtures en bois entre les deux cours extérieures et les deux préaux.

L’aménagement des espaces extérieurs a pour objectif de créer une allée semi-publique de distribution de tous les bâtiments par la redéfinition et la hiérarchisation des accès. Les espaces extérieurs seront délimités en dernière phase par un élément refermant la cour d’école, matérialisé par un bâtiment comprenant les espaces sportifs et gymnastiques.

Carlos Barba

04(@C.Barba&J-C.Morisseau-DR)_B.jpgFiche technique

Programme : réhabilitation lourde du groupe scolaire Nelson Mandela, à Vigneux-sur-Seine, avec désamiantage et extension en démarche environnementale répondant à la réglementation thermique 2012
Maître d’ouvrage : Ville de Vigneux-sur-Seine
Architecte mandataire : Carlos Barba AR+TE, ARchitecture + TErritoire
Architecte co-traitant : Jean-Christophe Morisseau
BET & économiste : CTC Ingénierie
Surface : 3.550m² SHON
Estimatif travaux : 4.650M€ HT
Livraison : Septembre 2014

05(@Carlos Barba-DR).jpg

Réactions

Fatima | Parent | Ile de France | 09-10-2019 à 15:30:00

La réponse des architectes montrent leur méconnaissance du milieu scolaire. Les récréations n'on pas forcément lieu en même temps entre une école maternelle et une école primaire, les récréations de l'école maternelle étant plus longues que celle de l'école primaire.

Barba | L'architecte | Ile de france | 11-11-2015 à 22:05:00

Nous essayons à ne pas répondre à des propos insultants, et pourtant, nous recevons des éloges et bien sûr des insultes en nous exposant tous les jours à donner un nouveau cadre de vie. Les insultes nous rendent plus forts et plus encore quand ils sont gratuits ! Les classes sont orientées au sud et la cour aussi; le propos concernant le bruit est infondé car l’enseignement et la récréation sont impossibles au même temps. Le bardage métallique comporte des gouttières anti rejet mais effectivement il y a comme dans toutes les écoles des endroits où les murs sont accessibles si l’on veut bien les caresser… Soyez rassurés car on ne gardera en mémoire que les phrases des enfants disant « elle chouette mon école » visible dans la dernière photo, ou la phrase de cet enfant qui nous a dit « super mon école on dirait un collège ». Les propos malveillants ne restent que dans la bouche des adultes.

Malika | Atsem | Ile de France | 20-12-2014 à 19:54:00

Pas de bon sens ni monumentalité républicaine digne de ce nom. On l'a surnomme déjà, -crotte sur pilotis-. Tu vas à l'école ? -Oui, à la crotte.-

Malek | Parent d'élève | Ile de France | 20-12-2014 à 19:48:00

Que penser de cette école de banlieue et de son architecte ? Dans une école où les élèves sont des plus difficiles, les garde-corps pour monter à l'étage sont ridiculement petits et les élèves peuvent facilement passer par dessus ou en faire des toboggans dangereux... Les portails de sortie sont trop petits et non adaptés aux fins de classes, les élèves devant passer au compte goûte.... Outre la vue et le fond sonore de la cour maternelle qui longe l'essentiel des classes alors qu'elle aurait pu être disposée différemment, on doit passer au-dessus de cette cour sur une coursive pour rejoindre sa classe et il est difficile de ne pas sortir du rang pour ne pas dire bonjour à son petit frère... Tout ce long cheminement était-il vraiment nécessaire ? Le revêtement des murs en acier rouillé, à l'esthétique plus que douteuse, permet une recoloration des vêtements gratuites... Les murs blancs dans les zones d'habillage et de fort passage, des porte-manteaux en plastique et des meubles bas dangereux en milieu de couloir ne résisteront pas longtemps... Le vitrage est omniprésent afin que papa et maman puisse dire bonjour aux enfants ou surveille le professeur durant depuis la rue pendant la journée et afin de ne pas permettre l'installation de structures de motricité... Bref, beaucoup d'argent dépensé pour une masturbation intellectuelle sans bon sens.

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de a+ samuel delmas

2018… Une année d’études et de chantier… de la générosité, un travail dense et de beaux projets gagnés. Des études, avec notamment le projet LUMEN, ZAC Confluence II à Lyon...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Metek

En 2018 Metek s’engage pour parler d’architecture autrement en accompagnant« Crimée enchantée, histoire (s) d’une architecture », (film de Sophie Comtet Kouyaté), et « Villa...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de CFSA

Il n'y a aucune excuse pour faire quelque chose qui ne soit pas d'une beauté frappante - William Morris[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Elizabeth de Portzamparc

Le Musée de la Romanité de Nîmes, événement architectural et culturel contemporain, a été inauguré le 2 juin. Une monographie sur le travail d’Elizabeth de Portzamparc a été...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de NOMADE architectes

Riche actualité pour l’agence NOMADE architectes cette année ! 2018 est ponctuée par les livraisons de programmes variés dont 36 logements collectifs à Caen (14), l’Hôtel de Ville à...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'AZC

L’équipe AZC vous souhaite à tous, Une Bonne Année 2019 ![Lire la suite]