tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Etats-Unis | Une architecture pour l'IVG ? (07-01-2015)

Aux Etats-Unis, se prémunir des activistes anti-IVG est l’un des points importants de tout projet de centre pratiquant l’interruption volontaire de grossesse. Lori A. Brown, architecte, a mené l’enquête sur ces «espaces contestés» dans un ouvrage paru en 2013. Naïf pour les uns, courageux pour les autres, l’effort reste d’actualité et l’auteur milite plus que jamais. La revue américaine Salon lui a offert ses colonnes en décembre 2014.

Santé | Etats-Unis | Lori A. Brown

«L’un des bâtiments modernes que je préfère en Alberta est la clinique Kensignton à Calgary. Conçu par Andrew King en 2005, ce modeste centre IVG présente la même géométrie forte et claire que les nombreuses maisons primées que cet architecte a réalisées. L’approche d’Andrew King porte sur la discrétion. 'Il n’y a pas de porte d’entrée magistrale', précise-t-il. 'La commande exprimait le souhait de réduire l’importance de la séquence d’entrée afin de réduire le risque d’attaque d’activistes’», relate Annmarie Adams, directrice de l’Ecole d’Architecture de McGill University.

Cet article du Times Higher Education, daté du 1er août 2013, fait suite à la parution du livre Contested Spaces : Abortion Clinics, Women’s Shelters and Hospitals, une étude menée par Lori A. Brown, architecte, sur les centres et cliniques pratiquant l’interruption volontaire de grossesse aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique.

Le 26 décembre 2014, le magazine Salon réactualise ce travail et propose un entretien fleuve avec l’auteur qui souhaite rendre «beau» ces lieux déshérités de toute attention.

02(@DR)_B.jpgA cette occasion, Lori A. Brown revient sur l’origine d’une recherche, à savoir l’amer constat de la place de la femme dans les agences d’architecture à New York.

«Pourquoi n’apprenons-nous rien sur les femmes dans nos cours d’histoire et de théorie ?», s’interrogeait-elle alors. 

«Les espaces contestés» sont une forme de réponse.

«J’ai débuté ce travail en observant des espaces domestiques, les relations entre les genres et l’occupation de la maison. Mon expérience de praticienne s’est portée sur des projets résidentiels et commerciaux. Je voulais néanmoins aborder un sujet ayant un plus grand impact. L’idée d’appréhender un espace 'sexué' ainsi que les politiques liées à l’avortement est très vite devenue une évidence», explique-t-elle.

Le regard est alors porté sur les cliniques des environs. Pour obtenir des réponses, Lori A. Brown souhaite organiser des entretiens : NO WAY.

«Voilà qui m’a obligé à reconsidérer l’échelle de mon travail», assure-t-elle. Direction le Mississippi où elle trouve les premiers soutiens. Par la suite, la démarche s’ouvrira à l’échelle continentale.

Comme Katie McDonough, qui mène l’entretien, le rappelle, «ces cliniques sont éminemment politiques». Certes, Lori A. Brown en convient et prône avant tout des solutions architecturales.

«Nous avons atteint un si faible niveau en termes d'accès, que nous nous battons pour de petites choses comme la manière d’entrer ou de laisser ces centres ouverts. Par conséquent, évoquer la seule idée de rendre ces espaces beaux peut paraître bien audacieuse», précise-t-elle.

En conséquence, elle espère davantage d’engagement de la part de la profession. Par là même, elle se montre parfois un peu déçue par ses pairs. «J’ai rencontré en-dehors de l’architecture, en droit, en géographie, en santé, des personnes qui m’ont bien plus supporté. J’ai parfois la drôle d’impression d’être celle qui force une discipline à faire plus encore que ce qu’elle ne fait», dit-elle.

L’analyse de ces «espaces contestés» relève toutefois de l’étude statistique et géographique. Annmarie Adams, dans sa critique, ne s’y trompe pas et dénonce de trop faibles réponses architecturales.

03(@DaveWalker)_S.jpg«Parce qu’elle est particulièrement intéressée par l’espace public, Brown dénonce les tactiques déplorables de manifestants qui, pour dissuader les femmes voulant entrer dans les cliniques, s’installent au devant en usant de mégaphones et d’appareils photo pour harceler ces patientes», note-t-elle.

«Dans ce contexte conflictuel, Brown, sans surprise, cible la plupart de ses commentaires sur la sécurité : murs et clôtures, séquences d’entrée, possibilité de surveillance, utilisation de détecteurs de métaux, matériaux pare-balles... [...] En tant qu’architecte, Brown veut enrichir l’expérience des usagers par des éléments aussi simples que le choix des couleurs et la diffusion de la lumière. Il y a néanmoins relativement peu d'informations sur l'architecture des refuges ou des hôpitaux de femmes, malgré le sous-titre du livre», prévient-elle.

04(@DebraSweet).jpgLa conclusion est alors jugée «naïve» et les axonométries «minimalistes». L’idée d’installer des centres IVG dans les plus grands 'malls' parait même farfelue : «les opérateurs de ces cliniques ont d’ores et déjà des problèmes pour trouver des locaux, pourquoi les centres commerciaux les soutiendraient-ils ?», s’interroge-elle.

Alors ? «Ces cliniques devraient être visibles et sophistiquées en plus d’être dessinées par des architectes fiers. De tels centres auraient une porte principale», conclut Annmarie Adams.

De la visibilité ou de l’intimité... Que choisir ?

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]