tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Royaume-Uni | Quand c'est trop, c'est Kengo ! (04-02-2015)

Le refrain est bien connu. La surprise feinte par les traîtrises d’ouvrage est désormais un brin déplacée. Imaginez un projet de musée conçu par un label-architecte dont le prix initialement fixé serait celui payé en fin de course... Voilà une nouvelle qui serait étonnante ! Mais le doublement de la facture n’a rien d’original ! A Dundee, en Ecosse, le nouveau V&A Museum de Kengo Kuma défraye pourtant la chronique.

Culture | Bâtiments Publics | Royaume-Uni | Kengo Kuma

En 2012, l’architecte japonais a été désigné lauréat du concours du Victoria & Albert Museum de Dundee. Le projet était alors estimé à 49 millions de livres.

Devant l’ampleur du premier dessein, les autorités ont préféré réduire leurs ambitions pour rentrer dans les clous. Résultat, deux ans plus tard, le musée atteint les 80 millions de livres. «Un secret de polichinelle», assure Andrew Argo, journaliste, dans un article paru dans le journal local The Courier en date du 17 janvier 2015.

02(@KengoKumaAssociates).jpg«10% est une marge possible pour des projets de constructions majeures mais le doublement du budget est rare et a de quoi inquiéter. Voilà qui est embarrassant pour l’équipe du V&A ; c’est même un scandale pour ceux qui se sont trompés à ce point», écrit-il.

Le journaliste rappelle déjà qu’un indice avait été donné quand le projet, pour des raisons budgétaires, avait changé de site, afin d'être positionné totalement sur la terre ferme afin «comme le dit Kengo Kuma, de réduire les risques».

Phil Miller, dans l’édition du 16 janvier 2015 du Herald Scotland, plutôt que fustiger la maîtrise d’ouvrage, détaille les chiffres en précisant combien la mairie compte sur ce projet pour redynamiser le front de mer.

03(@KengoKumaAssociates)_S.jpgPour financer les 31 millions supplémentaires, le conseil municipal propose une enveloppe de 11,6 millions de livres. «Des fonds privés sont anticipés à hauteur de 6,6 millions alors que 4,5 millions vont être réclamés au fond patrimonial de la Loterie Nationale. Enfin, 6,5 autres millions pourront être trouvés au sein du programme 2015-2018 sans avoir de conséquence sur les services municipaux», explique le journaliste.

Building.co.uk révèle le 27 janvier la «surprise» de Kengo Kuma face aux chiffres avancés. Incroyable mais vrai ! Cordes à treize noeuds et bouliers n’ont a priori pas suffit à jauger l’enveloppe du projet.

«Le V&A Museum of Design est complexe. Nous avons contrôlé l’ensemble des coûts importants liés au processus de conception et nous avons mis en regard ces chiffres avec le marché de la construction et ce en passant par différentes entreprises», se défend l’architecte.

04(@KengoKumaAssociates)_B.jpgAlors à qui la faute ? A «l’inflation» et aux «conditions du marché» ! «La tendance a étonnamment changé pour gagner de hauts niveaux inattendus, même pour les principaux entrepreneurs», a-t-il déclaré en ajoutant toutefois dans la balance, la «nature complexe» du dessein.

La remise en question n’est pas à l’ordre du jour. L’appel à plus d’humilité lancé lors d’une conférence donnée en marge de l’exposition 'Sensing Spaces' à l’Académie Royale des Arts à Londres en janvier 2014 semble bien loin.

Plus que le silence ou la cohérence, Kengo Kuma préfère la forme à tout prix !

Jean-Philippe Hugron

Réactions

MartinLucas | Architecte | 05-02-2015 à 15:03:00

Bizarre, cet article...
"(...)Cordes à treize noeuds et bouliers(...)". Je ne vois pas l'intérêt de cette remarque, si ce n'est de dénigrer quelqu'un par rapport à son pays d'origine. Classe.
Par ailleurs, vous vous gardez bien de préciser le contexte des concours, où les projets sont jugés autant sur l'image (il faut que ça soit bien tape-à-l'oeil), que sur le budget (il doit être riquiqui).

Que font logiquement les architectes ? Ils promettent monts et merveilles et choisissent délibérément de sous-évaluer le budget car c'est leur seule chance de gagner.

Exemple français : la Philharmonie de Paris.

Quand les critères des concours changeront et quand les jurys seront constitués de personnes plus compétentes, vous verrez, d'un coup les budgets seront mieux tenus !

fredkosmo | 04-02-2015 à 22:35:00

la «nature complexe» du dessein. ?

ou du dessin?

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |Pierre-Alain Dupraz, architecte-topographe

«Pour mes pairs, je serais romand de tendance française», sourit Pierre-Alain Dupraz. De l'autre côté de la frontière, en France, il est, tout simplement, un architecte «suisse». De fait, il...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Rifat Chadirji, architecte en noir et blanc

Bagdad, aussi inconnue que méconnue. Des années de conflits armés ont détourné architectes, historiens et photographes d'une capitale moderne dont Rifat Chadirji en fut l'un des plus éminents acteurs....[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]