tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Opinion | Triangle, le mauvais projet de bons architectes ? (25-02-2015)

Georges Maurios, architecte diplômé, entre autres, de Harvard, dénonce le projet politique en deçà de la Tour Triangle, Porte de Versailles. Autant que les Halles et la nouvelle canopée illustrent une régression, le projet de Herzog et de Meuron est une vision court-termiste. L'émoi suscité serait l'expression d'un clientélisme politique mettant à jour un système Beaux-arts bel et bien vivant.

Tours et gratte-ciel | 75015 | Georges Maurios

La Tour Triangle n'est-il pas un mauvais projet fait par de bons architectes ? Ce n'est pas parce qu'ils sont labellisés 'Prix Pritzker' que tout ce qu'ils font est forcément bien.

Ce n'est d'ailleurs pas une tour, mais un simple volume triangulaire, qui devrait plutôt être qualifié de Triangle écran. Il culmine à 180 mètres, soit. Pourquoi pas plus ? Dans ce projet, plus on monte dans le ciel, moins il y a de matière ; la matière s'étale en bas pour faire écran dans la zone de visibilité moyenne.

Par effet d'entraînement, autour de quelques starchitectes français, aussi couverts de prix et de médailles que des généraux mexicains et qui n'ont fait que remplacer, en le perpétuant d'une autre façon, le système Beaux-arts bien français, les signatures qui s'accumulent en faveur de ce projet de 'Tour Triangle' tiennent plus du conformisme et de l'opportunisme convenu que d'une réelle conviction formelle et artistique.

Bien sûr, si des architectes comme Dominique Perrault, Jean Nouvel, Christian de Portzamparc, Renzo Piano, etc. se sont empressés de signer cette pétition, ceux qui signent derrière eux se sentent grandis et bien vus de la municipalité. D'ailleurs, combien d'entre eux ont déjà affiché leur soutien à Anne Hidalgo pendant la campagne des municipales ? Combien d'entre eux aussi ont déjà dans leurs cartons des projets de tours, attendant que le bouchon du plafond de hauteur saute enfin ? Bien entendu, le permis de construire accordé pour la 'Tour Triangle' constituerait un beau précédent.

Quant aux arguments défendus par Louis Paillard et Ludovica di Falco à propos de Londres qui serait plus progressiste et avant-gardiste que Paris, ils sont justes. Ce qu'ils oublient toutefois de dire, c'est que Londres n'est pas comparable à Paris.

Londres est une ville qui n'a jamais été réputée pour la beauté de son histoire et de son patrimoine : c'est en cela qu'elle sera toujours moderne sans risque et que l'on peut y mettre tout ce que l'on veut, c'est-à-dire tout et n'importe quoi.

Comparons Paris avec Rome, Vienne, Amsterdam, etc. et essayons de mettre le même projet (la Tour Triangle) dans ces trois villes... Ca donne quoi ? Et pourquoi pas une Tour Triangle à Bâle, ville de leurs auteurs, même plus petite ?

Le problème n'est pas celui de la Tour, encore moins du Triangle, qui a le mérite de se terminer naturellement, en pointe, à une hauteur liée à son empâtement et à son inclinaison. En cela, le projet d'un autre Triangle, celui de la Folie, à La Défense, où Jean Nouvel avait dessiné sa Tour Sans Fins, était éloquent : il ne savait pas comment la terminer, alors il l'a baptisée la Tour Sans Fins et il lui a fait percer les nuages. C'était, sans doute, un de ses meilleurs projets, dommage qu'il ne l'ait pas construit. C'était bien avant la naissance d'Unibail-Rodamco.

Lorsque Jean Nouvel parle de la décapitation de la Tour Montparnasse et de son socle raté, il a raison. Nous pourrions aussi citer la décapitation des quatre tours de la Bibliothèque François Mitterrand... Là-dessus, rejoignons ces stars : il faut faire des tours à Paris, dont la hauteur est fonction de l'épuisement de la structure...

02(@HerzogDeMeuron)_B.jpgMais quand Anne Hidalgo dit que Paris a besoin de cette Tour parce que c'est «un projet structurant et que c'est un investissement privé de 500 millions d'euros, qui ne coûte rien à la Ville de Paris...», c'est tout simplement un procédé d'enfumage et elle exagère pour plusieurs raisons.

D'abord, parce qu'un triangle vertical n'est pas plus structurant que tout autre forme : en effet, tout objet architectural de grande dimension, posé quelque part dans la ville, est forcément structurant et, d'ailleurs, en se posant, il a d'abord déstructuré le lieu, avant de le restructurer. Ensuite, parce que la qualité d'un projet ne se mesure pas aux millions d'euros investis et au nombre de m² construits. 

Enfin, parce qu'elle ne démontre pas pourquoi, juste à cet endroit-là, sur cette petite parcelle, il faut justement construire 90.000m² de bureaux, alors qu'il y a déjà à Paris et en région parisienne quatre millions de m² de bureaux inoccupés ! Si Viparis (Unibail-Rodamco) a tellement d'argent, il peut le dépenser en transformant ces bureaux vides existants en logements !

Malheureusement, Anne Hidalgo ne parle pas du véritable problème d'urbanisme du quartier de la Porte de Versailles, complètement asphyxié pendant la durée des salons. Pourquoi laisser Viparis proposer un projet et un seul sur cette parcelle délaissée ? Pourquoi envisager justement à cet endroit-là un projet aussi amnésique que solitaire ? Pourquoi ne pas organiser sur cette parcelle un concours international entre tous les Prix Pritzker d'architecture ?

Pourquoi, surtout, ne pas déménager ce Parc des Expositions près de Roissy ou près d'Orly, par exemple, pour dégager ces 22 hectares de terrain ? Et pourquoi ensuite ne pas faire à Porte de Versailles «le» nouveau quartier de Paris, affichant le renouveau architectural de la capitale ? Conjuguer là tous les programmes qui répondent en partie, non seulement aux besoins immédiats de la capitale, mais aussi à la vocation du PARIS du futur, serait un enjeu politique plus important que celui de défendre coûte que coûte ce projet de Triangle.

Mais la Mairie de Paris occulte le débat, en plaçant l'échec subi par les défenseurs du projet au moment du vote sur un plan purement politique : la droite et les Verts ont voté contre ; donc, ils sont réactionnaires ! Or, la gauche - et le prédécesseur d'Anne Hidalgo, on oublie de le rappeler - ont été encore plus réactionnaires lorsqu'il y a quelques années, lors du concours du réaménagement des Halles, ils ont écarté les projets les plus ambitieux et avant-gardistes, dont celui de Rem Koolhaas, au profit d'un projet passe-partout, voire régressif.

Le résultat est là : le Paris des Halles, avec les couches de moussaka architecturale qui se sont superposées et auto-détruites depuis 1976, devrait servir à démontrer encore aujourd'hui, à l'occasion du débat sur ce projet de Triangle, les méfaits de la collusion entre politiques et intérêts de groupes financiers.

Georges Maurios, architecte M.arch. Harvard

Réactions

hugo | 10-03-2015 à 19:50:00

Ce qui est sûr, ou presque sûr, c'est que cette tour ne semble pas "appartenir à Paris". Bien. Mais à quoi donc appartient-elle alors ? La réponse sur : http://recherchearchitecture.unblog.fr/2015/02/12/cest-quoi-le-probleme-avec-la-tour-triangle/

RAMES | à peine | I.D.F. | 09-03-2015 à 18:21:00

Bravo et en plus c'est simple : Hidalgo fait virer toutes les bâtisses du parc des expos et organise un super concours avec les équerres d'argent et autres pour faire un super parc des expos sur le même terrain bien dégagé. Faut que ça reste à Paris les expos et c'est un vrai projet pour Madame le Maire qui peut enfin changer d'avis sur la tour triangle. Super NON ??

rr | 75014 | 26-02-2015 à 14:46:00

De la catastrophe des Halles à l'indigence périphérique l'urbanisme parisien
s'enfonce dans le virtuel académique.Merci Maurios pour ces propos trés utiles
à entendre.

pav | architectmaybe | france | 26-02-2015 à 10:24:00

Thanks George, you are unfortunately so wright. Anywy your writing is a strong and rightful statement at last fixing up a derelicted situation. French architecture is simply a promotional degenerescence. pav

Charlie | Architecte | PACA | 26-02-2015 à 10:00:00

Une position qui devrait être plébiscitée par le plus grand nombre de prospecteurs et d'aménageurs. Je suis certain que le résultat d'un référendum populaire irait dans le même sens que celle exprimée par Georges.
Référendum populaire?
Evidemment ! Tout ce qui concerne l'aménagement de l'espace mais surtout le LOGEMENT. Assez de bureaux.............

h.BONNEMAZOU | 26-02-2015 à 00:15:00

Tout est dit. Bravo Georges !

Foricrate | archi int. | Bruxelles | 25-02-2015 à 23:23:00

bien vu!

rv27 | 25-02-2015 à 22:00:00

La je signe!

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Actualité |Niemeyer, d'outre-tombe

Cinq ans après sa mort, l'architecte brésilien promet encore des chantiers et des réalisations. Le dessin aurait été imaginé peu avant sa mort en 2012. Son commanditaire promet sa concrétisation d'ici...[Lire la suite]

elzinc

Livre |L'architecture 'invisible' de Bernard Zehrfuss

Bernard Zehrfuss, Fitzcarraldo de Fourvière ? En s’appropriant les pentes de la colline sur laquelle, autrefois, se développaient les gradins de l’amphithéâtre de Lugdunum et en y logeant le musée...[Lire la suite]

elzinc novembre

Album-photos |Le centre d'innovation de Santiago ? Elemental, mon cher Watson

«La plus grande menace pour un centre d’innovations est l’obsolescence fonctionnelle et stylistique», affirme Alejandro Aravena. Aussi, le fondateur de l’agence chilienne Elemental a conçu un parti atemporel...[Lire la suite]

elzinc

Visite |CAB, hold-up sur le paysage

CAB, encore CAB. La CAB, dit-on d’ailleurs. Equerre en poche, un coup de projecteur inespéré pour l’agence niçoise. Au Courrier de visiter la réalisation primée à La Trinité ainsi...[Lire la suite]

elzinc

Visite |Keramis et les cinq mousquetaires

Un bâtiment en peau de girafe. La proposition est étonnante d’autant plus qu’elle revêt le musée de la céramique de La Louvière. Sans doute faut-il y voir une allusion aux craquelures du...[Lire la suite]

elzinc novembre

Présentation |Ca plane pour SOM !

«890 millions de dollars» pour un édifice «culturellement significatif». Le magazine anglophone Sourceable, spécialiste des questions industrielles, ne tarit pas d'éloges quant au nouvel aéroport...[Lire la suite]