tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Chili | LoteCircular, pour boucler à temps (04-03-2015)

Chaque scène architecturale, même loin de toute théorie, se morcelle entre écoles de pensées. Il y a toujours quelques agences qui s’affirment, tant bien que mal, à travers un langage low-tech qu’elle revendique en acte militant. Au Chili, LoteCircular promeut ainsi une architecture «durable». «Notre philosophie est d’atteindre selon un processus graduel le passage d'un système linéaire à un système circulaire», assure Gabriel Fernandez, fondateur de l’agence.

Commerces et hôtels | Chili | LoteCircular

La boucle est bouclée ? Presque. L’adage tend à devenir une règle au Chili. Le tremblement de terre en 2010 dans la région de Concepciòn a mobilisé les efforts publics en plus d’interpeler les architectes tant sur la construction que la reconstruction des zones meurtries.

Des équipes internationales de volontaires et d’étudiants se sont formées à l’image de Recupera Herencia - littéralement Patrimoine Récupéré - qui milite pour la réutilisation de tous les matériaux. La démarche est certes «durable» mais aussi symbolique en vue «de préserver la culture et l’identité de la région sinistrée».

Sans aucun lien avec cette démarche pourtant «circulaire», LoteCircular a réalisé deux projets étonnants dans une cité balnéaire branchée, aux environs de Valparaiso.

02(@GFernandez).jpgMaitencillo est connu des surfers. Les vagues du Pacifique y sont fraîches mais délicieuses. Les vues depuis les collines s’y arrachent. L’activité immobilière est un jeu de Monopoly où les promoteurs n’ont pour imaginaire qu’une Californie de Telenovelas.

Dans ce contexte, il semble difficile de faire autrement. LoteCircular y parvient pourtant . Pour l'aider, un programme : la commande exigeait la réalisation d’un passage commercial présentant «les caractéristiques d’une foire artisanale».

Singer le passé et faire oeuvre postiche auraient pu être un parti. LoteCircular a préféré suivre «l’idée d’offrir un projet architectural intégral composant son paysage, ses placettes, son mobilier urbain...».

03(@GFernandez).jpg «La finalité de ce dessin est, sans conteste, d’offrir un projet commercial mais en respectant le paysage de Maitencillo si fragile aujourd’hui puisque menacé par bien des projets immobiliers», précise Gabriel Fernandez.

La construction devait être - bien évidemment - au moindre coût. «Nous avons travaillé sur des finitions simples», affirme l’architecte. Le bois - notamment d’anciennes traverses de chemin de fer - et le bambou - un type de canne typique de ces régions plus précisément - ont été mis en oeuvre.

«Nous avons utilisé les traverses pour générer une base d’accès à tous les locaux et pour créer également des bancs. Le bambou a, quant à lui, servi afin d’améliorer la privauté des lieux et l’esthétique des murs. Les cordages servent de garde-corps», commente l’architecte. Des jardinières doivent en plus accueillir une végétation côtière.

04(@GFernandez).jpgConcomitamment, l’agence a reçu la commande d’une réhabilitation. L’enjeu était de restructurer trois maisons situées face à la mer et de les transformer en boutique, restaurant et cafétéria.

L’ensemble a été habillé à partir d’une structure en rondin de bois couverte d’un manteau de bambou et de toile de jute.

Ces deux projets travaillent une même esthétique issue de dispositifs architecturaux simples, «low-tech», diront certains.

Ils sont en tout cas un pied de nez à la bétonisation de la côte valparaisienne.

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |Sandra Planchez face à l'appel de la nouveauté

Tout nouveau, tout beau ? Sandra Planchez témoigne d’un goût immodéré pour la nouveauté. Il n’y a là pourtant rien d’une fuite en avant - qu’elle condamne par ailleurs - ni...[Lire la suite]

Erratum : crédit image : cantin-planchez-DR
elzinc novembre

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]