tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Rencontre | Jean-Julien Simonot, scénographe avant tout (11-03-2015)

La scénographie est parfois déconsidérée. Au mieux, elle est un pis-aller pour des agences en mal de commandes. Pourtant, il en va d’un art majeur emprunt d’humilité au service de l’oeuvre d’art. Jean-Julien Simonot a choisi d’en faire son métier alors que sa classique carrière d'architecte s’engageait sur la bonne voie.

Scénographie | France | Jean-Julien Simonot

Diplômé en 1997 de l’ancienne Ecole de La Défense, Jean-Julien Simonot est immédiatement entré dans le circuit des agences d’architecture. En 2002, il a ouvert ses propres bureaux et a gagné un concours d’idées pour l’Office HLM de Montreuil.

Sa réponse décalée et critique aux interrogations liées à la norme HQE faisait de lui le lauréat tout désigné. Ce résultat a eu pour conséquence l’invitation à participer à un autre concours dans la même ville dont il sort, une fois encore, victorieux : l’imbrication des ateliers d’artistes et des logements qu’il a proposé alors, en plus d’avoir été novatrice, a parfaitement répondu à la demande des usagers. Cette opération lui a valu d’être nominé au prix de la Première Oeuvre du Moniteur. Par la suite, l’Office HLM de Montreuil lui a passé une autre commande pour la transformation d’une «maison chandelle» en logement social.

02(@JJS)_S.jpgMalgré ces vifs encouragements, son diplôme en Art, Architecture et Muséologie le rattrape.

Le sujet est éminemment théorique mais il s’y était déjà frotté à deux reprises : sa première scénographie était le fruit d’un travail mené indépendamment lors de sa dernière année d’Ecole, à La Villette, dans le cadre de l’exposition sur les Aborigènes d’Australie ; la deuxième, au forum du Centre Georges Pompidou, pour servir de laboratoire à la jeune création contemporaine. 

Quelques années plus tard, en toute logique, le musée du Louvre le sollicite pour intégrer l’équipe interne de scénographes. Il y restera six ans durant.

A nouveau, il est, depuis 2011, indépendant et sa nouvelle agence s’attèle en priorité à la scénographie. Expérience oblige, il envisage le travail de scénographe comme ayant les mêmes ressorts que celui d’architecte au sens le plus traditionnel : «L’architecture est au contexte urbain ce que la scénographie est au musée. La complexité du projet est de même nature ; ce qui varie est la durée de vie de l’ouvrage. Le raccourci temporel donne une grande liberté créative. Les contraintes sont nombreuses, certes, mais le fait de travailler en petite équipe, avec deux ou trois collaborateurs, un éclairagiste et un graphiste, offre une certaine souplesse et instaure une complicité. Cela permet de mieux maîtriser la globalité du projet», dit-il.

03(@PRobin)_B.jpgA la méthode, Jean-Julien Simonot ajoute la prise en compte de l’architecture des lieux, le programme, bien évidemment, et le propos des commissaires d’exposition. A partir d’un concept scénographique, il réalise une synthèse qui donnera naissance à la définition d’un parcours. 

Au Louvre, où les expositions se confrontent à la riche architecture du palais, cette manière de travailler lui a permis de présenter les collections de la Grèce pré-classique dans 'la salle des Sept Cheminées', particulièrement difficile à aménager. Ici, la priorité de la collection - des sculptures - a favorisé le détachement des oeuvres - socles et vitrines comprises - de l’enveloppe architecturale. Le succès de cet accrochage auprès des conservateurs et notamment auprès de Jean-Luc Martinez, l’actuel Directeur, a amené à prolonger cette présentation pendant toute la durée du chantier du Département des Arts de l’Islam.

Dès que possible, le scénographe tend à autonomiser le parcours, à l’éloigner des murs et à l’installer au centre de la salle, au plus près des oeuvres. Par l’alternance des volumes et par un jeu d’échelles, son intervention pour 'Fashion Mix' a rendu le cheminement à travers le Musée de l’Immigration (2014) très dynamique. La récente scénographie de l’exposition 'Maroc Médiéval' au Musée de Rabat (2015), quant à elle, guide le visiteur à travers des perspectives encadrant les oeuvres.

04(@JJS)_S.jpgQue l’exposition concerne le patrimoine prestigieux, la mode (de nombreuses collaborations sont à noter à ce sujet avec Olivier Saillard) ou d’autres thèmes, ce que l’on vient voir ce sont avant tout les oeuvres et non la scénographie. Or, aujourd’hui, les expositions pullulent comme des éléments de promotion et, de ce fait, «l’image» et «l’impact» semblent plus importants que la qualité scientifique des contenus. Le carnet de commandes se remplit au rythme effréné de cette temporalité courte qui stimule la création. Cependant, droit dans ses bottes, Jean-Julien Simonot ne dévie pas de la cohérence entre projet et contenu.

Retenu à concourir pour de nombreux événements, il travaille actuellement à l’exposition Fragonard programmée au Musée du Luxembourg en septembre 2015. Son activité se développe plus que jamais sans atténuer, un quelconque instant, sa passion pour l’architecture. Son art dans le maniement des contraintes techniques et des choix conceptuels est préservé du parasitage des compromis administratifs et politiques.

Liliana Albertazzi

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Présentation |«Faire de l'architecture devient la part intime du projet», assure Joe Vérons

La technique n'est plus le sujet. En revanche, l'administration et la lutte face à la bureaucratie devient un enjeu majeur. Coûts et délais en découlent. Dans ce contexte, faire de l'architecture semble annexe voire...[Lire la suite]

elzinc

Visite |Keramis et les cinq mousquetaires

Un bâtiment en peau de girafe. La proposition est étonnante d’autant plus qu’elle revêt le musée de la céramique de La Louvière. Sans doute faut-il y voir une allusion aux craquelures du...[Lire la suite]


elzinc

Notice |Casa MO par Gonzalo Mardones Viviani

Gonzalo Mardones Viviani aime à citer son maitre Alberto Cruz Covarrubias pour qui, un architecture sans idée relèverait simplement de la construction. «Il est à mon sens l’architecte le plus profond de la...[Lire la suite]