Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Japon | Sanaa au pilon (01-04-2015)

Le destin des livres est parfois triste. Il y a malheureusement toujours des autodafés de par le monde et, dans le plus grand silence, des millions d’ouvrages, condamnés au pilon, sont détruits chaque année pour cause d'invendus. C’est le cas du premier livre de Sanaa publié en japonais aux éditions Yasushi. Qui l’eût lu ?

Média | Japon

Le quotidien Kumamadi a révélé hier que l’éditeur Yasushi allait détruire plus de 25.000 ouvrages dont le premier livre signé de l’agence japonaise Sanaa. Contacté par la rédaction du journal tokyoïte, le directeur de la maison d’édition, Akimi Zojiin, affirme «ne plus pouvoir assurer le stockage de ce livre».

Il reconnaît également une erreur «stratégique». Le prix de vente aurait été «trop élevé» pour un livre ne comportant ni mot, ni image. «Le minimalisme a ses limites», dit-il.

Sou Zentandû, libraire à Yokohama, dénonce, dans une tribune publiée par l’hebdomadaire progressiste local Yapuka, «un vide invendable». «Nous ne sommes pas les libraires branchés de Saint-Germain-des-Prés», écrit-il.

De son côté, Kazuyoyo Sejima évoque «un coup de théâtre» dans les colonnes de la revue Nô Archi. «Je suis triste de constater cet échec mais je me refuse de voir ces livres recyclés en rouleaux de papier pour servir ensuite de tentes à des sans-abris», assure-t-elle. Voilà une position qui éveilla la surprise : jamais, de mémoire d’homme, elle n’avait prononcé si longue phrase.

«Détruisez mon livre mais ne le mettez pas au ban», poursuit-elle dans son élan. Elle regrette ainsi de voir cet ouvrage sans pages ni couverture disparaître de la sorte.

Elle devine même, dans la décision de l’éditeur, un choix personnel à l’encontre d’une femme architecte : «Akimi Zojiin ne m’a jamais aimé», prétend-elle.

Une pétition en ligne a été lancée par la chercheuse hongroise Eva Neyszant, auteur d’une thèse sur la portée littéraire et sémantique du «non-écrit» de Kazuyoyo Sejima. «Voir disparaitre ce livre est un comble !», soutient-elle.

D’autres y verront un hommage, un peu lourd, certes, mais les poids sont d’avril.

San Sutsou

Réactions

la marmotte | 02-04-2015 à 17:12:00

il eut été bien de faire des poissons en origami.

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Brenac & Gonzalez & Associés

L'atelier d'architecture Brenac & Gonzalez & Associés a livré, au cours de l’année écoulée, une série de bâtiments aux programmes variés. Notamment, plusieurs immeubles de bureaux...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Mikan

Une année commencée avec quelques concours perdus, terminée par un concours gagné le 20 décembre. Entre les deux quelques projets chez nous au Japon, aux Philippines, une exposition en Australie et un jardin avec...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de CFSA

Il n'y a aucune excuse pour faire quelque chose qui ne soit pas d'une beauté frappante - William Morris[Lire la suite]