tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | L'apaisante unité pédopsychiatre d'a+ samuel delmas (09-04-2015)

De surprise en surprise, les projets de l’agence a+ samuel delmas sont toujours remarquables de précisions et de finesse. D’autant plus à Bures-sur-Yvette, où le programme était particulièrement difficile et sensible. Il s’agissait en effet de réaliser une unité psychiatrique pour enfants, 'la maison de l'olivier'. Au-delà du tabou social, l’architecte a livré en avril 2015 un édifice lumineux et élégant.

Santé | Essonne | a+ samuel delmas

Déambuler dans l’unité pédopsychiatrique de l’hôpital de Bures-sur-Yvette pourrait être un enchantement, abstraction faite de la vocation des lieux.

Blancheur immaculée, vitrages tout hauteur imposants, perspectives vers patios et jardins produisent un environnement élégant et poétique rare dans des unités hospitalières qui réclament tant de technique qu’elles sont habituellement réduites à une rationalité purement fonctionnelle.

Aussi évocateur puisse être le dessin d’a+ samuel delmas, le plan n’en est pas moins efficace dans son fonctionnement. Les circulations dessinent une promenade à travers le bâtiment et un parcours circulaire le long d’une cour paysagère.

02(@AplusSamuelDelmas)_B.jpgL’échelle du projet - qui ne comprend que douze chambres individuelles - se veut «domestique» pour «ne pas donner l’impression de rentrer dans un hôpital». Le programme, à ce sujet, offrait uniquement des données fonctionnelles et quantitatives à la libre interprétation de l’architecte.

Rien n’était donc précisé quant aux qualités spatiales de l’unité. Le projet relève ainsi autant de l’intuition que de l’intelligence. «J’ai fait mes classes chez Brunet-Saunier mais je n’avais travaillé sur aucun programme similaire. Tout a été rendu possible grâce à Agnès Piernikarch, psychiatre responsable de l'unité», précise Samuel Delmas.

L’ambition affichée par l’architecte était dans ce cas d’offrir un environnement apaisant. Dont acte. Les murs sont blancs, voire, selon la lumière, légèrement bleutés. Des billes de verre présentes dans l’enduit participent de l’effet et donnent l’impression d’une fraiche rosée à même les façades du bâtiment.

Au-delà de cette proposition plastique qui tente l’effacement entre un château du XVIe siècle et un bâtiment récent plutôt expressif, a+ samuel delmas voulait, au sein d’une «géométrie tenue», recréer à travers les chambres un univers familier. Il n’y a là rien d’une distribution habituelle ou d’un aménagement hospitalier. Les lits sont, par exemple, disposés dans des alcôves et chacun peut ainsi s’isoler dans son propre espace.

03(@AplusSamuelDelmas)_S.jpg«Nous devions aussi créer deux chambres d’isolement. Ces endroits faisant l’objet d’une surveillance 24h/24 sont généralement aveugles. Nous avons fait le pari de leur donner une vue vers l’extérieur en prenant soin, par ailleurs, de ne pas les exposer aux regards des autres», explique l’architecte. Pour ce faire, un vitrage sans tain a été mis en oeuvre.

Tout le travail repose donc sur les notions d’intériorité et d’apaisement. «Nous voulions avant tout donner à travers ce projet un ensemble de repères pour que chacun puisse se stabiliser», assure Samuel Delmas.

Loin de la polémique posée par la transparence de la remarquable Maison de Solenn conçue dans le XIVe arrondissement de la capitale par Ibos et Vitart, dans cette opération de Bures-sur-Yvette, il y a plus que de l’audace, de l’exemplarité.

Jean-Philippe Hugron

04(@AplusSamuelDelmas).jpg Fiche technique

Programme : bâtiment d’hospitalisation de psychiatrie infanto-juvénile de douze lits à Bures-sur-Yvette
Maître d’ouvrage : Centre Hospitalier d’Orsay
Maître d’œuvre a+ samuel delmas
Collaborateurs : Marilyne Thevenet, Jean-Baptiste André, Fosco Lucarelli, Mariabruna Fabrizi
Suivi de chantier : Katja Pargger
Surface SHON : 1.428m²
Montant des travaux : 3,2 millions d’euros HT
Livraison : 2015

Réactions

Benjanine | retraité | cantal 15 | 15-04-2015 à 20:32:00

superbe!!! voilà un architecte qui a du talent.... style minimaliste, simple , limpide ,clair et BEAU !
BRAVO ET MERCI

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Sud et la nouvelle condition de l'architecte

David contre Goliath. Et vice versa. L’un tient généralement le bon rôle. L’autre non. Qui plus est, en lieu d’un géant, il s’agit d’une réussite et comme toujours, en France, le...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |FUSO, les trois jamais à l'étroit

«Voyez avec notre avocat». La phrase pourrait en effrayer plus d'un. Elle se veut, bien au contraire, rassurante. Le troisième homme de l'agence parisienne FUSO, Ghislain Grotti, est un professionnel du droit des affaires. La...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]