vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Norvège | Pour Snøhetta, form follows environment (15-04-2015)

En septembre 2014, l’agence Snøhetta livrait une maison aussi manifeste qu’exemplaire : la ZEB Pilot House. Derrière l’acronyme barbare, il faut entendre Zero Emission Buildings. En somme, une maison «technologique» - mais pas trop - dont les lignes évoquent l’imaginaire à l’oblique du nouvel Opéra d’Oslo.

Développement durable | Logement individuel | | Snøhetta

Dans un entretien paru en octobre 2014 sur le webzine Designboom, Kjetil Thorsen Trædal , associé fondateur de la célèbre agence Snøhetta, précisait que le projet était «à proprement parler, un pilote».

«Pour la conception de cette maison, nous avons suivi l’hypothèse selon laquelle 'form follows environment'. Aucune technologie nouvelle n’a été mise en oeuvre», explique l’architecte au magazine en ligne. La maison n’en est pas moins couverte de capteurs à même de mesurer en temps réel la performance des différents dispositifs, du solaire au thermique. En somme, une expérimentation en cours.

«Pour parvenir à la classification ZEB-OM, le projet demande de documenter et de vérifier les données. Nous devons obtenir un minimum de 100% de compensation de CO2. La production d’énergie renouvelable via les panneaux photovoltaïques ou les capteurs solaires thermiques intégrés à l’enveloppe de la construction compense les émissions de carbone générées par la combustion des énergies fossiles des centrales électriques. La compensation réalisée de cette façon permet de réduire simultanément l’émission de gaz à effet de serre. En se focalisant sur les émissions de carbone à travers notamment les matériaux utilisés, nous dessinons une nouvelle orientation pour l’industrie de la construction durable», notent, par ailleurs, les architectes.

02(@BriceDamonte)_B.jpgQuoi qu’on en dise, ces maisons expérimentales sont généralement typées dans leur écriture en étant marquées par l’ensemble des dispositifs mis en oeuvre pour répondre aux exigences fixées en amont.

Ici, l’agence Snøhetta ne semble pas renoncer à son écriture. Bien au contraire. La forme caractéristique de la maison n’est pas sans faire écho à la production de l’agence. Le jeu de la pente et de l’inclinaison vient ici parfaire le projet. «Architecture et technologie doivent aller dans le même sens pour assurer confort et optimisation de la consommation énergétique», précisent les architectes.

«La lumière du jour, la vue, le contact avec le paysage et avec les espaces extérieurs de la maison sont autant d’exigences qui impliquent une conciliation entre murs et fenêtres», poursuivent-ils.

03(@EVE)_B.jpgLa grotte hermétique semble souvent être la seule solution et l’ouverture vers l’extérieur est bien souvent vite condamnée. Ici, Snøhetta fait le pari de l’équilibre. «La géométrie de la maison et les volumes participent également au dispositif», disent-ils.

Il en va de même des matériaux. Les choix ont été entérinés très en amont de la conception ce qui serait, selon les architectes, l'originalité du projet. «L’importance accordée aux matériaux dès les premières phases de développement génère un processus innovant», assurent-ils.

04(@BriceDamonte)_B.jpgDe fait, l'agence Snøhetta n’a pu agir seule. «De hautes ambitions environnementales ont généré de nouveaux paramètres dans le processus de conception. De nouveaux outils ont été imaginés, nous obligeant à travailler étroitement avec les milieux académiques», précisent-ils.

En chiffres et diverses statistiques, la maison conçue par l’agence norvégienne semble auto-suffisante voire même excédentaire. Les surplus d’énergie et de chaleur sont alors destinés à la piscine ou encore servent à l’alimentation d’une voiture électrique, pour près de 20.000km !

Bref, un pilote qui roule !

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


tos2016
vz

Présentation |Loci Anima : troisième lieu pour septième art

Françoise Raynaud, fondatrice de l’agence Loci Anima, aime à citer le sociologue américain Ray Oldenburg et son concept de «troisième place». «Comment donner l’envie d’aller au...[Lire la suite]

vz

Présentation |Couvrez cette architecture que je ne saurais voir

L’art urbain, le tag, le graff… trouvent leur aise dans des friches industrielles ou dans quelques interstices improbables. Il en allait d’une conquête du territoire. Depuis, la pratique s’est institutionnalisée...[Lire la suite]


vz

Visite |Babin+Renaud, de rouille et de plots

Comptant 84 logements, un centre social, une halte-garderie, une bibliothèque et un centre d'animation, le bâtiment livré en janvier 2014 par les architectes Jean-François Renaud et Eric Babin dans le XVIIIe arrondissement...[Lire la suite]

vz

Présentation |Renzo Piano, un Whitney sans éclat 

Ah, ce fameux mythe de la beauté intérieure... Voilà une resucée signée Renzo Piano à New York pour le nouveau Whitney Museum, inauguré le 1er mai 2015. Depuis l’extérieur, il paraît...[Lire la suite]

vz

Présentation |Studio 02, régionaliste ? Et puis quoi encore !

Baud, un village d’irréductibles ? Une vision parisianiste ! Pourquoi donc imposer un régionalisme, aussi critique soit-il, à un bourg breton ? Lors du concours pour la réalisation de la...[Lire la suite]

vz

Présentation |Loci Anima : troisième lieu pour septième art

Françoise Raynaud, fondatrice de l’agence Loci Anima, aime à citer le sociologue américain Ray Oldenburg et son concept de «troisième place». «Comment donner l’envie d’aller au...[Lire la suite]