tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Pologne | Mégastructure culturelle à Cracovie (15-04-2015)

Peut-on sans cesse se renouveler ? Jusqu’au bout, chacun suit, d’une façon ou d’une autre, les mêmes idées. Une marotte ? «Un credo», répondrait Stanisław Deńko, architecte polonais fondateur de l’agence Wizja, littéralement Vision. En témoigne justement, à Cracovie, le Centre de documentation et d’Art Tadeusz Kantor, conçu en étroite collaboration avec nsMoonStudio. Une mégastructure qui n’est pas sans évoquer quelques formes passées...

Culture | Bâtiments Publics | Pologne

Le projet a tout d’un dessin contemporain : porte-à-faux, déhanchement, acier Corten perforé, sous-face en inox miroir... Bref, une architecture finement réalisée pour abriter une nouvelle institution culturelle. Une icône.

Pour justifier l’origine d’un parti architectural, l’architecte s’en remet à une citation de Tadeusz Kantor : «A chaque fois que j’essaye, en toute sincérité, de faire quelque chose de nouveau, je me rends compte qu’il est fait d’éléments bien connus, tous extraits de la réalité environnante. Cela me fascine d’observer cette sorte de perversion, d’opération inacceptable et interdite ; je pense alors que c’est la seule façon de trouver quelque chose de réellement isolé en art».

L’artiste polonais, auteur, metteur en scène, théoricien, en plus de donner son nom à la «Cricoteka», cette nouvelle institution culturelle cracovienne, a inspiré l’architecture de Stanisław Deńko.

Il faut donc prendre cette citation au pied de la lettre. Les «éléments bien connus extraits de la réalité» sont ceux qu’offrait le site avant toute intervention.

02(@WojciechKrynski).jpg«Si nous nous référons à la vision créative de Tadeusz Kantor, le musée n’avait aucunement besoin de s’intégrer à son environnement mais devait créer les raisons d’un conflit ou d’un affrontement. Le but de l’action créatrice n’est pas d’identifier la structure en tant que forme mais plutôt en tant que manière d’interagir avec l’environnement», note l’architecte. Ni mimétisme, ni discrétion. Le projet s’affirme voire s’auto-suffit.

Prise à rebours, la citation rappelant la formule de Lavoisier selon laquelle rien ne se perd, rien ne se créé mais tout se transforme, pourrait trahir quelques obstinations. Stanisław Deńko d’ailleurs ne s’en cache pas dans sa pratique où son «expérience» est offerte à ses jeunes collaborateurs qui avec «assez de liberté peuvent développer leurs propres conceptions».

Dans ce projet, chacun pourra donc deviner la permanence du travail de l’architecte. Stanisław Deńko expose sur son site Internet d’anciens travaux qui remontent à ses premières heures professionnelles, datant déjà de quelques décennies. Il collaborait alors activement avec un groupe réunissant son professeur, Witold Cęckiewicz, et d’autres architectes dont Andrzej et Lesław Gonciarz ou encore Andrzej Lorek.

03(@StanislawDenko)_B.jpgEnsemble, ils ont remporté en 1973 le projet d’ambassade de Pologne à New Delhi. L’architecture est typique de l’époque. La grille abstraite sert de base à une conception superposant d’imposantes strates de béton brut. La composition mêle porte-à-faux et pilotis. D’aucuns y verront une architecture brutaliste jouant de l’imaginaire des mégastructures.

D’autres projets restés malheureusement de papier reprennent ces mêmes lignes : le siège du gouvernement à Dar es Salaam en Tanzanie (1972) ou encore The Peak à Hong Kong (1983). Autant d'éléments extraits du passé, tous à prendre en compte...

04(@Wizja)_S.jpg «Cricoteka n’est pas liée à une seule fonction qui serait la présentation statique du travail d’un artiste ; cette institution tente plutôt d’incarner la continuité de sa vision dynamique de l’art rompant avec les conventions. Il ne s’agit pas seulement de valoriser le caractère autonome d’une forme mais aussi un processus créatif qui permet l’épanouissement d’un artiste et de son travail. L’espace créé est une 'préparation' à l’action», précise l’architecte.

On ne sait plus alors de qui il est réellement question. Tadeusz Kantor ou Stanisław Deńko lui-même ? Quoi qu’il en soit, ce projet «incarne la continuité». De ses auteurs et de son inspirateur.

Mais sachant tout de même, qu’in fine, tout se transforme.

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |La fine équipée de Monica Donati

Le collectif avant tout ! Monica Donati s’empresse de présenter tous ses collaborateurs. Elle évoque même avec enthousiasme un nouveau projet d’association - 300% - qu’elle monte avec Margot-Duclot et Paul...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]