tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | SPLAAR propose une mixité unique à Nantes (22-04-2015)

Sandra Planchez et son agence SPLAAR ont emporté la consultation pour un ensemble mixte original à Nantes : au sein d’un même immeuble, commerces, bureaux, logements et écoles trouveront leur place. Qui plus est, des espaces communs seront aménagés sur les toits. Quand les convictions d’une architecte croise l’audace d’une maîtrise d’ouvrage.

Notice Architecturale | Logement collectif | Bureaux | Education | Nantes | Sandra Planchez

Extérieur ville

Sur l’île de Nantes, dans le quartier de la création, l'opération s'élève entre l’école d'architecture et la future école des Beaux-Arts, à deux pas du palais de justice et de la passerelle piétonne qui le relie très rapidement au centre-ville par le tramway. C’est un des derniers terrains disponibles dans ce quartier. Il révèle des enjeux urbains architecturaux et sociaux forts dans ce grand territoire nantais en mutation.

C’est une opération qui tire son originalité et son caractère innovant dans sa programmation. Elle affiche clairement ses objectifs de double mixité : programmatique d’abord avec, à rez-de-chaussée, des commerces et une école de musique. Aux étages inférieurs, des bureaux (un niveau dans la 'tour', deux dans le bâtiment bas) et aux étages supérieurs, là où les conditions d’ensoleillement et de vue sont les plus favorables, des logements.

Sur les toits, deux très belles terrasses partagées sont créées. L’une organisée autour des usages du quotidien : planter, déjeuner, jouer, rêver... L'autre, sertie dans un écrin de verdure, pourra servir de lieu de manifestation en semaine pour les bureaux et devenir, le week-end, terrain de jeux ou de rencontre pour les habitants des maisons sur le toit.

La mixité est aussi sociale puisque certains étages seront en locatif social, d'autres en accession libre. Ainsi, ce programme souhaite faire la démonstration que l'on peut vivre ensemble en mutualisant de nombreux usages, en animant un bâtiment de jour comme de nuit. C'est un réel défi architectural et urbain et nous sommes très fiers, après une consultation de maîtrise d’oeuvre au printemps 2014, d'avoir été retenus pour le relever.

03(@SPLAAR).jpgIntérieur vie

Dans la mini-tour organisée autour d'un noyau central porteur et distributif, des commerces et bureaux se déploient au rez-de-chaussée et au premier étage puis des logements locatifs ou en accession libre dont tous, ou presque, bénéficient d'une position d'angle et d'une double orientation.

Chaque appartement bénéficie d'un prolongement extérieur. Au septième étage, une terrasse collective accessible à tous est traitée comme une véritable pièce en plein air. Elle permettra de développer un imaginaire et offrira des usages partagés. Jardin condimentaire, tables, chaises, jeux pour enfants, seront mutualisés.

Sur le bâtiment le plus bas, au-dessus des activités de commerces et bureaux, cinq appartements d'exception sont posés sur le toit jardin. Bénéficiant de très larges terrasses de plain-pied, couverts par deux sheds en métal, ils sont un clin d'oeil aux anciennes halles Alstom voisines, aujourd’hui transformées en école des Beaux-arts. Le plan urbain est orchestré par l'aménageur, la SAMOA, par les équipes d’urbanistes d’uapS et par le consultant en ingénierie environnementale Frank Boutté.

04(@AMacLean)_B.jpg«Fabriquer la trame, cultiver l’imaginaire»

Pourquoi la trame ? A partir d’une logique constructive tramée assez simple et rigoureuse, nous avons la possibilité d’offrir de nombreuses possibilités d’évolution à un projet tout en respectant les principes conceptuels mis en place au début.

A l’image de la ville américaine qui se fabrique à partir d’une grille urbaine accueillant toutes sortes d’occupations évoluant avec la densification de la ville, l’architecture est finalement plus libre quand son dispositif est davantage réglé. La trame relève donc d’un processus de fabrication plus que d’une forme pensée a priori.

Pour quel imaginaire ? Le projet #UNIK est marquée par l’insularité du site. Double insularité même puisque les deux bâtiments placés sur l’Ile de Nantes occupent l’intégralité d’une parcelle ancrée dans l’espace public. Il nous a paru nécessaire d’imaginer sur les toits des espaces collectifs impossibles à positionner en rez-de-chaussée.

Nature, respirations et micro-paysage

C’est un fait banal a New York mais difficile à mettre en place en France essentiellement pour des questions de gestion et d’entretien que les maîtrises d’ouvrage ne veulent pas se poser. Il nous est généralement demandé de concevoir des complexes végétalisés inaccessibles, comptabilisés dans les espaces verts réglementaires. Une aberration !

Ici, nous avons pu éviter cet écueil. Nous avons pensé deux jardins : 'le jardin de thé' et 'le jardin d’Eve et A'. Un cahier des charges sera mis en place par la maîtrise d’ouvrage pour les futurs acquéreurs en vue de fixer de manière précise les droits et les règles d’usage. C’est #UNIK !

SPLAAR

02(@SPLAAR).jpgFiche technique

Nantes : Ile de Nantes, place des Erables
Aménageur : SAMOA
Urbaniste Ile de Nantes : uapS
Maître d’ouvrage : REALITES Promotion
Equipe de maîtrise d’oeuvre : SPLAAR / Bureau Michel Forgues économiste / INEX fluides environnement / CE ingénierie structure / La Terre Terme paysage / Socotec BC / Ecofluide acoustique
Mission conception et mission réalisation partielle
Cout prévisionnel : 6.700.000€ H.T.
SDP : commerces bureaux activités logements 4.900m²
Phase PRO/ DCE
Label Habitat et Environnement, RT 2012
Consultation lauréate février 2014 / Livraison prévue 2017

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Nuno Teotónio Pereira, le modernisme contre Salazar

Dans la lignée des reconnaissances tardives, après Frei Otto, lauréat du Prix Pritzker 2015, Nuno Teotónio Pereira s’est vu récompensé le 13 avril 2015, à 93 ans, du Prix de...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]