tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Projet | Kapoor comme Jeannot, sur le chemin du reniement (16-09-2015)

«A partir du moment où ils veulent faire d’Orbit un parc d’attractions, il est peut-être temps pour moi de dire, à l’instar de Jean Nouvel pour la Philharmonie ‘Ceci n’est plus mon œuvre’», a déclaré Anish Kapoor au Monde dans l’édition du 12 septembre 2015. Certes, il était davantage question du Vagin de la Reine à Versailles et de ses dégradations récurrentes mais l’artiste en a profité pour glisser quelques mots sur l’irrévérence des politiques à l’égard de l’art et de l’architecture. Bref, tout comme Jeannot.

Tours et gratte-ciel | Acier | Londres | Anish Kapoor

Stade provisoire, équipements démontables, centre aquatique revu à la baisse,… deux ans avant le lancement des Olympiades de Londres en 2012, la crainte d’un déficit d’image était telle que Boris Johnson, maire de la ville, avait lancé un concours pour la réalisation d’une tour au cœur du complexe sportif. Anish Kapoor et Cecil Balmond en ont été désignés lauréats avec leur projet dénommé Orbit.

02(@TimSimpson)_B.jpgLa structure, haute de 115 mètres, aussi surprenante que déconcertante, – Eyeful Tower pour les intimes – n’a vraisemblablement pas trouvé grâce aux yeux des photographes et des caméramans lors des compétitions sportives.

L’appropriation par les Londoniens semble également avoir été difficile. Et pour cause, la construction n’a été ouverte au public qu’à partir du 5 avril 2014, date à laquelle le Guardian suggérait qu’«un jour, Orbit pourrait même être aimée».

Un an plus tard, The Telegraph révélait le 29 juillet 2015, l’intention de transformer la tour en un toboggan géant. L’œuvre qui se voulait être la plus haute sculpture du pays se métamorphoserait en un record mondial question glissade.

Architects’ Journal annonçait alors un projet estimé à un million de livres (1,37 million d’euros). Conçu par Buro Happold et bblur architects, il a été présenté dans un rapport remis en mai dernier.

«Ce document concluait que le toboggan aurait un ‘impact minimal’ sur la structure existante. D’autres scenarios envisageaient d’inclure des dispositifs supplémentaires, une tyrolienne par exemple ou encore des cabines sur rail qui pourraient ‘offrir une expérience exceptionnelle et palpitante’», précise la revue spécialisée.

Toutefois, le 31 juillet 2015, l’affaire prend une nouvelle tournure et offre un rebondissement spécifié par The Telegraph dans un court addendum : «Il nous a été précisé, ce jour, que le toboggan serait, en fait, réalisé par Carsten Höller sur invitation d’Anish Kapoor. ‘Je suis très heureux que mon plus grand toboggan traverse l’Orbit d’Anish Kapoor et prenne ainsi place dans un œuvre d’art existante’, précise Höller dans un communiqué. ‘Un toboggan est une œuvre sculpturale avec un aspect programmatique ; un équipement permettant d’expérimenter un état émotionnel et une condition unique située quelque part entre la folie et la joie’». Dont acte mais l’omission reste suspecte.

03(@AKachkaev)_S.jpg «Désolé pour l’oubli Carsten ! Nous espérons ici que cette glissade sculpturale réussira à transmuer cette connerie en grand projet», ironise le site spécialisé en art, Hyperallergic, à la lecture du communiqué.

Depuis, la presse britannique ne s’est plus faite l’écho de cette transformation annoncée. Seule s’ajoute à la confusion initiale – celle où le nom de l’artiste allemand était tu – l’étrange assertion d’Anish Kapoor dans Le Monde du 12 septembre 2015.

«Après les Jeux Olympiques, le maire de Londres, qui est un bon politicien, un gars très intelligent et un type hélas, sans aucune sensibilité artistique, a voulu y installer un toboggan dans mon dos. Je lui ai expliqué clairement qu’il ne pouvait pas faire ça», affirme-t-il au quotidien.

L’article précise alors que, dans ce contexte, Anish Kapoor a fait appel à Carsten Höller. Qui d’autres que lui pourrait bien signer un toboggan ? Sans cette griffe, il en irait vraisemblablement de l’outrage.

Encore que… «A partir du moment où ils veulent faire d’Orbit un parc d’attractions, il est peut-être temps pour moi de dire, à l’instar de Jean Nouvel pour la Philharmonie : ‘Ceci n’est plus mon œuvre’. La plupart des architectes sont esclaves d’un agenda capitaliste et qui met l’argent et l’usage en haut des priorités. Certains ont le courage de ne  pas l’être», conclut-il.

Du parachutage à l’improvisation, le tout à l’égo semble touché. Pourtant, rien ne se perd, rien ne se crée. Tout se transforme.

Même en toboggan.  

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |Avec Michel Rémon, faire le mur !

Faire, agir, contempler… quelques mots d'ordre pour Michel Rémon. Toutefois l'architecture n'est pas le centre du tout. L'usager, l'habitant, le patient, le lecteur, le sportif… tous ces individus qui peuplent chaque construction...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo


elzinc novembre

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Rifat Chadirji, architecte en noir et blanc

Bagdad, aussi inconnue que méconnue. Des années de conflits armés ont détourné architectes, historiens et photographes d'une capitale moderne dont Rifat Chadirji en fut l'un des plus éminents acteurs....[Lire la suite]