tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Dietger Wissounig, de Graz au cube (10-12-2015)

Des formes molles, organiques… une contre-culture… une critique du modernisme… des collages ! Des montages ! De la provocation. C’était l’école de Graz, il y a trente ans déjà. Dietger Wissounig s’en souvient parfaitement. Pourtant, aujourd’hui, ce temps est bel et bien révolu. L’architecture développée par l’homme de l’art formé à Villach puis à Graz, justement, est davantage emprunte de sérénité. En guise d’exemple, le nouveau centre sportif St-Martin à Villach livré en 2013.

Sport | Cuivre | Autriche | Dietger Wissounig

Franziskanerplatz 13, à Graz. L’adresse de l’agence fondée en 2003 par Dietger Wissounig pourrait interpeler, non pas que bulbes et façades baroques trahissent quelques appétences. La ville, en revanche, réveille quelques souvenirs. La capitale de Styrie, a, en effet, porté sur le devant de la scène, une école de pensée originale, parmi les plus influentes du pays dans les années 60, 70 et 80. Aujourd’hui, le Vorarlberg et son approche pragmatique semble avoir triomphé d'une vision «explosive» de l’architecture.

En témoigne, a priori, le nouveau centre sportif de Dietger Wissounig. La volumétrie est simple voire rationnelle. Moderne ? Presque ! Il en va, selon son concepteur, d’un projet qui «se conforme à un désir d’ordre typiquement autrichien». Il s’agit d’un «clin d’œil» plus que d’une doctrine. L’école de Graz est avant tout l’apprentissage de la liberté.

02(@PaulOtt)_B.jpgLa simplicité semble être le mot d’ordre de Dietger Wissounig. Il aime, à ce sujet, rappeler différentes expériences, notamment sous les tropiques. Un projet Europan avait pour cadre Cayenne, en Guyane. Une intrusion en Malaisie fut également marquante. Le désir «de construire sans détail compliqué et selon des traditions locales» avait conduit l’architecte aux antipodes. Mais voilà que le boom économique du pays n’a pas laissé d’autres choix qu’une modernité occidentale de béton et de murs rideaux. De quoi contrarier la meilleure volonté.

In fine, l’herbe n’est pas si verte ailleurs et les alpages autrichiens sont tout aussi intéressants. Bref, la soif d’exotisme une fois étanchée, Dietger Wissounig s’est installé à Graz pour construire, de-ci, de-là, à travers l’Autriche, et donc, à Villach.

03(@PaulOtt)_B.jpgLe centre sportif qu’il y livre incarne son idéal où chaque projet doit être «simple et puissant». Il s’agit toujours pour Dietger Wissounig de créer l’arrière plan d’un espace public «agréable et chaleureux». La rigueur des lignes est aussi le moyen de donner corps à une «beauté mystérieuse»

De fait, le centre sportif de Villach est un «cubage clair qui repose sur un programme clair». Les circonvolutions semblent accessoires, voire même superflues. En guise d’habillage, Dietger Wissounig privilégie même le seul effet de matière.

«Nous travaillons volontiers avec des matériaux dits ‘véritables’ tels que le bois, la pierre, ou le béton brut. Il n’y a pas tant de matériaux naturels qui, en vieillissant, deviennent beaux. Le bois ou le cuivre, en revanche, se transforme de manière spectaculaire. Voilà une qualité que j’apprécie fortement», assure l’architecte.

Rêve de changement et de métamorphose, voilà de quoi séduire encore et toujours un homme de l’art qui ne rêve que de liberté. Graz par dessus tout. 

04(@PaulOtt)_S.jpg

Réactions

Graft | entrepreneurs | 77 | 24-12-2015 à 10:36:00

Comment évoluer sur les constructions en dôme, merci

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]