Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Chronique | L'arbre qui cache l'Opéra (20-01-2016)

Savez-vous plantez les arbres à la mode, à la mode,… savez-vous plantez les arbres à la mode de chez nous… enfin de chez eux ? La mairie du IXe arrondissement a lancé l’«abracadabrantesque» idée de cacher sous une jungle de feuillus l’opéra Garnier et les répétitives façades de l’avenue de l’Opéra… Une hérésie !

Urbanisme et aménagement du territoire | Paris

L’image diffusée par le JDD le 7 décembre dernier est effrayante ! Certes, la place de l’Opéra gagnerait à être plus hospitalière aux piétons mais, pour autant, faut-il la transformer en Center Parc avec hôtel à insectes et bar à mésanges ?

L’idée farfelue – déjà avancée en 2002 – propose jusqu’à doter l’avenue de l’Opéra d’un alignement de feuillus. Voilà qui enthousiasmerait la mairie de Paris, autant, sans doute, que les logements sociaux de l’avenue Foch passés, depuis la période électorale, sous un lourd et pesant silence. Bref, Haussmann n’est plus en odeur de sainteté.

Faire la nique au baron semblerait même une nouvelle obsession. Paris, si friande de préservation et de protection, irait «verdir» l’ensemble monumental le plus minéral de la capitale. Pourquoi ne pas imaginer alors cacher les arcades de la rue de Rivoli sous une frondaison de ginkgos ou encore laisser une vigne vierge envahir la colonne de Juillet ?

02()_B.jpgUn rapport statistique de l’APUR sur la place des végétaux à Paris résumait la politique haussmannienne de l’arbre : «Le nouveau préfet de la Seine institue le Service des Promenades et Plantations, dont il confie la direction à Alphand, ingénieur des Ponts et Chaussées. Dans le projet haussmannien, l’alignement d’arbres fait partie du système des parcs et des promenades, dans lequel il contribue à assurer des liaisons entre les jardins, les parcs et les bois. Des règles très précises de plantation d’arbres en fonction de la largeur de la voie sont établies par Alphand».

Dans ce système, l’avenue de l’Opéra, contrairement aux Grands Boulevards voisins n’est pas «végétalisée». Les premières photographies du percement montrent pourtant bien de jeunes arbres plantés avec régularité. Charles Garnier les aurait fait arracher.

03().jpgOuverte par tranches successives de 1864 à 1877, l’avenue Napoléon, de son premier baptême, est moins large que la façade de l’Opéra, voilà pourquoi elle ne fut pas agrémentée. Il en est ainsi depuis des siècles, comme en atteste les peintures de Camille Pissaro ou encore les images d’actualités de la Seconde guerre mondiale. Toutes mettent en avant l’extrême minéralité de l’ensemble.

Cette composition urbaine put d’ailleurs surprendre. Camille Pissaro, lui-même, écrivait dans une lettre datée du 15 décembre 1897 : «J’oublie de t’annoncer que j’ai trouvé une chambre au Grand Hôtel du Louvre avec une vue superbe de l’Avenue de l’Opéra et du coin de la Place du Palais-Royal ! C’est très beau à faire ! Ce n’est peut-être pas très esthétique, mais je suis enchanté de pouvoir essayer de faire ces rues de Paris que l’on a l’habitude de dire laides, mais qui sont si argentées, si lumineuses et si vivantes. C’est tout différent des boulevards. C’est moderne en plein !»

04()_S.jpgEn résumé…Abattre les arbres de l’avenue Foch pour boiser l’avenue de l’Opéra semble, pour l’heure, relever de la communication voire de la provocation. Un arbre qui cache, sans doute, la forêt… En attendant, la ville révélera, en mars prochain, son plan d’aménagement pour les Champs Elysées : de vélos et de ginkgos ? 

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article





Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]

Portrait |La fine équipée de Monica Donati

Le collectif avant tout ! Monica Donati s’empresse de présenter tous ses collaborateurs. Elle évoque même avec enthousiasme un nouveau projet d’association - 300% - qu’elle monte avec Margot-Duclot et Paul...[Lire la suite]


Portrait |Avec Michel Rémon, faire le mur !

Faire, agir, contempler… quelques mots d'ordre pour Michel Rémon. Toutefois l'architecture n'est pas le centre du tout. L'usager, l'habitant, le patient, le lecteur, le sportif… tous ces individus qui peuplent chaque construction...[Lire la suite]

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]

Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]