vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Edito | Mon arena ! Na ! (27-01-2016)

Le communiqué de presse est tombé : «Paris va se doter d’une seconde Arena multisports à proximité du parc de Bercy». Les finances de la ville vont au plus mal (un trou de 300 millions d’euros au budget 2016 et une dette estimée à 4 milliards d’euros) et celle-ci pense déjà à construire un nouvel équipement sportif...

Bâtiments Publics | Sport | France

Paris dispose du Parc des Princes (50.000 places), du Stade Jean Bouin (20.000 places), du Stade Charlety (20.000 places), du palais Omnisport de Bercy rebaptisé Accorhotels Arena (20.300 places)… sans compter de nombreuses salles diverses et variées.

La banlieue parisienne offre le Stade de France (81.000 places) et bientôt l’Arena92 (32-40.000 places)… l’ancien stade olympique Yves du Manoir à Colombes (14.000 places), le Stade Dominique-Duvauchelle à Créteil (12.000 places), le Stade Marville à la Courneuve (10.000 places)…

… auxquels vont s’ajouter Aren’ice de Cergy (3.500 places), l’Arena 'Le Colisée' à Tremblay-en-France (8-12.000 places), le futur stade de la Fédération Française de Rugby (82.000 places), le futur Stade Bauer (aujourd’hui, 3.000 places)…

Un total, pour ces seuls équipements, de 347.000 places… Soit.

Le discours politique est au Grand Paris. Il serait même au développement durable. Plus encore… à l’austérité économique voire au sérieux budgétaire!

Mais voilà que «d’ici 2021, la Ville de Paris va construire une Arena d'au moins 7.000 places, à proximité de l'AccorHotels Arena et du parc de Bercy (12e)», dixit Jean-François Martins, adjoint à la Maire en charge des sports et du tourisme.

L’équipement est l’un des «engagements de mandature d’Anne Hidalgo». Il «vise à répondre aux attentes et aux besoins exprimés par les clubs sportifs, notamment de handball, de basket, et par les fédérations pour l’organisation des grandes compétitions».

La dépense estimée ? «Entre 50 et 100 millions d’euros». Livré en 2013, Jean Bouin avait déjà coûté 160 millions d’euros. Entre temps, la ville a, d’ailleurs, modernisé le stade Charlety pour accueillir… du foot.

Au passage, Jean Bouin est, en moyenne, rempli à 12.500 places, un peu plus de la moitié de sa capacité. Seuls six événements sont programmés entre la fin janvier et la mi-mars. Au stade Charlety ? Aucune manifestation. Le stade de France ne croule pas, lui non plus, sous les dates. L’hiver, sans doute.

02(@JPHH)_S.jpgPour survivre, les équipements sportifs doivent se diversifier et s’ouvrir à d’autres fonctions : concerts et spectacles. Là aussi, Paris, après avoir inauguré la Philharmonie (2.400 places) et le splendide auditorium de la Maison de la Radio (1450 places) devra avoir la concurrence de la nouvelle Cité Musicale érigée à Boulogne-Billancourt (7500 places répartis sur deux salles. Investissement, 170 millions d’euros).  

Certes, il ne serait certainement pas idéal d’organiser un concert de basket ni un match symphonique mais nombreux sont ceux qui, pourtant, appellent à plus de flexibilité et de mutualisation. Alors, pourquoi ce nouvel équipement? Pourquoi donc ce nouveau gadget à deux pas d'une autre arena, et ce, à l'heure du Grand Paris?

Paris fait fi. Paris veut donc, intra-muros, sa nouvelle arena !  Utiliser celles des autres, trop peu pour elle ! Après tout, la dépense est tellement plus exaltante que la frugalité…

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


tos2016
vz

Projet |Quand c'est trop, c'est Kengo !

Le refrain est bien connu. La surprise feinte par les traîtrises d’ouvrage est désormais un brin déplacée. Imaginez un projet de musée conçu par un label-architecte dont le prix initialement fixé...[Lire la suite]

vz

Présentation |La guérilla de Santiago Cirugeda 

«Je n’ai aucun intérêt à être fonctionnaire», lance Santiago Cirugeda. L’architecte espagnol, lauréat du Global Award en 2015, milite pour une autre pratique de l’architecture. Pour ce...[Lire la suite]


vz

Présentation |Quatre architectes en matière d'ornement

Sans pudeur, ni faux-semblant, pas même retranchée derrière un sigle, pire encore un acronyme barbare, l'agence signe Boyer-Gibaud-Percheron-Assus-Schertenleib ! A Céret, elle a livré en avril 2014 une nouvelle salle...[Lire la suite]