tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Le Grand Prix d'Aménagement 2015 à NP2F, D'ici-là et BATT (25-03-2016)

Le 22 mars 2016, NP2F architectes urbanistes, D’ici-la paysagiste et BATT vrd (mandataire), ont reçu le Grand prix de l’aménagement 2015 pour le projet sur la ZAC Chantereine à Alfortville, aménagée par Grand Paris Aménagement, qui s’inscrit dans la thématique du prix de cette année «Comment mieux bâtir en terrains inondables constructibles». Communiqué.

Aménagement extérieur/Paysage | Val-de-Marne

A l’initiative du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’énergie, et du Ministère du Logement, de l’Égalité des Territoires et de la Ruralité ce prix a pour vocation de valoriser des innovations dans le cadre de projets de construction réalisés ou en cours de réalisation, renforçant la résilience individuelle ou collective aux inondations. 22 équipes ont été distinguées.

Pour prétendre au Grand prix, les projets devaient porter sur des terrains inondables constructibles où l’aléa n’est ni fort ni grave pour les vies humaines, en ayant pour objectif de rechercher comment mieux bâtir en terrains inondables constructibles dès lors que les populations qui y habitent ou y travaillent ne sont pas mises en danger au moment du passage de la crue ou des remontées de nappes. Ils devaient également s’intéresser d’abord aux quartiers existants en cours de renouvellement urbain.

Le projet d’aménagement de la ZAC Chantereine à Alfortville, NP2F

02(@Espinasseau).jpgLa ZAC Chantereine, qui s’étend sur 7 hectares, est aménagée par Grand Paris Aménagement depuis février 2011. Il s’agit d’un quartier d’habitat social qui s’inscrit dans un projet global de rénovation urbaine à l’échelle de la commune d’Alfortville. Ce projet, qui promeut la mixité sociale en introduisant de l’accession libre dans un quartier d’habitat social, s’inscrit dans une exigence de Haute qualité environnementale avec de nouvelles constructions performantes, le recueil des eaux de pluie dans des noues et des jardins «en creux». Les matériaux provenant des démolitions sont concassés afin d’être réutilisés.

Entre Seine et tissu pavillonnaire, l’opération intégre des zones de jeu, des terrains de sport et des îlots paysagés, formant un espace public de plus de 8500 m².

Avec le plan de la ZAC, l’agence NP2F s’est attachée à réinscrire le quartier Chantereine dans la dynamique urbaine du sud d’Alfortville : en valorisant le rapport à la Seine, et en réorganisant le rapport à la ville. 

03(@Espinasseau)_B.jpgIl s’agit également de renouveler l’offre de logements à une échelle plus urbaine, de redessiner l’intégralité du quartier en y intégrant de nouveaux espaces extérieurs.

Livré en juillet 2015, ce projet propose deux voies transversales est-ouest, un premier axe central longé par de larges espaces publics intégrant des jardins, constitue un véritable poumon vert pour le quartier, et un second, au sud du quartier, prolongement de la rue des Alouettes permet d’organiser la desserte de la plupart des îlots. Le schéma de voirie est complété par des rues nord-sud qui assurent les connexions nécessaires au fonctionnement interne du quartier (desserte des îlots, parcours vers les équipements).

Un espace public hybride adapté au quartier

Le programme de renouvellement urbain est structuré par un espace public composé de jardins, d’équipements sportifs et de zone de rétention d’eau pluviales. C’est cet espace hybride et polyvalent qui, allant de la rue Etienne Dolet vers la Seine, permet de transformer le quartier et de le désenclaver en produisant, par ses fragments, le paysage d’un parc prégnant.

Le plan général du quartier propose une articulation fine et étroite entre des surfaces minérales nécessaires au fonctionnement du quartier et une multitude de petits jardins de poches, disséminés au sein de l’ensemble du dispositif, produisant une sensation verte omniprésente.

04(@Espinasseau)_B.jpgLocalisées à des points de confluences précis, des placettes en béton bouchardé constituent des «îles d’urbanité» plus intenses. Posés sur ces places, du mobilier, des buttes, et des kiosques moulés dans le même béton que celui des sols caractérisent des usages et organisent le paysage de chacune d’elle.

La végétation dense du quartier, côtoie ces fragments minéraux, des espaces à couvert sous les arbres, s’articulent avec ces zones plus minérales, libres, presque blanches. Le playground, conçu pour le nouvel espace public, est inscrit dans ce réseau de patchs, petits espaces publics qui jalonnent le nouveau territoire de la ZAC, créant ainsi des espaces de «douceur urbaine». Ce morceau de ville de 2000 m², comprenant deux espaces récréatifs, développe ainsi des enjeux urbains essentiels : l’importance du détail (sol, morphologie, plis et limites) permet d’offrir aux jeunes de la ZAC, au-delà du simple terrain de foot, un espace «configuré », un lieu de rencontres et d’échanges.

Le sol précisément, mi-enrobé, mi-béton, est ici pensé comme une surface molle qui vient se plier, s’adosser au pourtour du terrain de football, ou qui accueille la rampe d’accès handicapé insérée comme un léger creux urbain.Enfin, les architectes de NP2F ont cherché à construire un paysage qui se marie avec le reste du parc, un sol où le pli du béton et le terrain de sport ont la même importance, une urbanité domestique.

Fiche technique
Programme : Aménagement de la ZAC / Prescription architecturales et urbaines / Fiches de lots
Superficie : Espace Public 30 380 m²/ ZAC 63 000 m²
Maîtrise d’ouvrage : Grand Paris Aménagement / Ville d’Alfortville
Maîtrise d’œuvre : NP2F + d’ICI LÀ (paysage) + BATT (VRD)
Coût : 6 800 000 € HT (espace public)
Type : Maîtrise d’œuvre urbaine
Distinctions : Terrains d’évolution nominés aux «European Union Prize for Contemporary Architecture - Mies van der Rohe Award 2015»
Grand prix de l’Aménagement 2015

Réagir à l'article


tos2016

elzinc novembre

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo
elzinc novembre

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |Porro-de la Noue, à la poursuite du conte

L’histoire continue. Un univers de vitraux, d’oiseaux, d’ogives, de seins et de tétons. L’exubérance n’a d’égal que la dignité qu’offre l’architecture à ses usagers....[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |DATA, de Christian Hauvette à l'OMA

Hommes des années 80. «Provinciaux», dixit Léonard Lassagne. Lui est Stéphanois, le second - Colin Reynier -, Carpentrassien. A l'orée de la trentaine, le duo a créé en 2010 son agence, DATA (pour...[Lire la suite]