Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | Les Bains des Docks : bientôt une nouvelle facture ? (26-10-2016)

Les Bains des Docks, au Havre, sont une curiosité architecturale signée Jean Nouvel. Ce sont aussi un marronnier pour la presse locale… voire, tout simplement, un comble : la piscine inaugurée en 2008 souffrait...d'humidité ! Fermée sept mois en 2013 pour cause de travaux, l'équipement n'a, aujourd'hui, toujours pas retrouvé sa splendeur d'origine. Et pour cause, la justice tarde pour trancher la responsabilité d'un naufrage.

Bâtiments Publics | Sport | Le Havre | Jean Nouvel

La piscine du Havre ! C'est un peu Dallas… un scénario bancal et des rebonds à n'en plus finir… Le lieu n'en est pas moins sublime et il se présente, de fait, comme une étape incontournable des parcours touristiques.

Aujourd'hui, chacun peut s'y baigner sans prendre le risque de s'écorcher un orteil sur une mosaïque décollée. En 2013, alors que la piscine se révélait dans un état critique, des travaux furent entrepris pendant sept mois pour sa remise à neuf.

Durant ce chantier, les pâtes de verre ont été, pour les sols et une partie des murs, remplacées par un grès cérame de teinte plus au moins identique et dont le motif reprend la trame des petits carreaux d'origine. Le plus pratique fut privilégié au plus fidèle.

L'importante opération a, en tout et pour tout, coûté 8 millions d'euros soit près d'un tiers du prix de l'équipement, lequel, pour rappel, avait coûté en 2008, 22 millions d'euros. La douloureuse !

Pour l'heure, cette dépense a été prise en charge par la collectivité. Il ne s'agirait là que d'une avance. En effet, l'affaire, portée en justice, n'est pas close et les responsabilités n'ont pas été déterminées. Si la ville voulait ne pas renoncer des années durant à son bel équipement, il lui fallait retenir son dépit et promettre aux Havrais la plus courte interruption.

Après sept mois de travaux, la piscine a donc retrouvé un semblant d'éclat. Ceci étant dit, des bâches couvrent encore les verrières et les peintures cloquent quand elles ne s'habillent pas de légères coulures.

Sur ces points, la collectivité attend toujours le feu vert des experts. Aux Havrais, dans ce contexte, de s'inquiéter, car l'enveloppe d'ores et déjà dépensée dans la réfection des revêtements de sol ne comprend pas ces prochains travaux. Bref, les huit millions d'euros sont un minimum.

En plus de voir la facture gonfler, reste désormais à la justice, de décider… et, sur le banc des accusés, il y a foule.

Affaire à suivre !

Jean-Philippe Hugron

 

Réagir à l'article


tos2016

Album-photos |Villefranche-sur-Mer : CAB à bonne école

«Ce projet est un hold-up sur le paysage», affirme Bita Azimi, associée de l’agence niçoise CAB. A quelques pas de la Citadelle Saint-Elme de Villefranche-sur-Mer (06), la nouvelle école maternelle livrée...[Lire la suite]

Visite |CAB, hold-up sur le paysage

CAB, encore CAB. La CAB, dit-on d’ailleurs. Equerre en poche, un coup de projecteur inespéré pour l’agence niçoise. Au Courrier de visiter la réalisation primée à La Trinité ainsi...[Lire la suite]


Livre |L'architecture 'invisible' de Bernard Zehrfuss

Bernard Zehrfuss, Fitzcarraldo de Fourvière ? En s’appropriant les pentes de la colline sur laquelle, autrefois, se développaient les gradins de l’amphithéâtre de Lugdunum et en y logeant le musée...[Lire la suite]