tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Aires Mateus, minimum syndical (25-01-2017)

A Tours, les deux frères lisboètes ont livré un nouveau centre d'art contemporain, le CCCOD (Centre de Création Contemporaine Olivier Debré). Sur de prometteuses perspectives, l'architecture se montrait minimale. Elle est, en réalité, minimum. Si l'équipement est adapté au programme, il n'en demeure pas moins une déception. En irait-il d'une malédiction portugaise en France ?

Culture | Bâtiments Publics | Tours | Aires Mateus

Déjà, lors de l'exposition 'les Universalistes, 50 ans d'architecture portugaise' présentée à la Cité de l'Architecture en 2016, Alvaro Siza et Eduardo Souto de Moura montraient à quelques journalistes un certain découragement quant à la possibilité de mener à bien une architecture de qualité en France.

03(@JPHH)_B.jpgSi les normes européennes semblent appauvrir, selon leurs propos, l'architecture portugaise, la surenchère réglementaire française finit de l'achever. Après que les deux maîtres de l'école de Porto ont réalisé de médiocres opérations dans l'hexagone, l'une à Montreuil, l'autre à Bordeaux – pour ne citer qu'elles – Aires Mateus s'est également frotté à la dure réalité d'un projet en France.

Le parti architectural était pourtant simple. Un cube de pierre devait léviter au dessus d'une galerie vitrée. L'ensemble devait s'inscrire discrètement dans le prolongement d'une construction – l'ancien hall d'entrée de l'école des Beaux Arts – érigée Après-guerre.

Il en résulte un édifice aussi pataud que Patout. Pierre Patout, maître de l'art décoratif, a en effet signé, à un âge plutôt avancé, la reconstruction traditionalisante de la ville de Tours après la Seconde guerre mondiale avec, pour point d'orgue, la pesante bibliothèque municipale.

04(@JPHH)_B.jpgDésormais, en contre-point de ce mastodonte, la ville offre le bloc d'Aires Mateus. L'intention était aussi contextuelle que judicieuse ; loin d'une architecture spectacle, la simplicité promise rejoignait l'épure budgétaire d'une institution qui a toujours fait montre d'une gestion soigneuse et mesurée. Jusqu'alors, elle logeait dans un parking réaménagé, au rez-de-chaussée d'un immeuble des années 70.

Difficile donc de critiquer le CCCOD tant sa politique culturelle est généreuse. Sa nouvelle adresse peine toutefois à séduire. Le bât blesse notamment dans la conception des espaces de circulation et dans la maîtrise d'une élégante sobriété promise sur les perspectives. Le minimalisme affiché appelait en effet la plus grande exigence quant aux détails. Ici, rien que les menuiseries, lourdes et épaisses, noires, piquent les yeux.

Des espaces sont eux aussi étonnamment mal proportionnés : une galerie vitrée faisant le tour du rez-de-chaussée est particulièrement étroite et inconfortable à la circulation. L'entrée – voulue pour ne pas impressionner le visiteur – n'impressionne pas le visiteur. Qu'elle soit petite et intimiste n'était pas, a priori, un problème mais un parti pris intéressant. Elle donne, en réalité, davantage l'impression d'une étroite banalité.

Les espaces d'expositions sont quant à eux la grande réussite du projet. Il s'agit de grands volumes simples et efficaces dont l'un offre quelques percées bien senties qui apportent, çà et là, un peu de lumière naturelle ; les proportions, pour une fois, paraissent équilibrées.

02(@JPHH)_B.jpgPour quelques 9,6 millions d'euros, Aires Mateus a, en fin de compte, livré un équipement fonctionnel de 5300 m². Un mérite qui, sans doute, n'invite pas à la transcendance.

Quoi qu'il en soit, le mutisme de cette architecture s'est curieusement accompagné d'un pesant silence. Ni Manuel Mateus, ni Francisco Mateus n'ont fait le déplacement pour la visite de presse. Pas même un chef de projet. Cette absence, argumentée et excusée, laisse néanmoins songeur sur la valeur de ce centre dans leur grand oeuvre.

Jean-Philippe Hugron

Réactions

JCM | 26-01-2017 à 11:45:00

Il est un peu facile de toujours accuser les conditions "Françaises" de la construction (normes, qualités des entreprises, ...) pour excuser un faux pas. Je connais nombre d'architectes en France qui réalisent des bâtiments de qualité, dessinés ET maîtrisés. Ce projet est un mauvais projet tout simplement. Ça arrive parfois pour plein de raisons, bonnes ou mauvaises. Quant a " leur grand oeuvre" excuse-moi cher JP mais je trouve personnellement plus que surestimée la production d'une agence certes talentueuse mais pas exceptionnelle non plus. Quelques maisons blanches au Portugal ne justifient aucunement la surexposition médiatique d'Aires Mateus.
Mais ça c'est un autre débat ...

Degio | Chef | Berny-Cross | 26-01-2017 à 08:26:00

Je dois bien dire que je partage ta déception quant à ce projet des frères Mateus dont, je crois, nous attendions tous quelque chose de plus abouti et de moins maladroit. C'est dommage.

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |FUSO, les trois jamais à l'étroit

«Voyez avec notre avocat». La phrase pourrait en effrayer plus d'un. Elle se veut, bien au contraire, rassurante. Le troisième homme de l'agence parisienne FUSO, Ghislain Grotti, est un professionnel du droit des affaires. La...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |André Ravéreau par le détail

La disparition d'André Ravéreau le 12 octobre dernier ne signifie pas pour autant la dissolution de son enseignement. L'hommage invite aujourd'hui à la relecture immédiate de son œuvre ; l'exercice pertinent...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]