Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | Au musée : rationalisme et fascisme (01-03-2017)

Les Case del Fascio... encombrantes ! Ces maisons abritant, dans les années 30 et 40, les branches locales du parti fasciste sont aujourd'hui, en Italie, plus ou moins délaissées. Quelques-uns tentent régulièrement de leur imaginer un avenir. Dernière en date, une pétition souhaite que la plus célèbre d’entre-elles, celle de Côme, érigée par Terragni, devienne un musée du Rationalisme. Affaire à suivre.

Patrimoine | Italie

Le sujet est souvent relancé et la polémique ne tarde pas à poindre. En mai dernier, la parution d'un ouvrage intitulé «Mussolini Architetto» faisait dire à Paolo Portoghesi qu'il y a là le sujet d'un «paradoxe italien».

L'architecte, dans le Corriere della Sera reprend, à fin de démonstration, quelques extraits du livre : «Soigne-t-on un pays en crise démocratique, en identifiant figurativement sa mémoire historique dans les constructions et les symboles d'une dictature qui a cultivé et pratiqué une haine profonde antidémocratique ?».

En devenant le siège de Fendi, la réouverture du Colisée Carré, au cœur de l'EUR – quartier romain devant abriter l'exposition universelle de Rome en 1942 – ou encore les menaces qui pèsent toujours sur le Pavillon Cosenza dont un projet de Diener&Diener prévoyait la démolition réveillent encore et encore les mêmes passions.

Aussi, les réactions à l'article du Corriere della Sera n'ont pas tardé : «le rationalisme italien est étudié dans le monde entier et dénigré dans sa propre patrie», rapporte un architecte, Riccardo Rosati, qui voit dans le travail universitaire cité par Portoghesi «un morceau écrit avec la plus grand partisanerie». Bref, le sujet divise !

02(@sailko)_B.jpgDéjà, l'année dernière avait été marquée par d'autres thématiques similaires. Parmi elles, la transformation annoncée de la Casa del Fascio à Predappio. La Stampa annonçait, à son sujet, en décembre dernier, une nouvelle étape majeure franchie dans la création d'un musée du fascisme. Cette initiative est un enjeu majeur pour cette municipalité qui a vu naître Mussolini et qui accueille, depuis sa mort, sa sépulture.

03().jpgL'article revient alors tant sur les souvenirs à l'effigie du Duce que sur les processions de «chemises noires» les jours de naissance et de décès du dictateur mais aussi lors de la date anniversaire de la Marche sur Rome. Pour le maire de la ville cette situation n'est plus tolérable. Aussi, il n'attend plus que l'aide de l'état pour finaliser le financement d'une réhabilitation à hauteur de 5 millions d'euros.

A Côme, la ville exerce, pour sa part, une autre fascination. Ce sont des curieux et passionnés d'architecture qui vont en pèlerinage voir cette autre Casa del Fasci. Son architecture imaginée en 1936 par Giussepe Terragni a fait les belles pages de livres d'histoire et se montre, depuis, comme une référence incontournable. Elle appelle donc le plus vif intérêt tant et si bien qu'une pétition* est aujourd'hui lancée pour que l'édifice devienne, lui aussi,... un musée.

L'association culturelle MADEinMAARC défend ainsi la création du Museo Astrattismo Architettura Razionalista Como (MAARC), en d'autres termes un équipement dédié au rationalisme.

«Nous pensons que le moment est venu de proposer la transformation des deux bâtiments, dont l'ancienne Casa del Fasci en un centre culturel moderne», précise la pétition qui a, depuis son lancement le 27 février 2017, reçu 123 soutiens.

Pour l'heure, si le financement de ce projet reste incertain, il y a fort à parier que la polémique, elle, sera bien effective... A Portoghesi de prendre, à nouveau, la plume !

Jean-Philippe Hugron

https://www.change.org/p/associazione-culturale-made-in-maarc-per-un-museo-del-razionalismo-nella-ex-casa-del-fascio-di-como

Réagir à l'article


Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]




Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]


Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]