Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Portrait | Diébédo Francis Kéré fait école à Berlin (Allemagne) et Gando (Burkina Faso) (02-11-2010)

Diébédo Francis Kéré est né en 1965, au Burkina Faso, fils aîné du chef du village de Gando. A l’âge de 7 ans, il part au collège de Tengodogo. Il apprend ensuite le métier de charpentier et trouve du travail à Ouagadoudou. A partir de 1985, il est employé comme formateur par BMZ, une ONG allemande qui finance des ateliers de formation technique dans son pays.

Global Award | Burkina Faso | Diébédo Francis Kéré

Cette prise de contact avec l’Allemagne lui permet d’obtenir une bourse d’études secondaires. Il part pour Berlin en 1990, à 25 ans et passe son baccalauréat. Il obtient alors une bourse universitaire et choisit d’étudier l’architecture à la Technische Universität de Berlin (T.U.), dont il sort diplômé en 2004.

L’étudiant africain de la T.U. n’attend pas son diplôme pour commencer à travailler. Dès 1998, il crée l’association 'Schulbausteine für Gando'*, qui recueille des fonds pour construire au Burkina Faso des équipements "qui aident au développement et sont adaptés au climat".

Son premier bâtiment est une école primaire à Gando. Il est très intéressant d’y lire comment l’architecte transpose le rationalisme écologique enseigné à la T.U. aux conditions de Gando. Comme toute bonne architecture climatique, l’école se lit en coupe. La transversale révèle les rôles respectifs d’un bâtiment en maçonnerie, compact, thermiquement régulateur et d’une toiture en auvent, séparés par une lame d’air qui rafraîchit le massif construit. La longitudinale signale l’alternance des salles de cours et d’espaces-tampons ventilés, aires de jeu, de cours en plein air ou préau. Sur les deux, les larges débords du toit assurent un rôle de pare-soleil et de protection des murs.

Le volume linéaire de l’école est tenu par un chaînage en béton. Murs et plafonds sont construits en brique de terre. L’architecte emploie peu de bois, matériau rare et exposé aux termites. La couverture et sa charpente ont donc été réalisées en fers soudés et en tôles par les forgerons du village, ainsi que les claustras. L'école, fraîche, claire, lisible, est un exemple de la recherche d’une solution appropriée à un contexte africain. Le savoir-faire des maçons et des forgerons est valorisé. Des matériaux communs à toute l’Afrique sont transformés en structures résistantes, avec des formes nobles. Selon Francis Kéré, il faut que les acteurs prennent part au processus de développement pour en apprécier le progrès et impulser sa poursuite. "Et cela vaut pour l’architecture". L’école de Gando a reçu, en 2004, l’Aga Khan Award for Architecture (lire notre article 'Ecole primaire, Gando, Burkina Faso').

Francis Kéré vit entre l’Allemagne, où il enseigne à la T.U. et le Burkina Faso. A Berlin, le professeur enseigne le projet urbain, le logement collectif et évidemment aussi l’architecture durable... Le président d’association poursuit son action pour financer au Burkina Faso des projets innovants, par leur programme (centres de formation, relais de santé, maison de femmes) et leur architecture. Le partenaire le plus important est l’entreprise pharmaceutique Hevert Arzneimittel qui a financé l’extension de l’école de Gando et la bibliothèque en cours de réalisation et a projeté de soutenir financièrement les projets africains de F. Kéré pour les 10 prochaines années. A Gando, Dano, Ouagadoudou, l’architecte construit des écoles et des équipements, toujours rationnels, économes et d’une sobriété de lignes qui traduit la vérité du processus et des moyens. Il peine cependant à convaincre les autorités qu’une architecture aussi endogène puisse offrir mieux que les modèles d’importation occidentale. 

02(@D.F.Kere).jpgFrancis Kéré a aussi des projets en Inde, au Yémen, en Espagne... La communauté mondiale a reconnu l’intérêt d’une démarche qui transpose intelligemment le rationalisme écologique pour contribuer au développement de son pays. A Gando, son village d’origine et l’épicentre de son action, plus de 700 élèves sont désormais accueillis, au fil des extensions. Un centre d'hébergement, un jardin et des salles de classe ont été ajoutés. Suivront des logements pour les professeurs et un terrain de sport. Pour Francis Kéré, ce projet fondateur se résume "en un concept climatique qui permet de développer en économisant l'énergie".

M.-H. Contal

Diébédo Francis Kéré est né en 1965, à Gando (Burkina Faso). Il est architecte diplômé de la T.U. de Berlin. Parmi ses projets : la Maison des femmes à Gando (2009), un centre de recherches à Tenkodogo (2010) et un centre communautaire à Ouagadoudou, au Burkina Faso ; une école pour filles à Dattigaon (Inde) et la mise au point d’une école prototype pour le Yémen. Son travail a été exposé au DAM de Francfort (Updating Germany - 2009), à Saragosse (ZaragozaKyoto - Architectures for a sustainable Planet - 2008) et sera présenté en 2009 au MOMA à New York. Prochaines conférences : Alvar Aalto Architecture Symposium Août 2009, Jyväskylä, Finlande ; 'Step by Step, building schools in Africa' GSAPP, Columbia University, New York ; Housing Workshop in Johannesburg Novembre 2009, Johannesburg. Francis Kéré a reçu en 2004 l’Aga Khan Award for Architecture.

* 'Des pierres pour construire des écoles à Gando'

Cet article est paru en première publication sur CyberArchi le 9 avril 2009.

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de PietriArchitectes

En 2018, l’agence PietriArchitectes a livré 3 projets de logements qui illustrent sa  volonté d’une démarche architecturale contextuelle. Dans le Sud de la France pour La Crique, entre lac et montagne pour Les...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Mikan

Une année commencée avec quelques concours perdus, terminée par un concours gagné le 20 décembre. Entre les deux quelques projets chez nous au Japon, aux Philippines, une exposition en Australie et un jardin avec...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Bernard Desmoulin

Mes amis Pline, Cicéron, Tacite, César, Horace, Virgile, Aristote, Xénophon et Homère se joignent à moi pour souhaiter au Courrier de l’Architecte une digne année 2019. Bernard Desmoulin[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de CFSA

Il n'y a aucune excuse pour faire quelque chose qui ne soit pas d'une beauté frappante - William Morris[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de RozO

Ce salon urbain réalisé par RozO pour Icade marque un renouveau de ces parcs d'activité en développant une autre relation au lieu de travail. RozO redessine l'ensemble des espaces extérieurs du site afin que ces...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de MDNH architectes

L'agence a livré en 2018 la première tranche d’un îlot de 79 logements à Bonnières sur Seine (78), un ensemble urbain qui redynamise le centre bourg et qui s’articule avec la nouvelle urbanité de...[Lire la suite]