Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Album-photos | Une architecture au passé-présent (22-03-2017)

En guise de site : une léproserie fondée, à Meursault, par Hugues II, Duc de Bourgogne, au début du XIIe siècle. En guise de programme : un lieu d'accueil et d'expositions. «L'objectif premier de ce projet était de protéger et de préserver ce patrimoine historique, en le réhabilitant dans le respect des règles de l’art, mais également en créant un ensemble capable d’accueillir des événements publics en toutes saisons», expliquent les architectes de l'opération, à savoir les associés de l'agence Jung, pour la partie contemporaine, et Simon Buri, pour la partie ancienne. «L’élément clé résidait dans la forte insularité du lieu, liée à sa protection et, en même temps, à son isolement de la cité. Le site de l’ancien Hôpital était ceint dans un clos minéral, situé à la limite du village, entre bâti et paysage de cultures et de vignes, à l’articulation des collines et de la plaine, en bordure de la route empruntée par les pèlerins au Moyen Âge», expliquent-ils. L'extension du bâtiment historique toutefois tranche dans sa volumétrie et sa matérialité. Elle est néanmoins sobre et minimaliste, elle joue de «matériaux éternels comme la pierre de Bourgogne, le bois, mais aussi plus récents : béton, verre et zinc». «Cette intervention contemporaine a été guidée par ce même souci de respect des dispositions d’origine du lieu. S’insérant dans les murs qui ont été reconstruits et qui restent en partie visibles à l’intérieur, le bâtiment cherche à établir un dialogue, par ses inflexions géométriques, avec l’architecture des bâtiments anciens», notent les concepteurs. Visite en images.

Culture | Zinc |

Réagir à l'article


tos2016

Visite |CAB, hold-up sur le paysage

CAB, encore CAB. La CAB, dit-on d’ailleurs. Equerre en poche, un coup de projecteur inespéré pour l’agence niçoise. Au Courrier de visiter la réalisation primée à La Trinité ainsi...[Lire la suite]

Visite |Keramis et les cinq mousquetaires

Un bâtiment en peau de girafe. La proposition est étonnante d’autant plus qu’elle revêt le musée de la céramique de La Louvière. Sans doute faut-il y voir une allusion aux craquelures du...[Lire la suite]


Visite |Baukunst, d'une splendide ambiguïté

L’histoire est un brin absurde. Sous une pluie drue, elle est encore plus difficilement intelligible. Adrien Verschuere, architecte et associé fondateur de Baukunst, s’efforce pourtant d’être clair. Il serait question...[Lire la suite]