tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | Sous la menace de Rocky, Gehry s'assagit !? (19-04-2017)

Le spectacle aurait-il assez duré ? «Je pourrais même devenir Mies van der Rohe» déclarait Frank Gehry, début avril. L'octogénaire aurait-il donc des troubles de la personnalité ou bien ferait-il acte de repentance, à l'heure où une partie non négligeable de ses archives viennent de rejoindre le Getty Research Institute ? Quoi qu'il en soit, il promet à Philadelphie, la sobre réhabilitation du Musée d'Art de la ville, un projet sage dont le chantier vient de débuter.

Bâtiments Publics | Culture | Etats-Unis | Frank Gehry

«Pourriez-vous nous faire quelque chose comme Bilbao mais sans toucher à l'extérieur du bâtiment ?», se demandait la direction du Musée d'Art de Philadelphie comme le rapporte Frank Gehry dans un article paru dans Philly Curbed, le 30 mars dernier. L'architecte, pragmatique, assurait alors qu'il fallait tout essayer et qu'il appréciait cette idée «irrationelle». C'était en 2006.

Exit donc les expressives échevelures de titane ! Onze ans plus tard, le projet dont le chantier débute enfin se révèle des plus sages : en somme, un effet anti-Bilbao.

02()_B.jpgEn 2014, le dessin proposé, exposé pour la première fois au public, avait, malgré tout, éveillé l'ire des citoyens de Philadelphie. Une maquette illustrait notamment la volonté de Frank Gehry de transformer l'escalier monumental conduisant à la colonnade du musée.

Il n'y avait là, pourtant, rien de bien spectaculaire. Sauf que l'emmarchement, autant que l'escalier Potemkine à Odessa, est célèbre pour avoir été, lui aussi, l'un des plus cinégéniques. «Rocky Steps» ! Voilà son nom, hérité du titre de la saga dont le héros, un boxeur, est interprété par Silvester Stalone. L'acteur a, en effet, été immortalisé, poing levé, en haut des marches par la caméra de John G. Avildsen, une image ancrée dans l'imaginaire de nombreux Américains.

04()_S.jpgPour l'heure, cette transformation n'est pas à l'ordre du jour. Seule la partie intérieure est promise à d'importants travaux estimés à 196 millions de dollars. Dezeen rapporte, le 5 avril dernier, les propos de l'architecte tenus lors d'une conférence de presse : «Je pense qu'une fois dans le bâtiment, nous comprenons que sa forme classique est simple. Il y a un deux axes x et y qui ont été mis à mal par des interventions n'ayant pas pris en considération l'ADN du musée. Ce n'était probablement que des interventions opportunistes», dit-il.

In fine, il s'agit pour l'architecte de restituer une logique classique… ce qui l'amène à modestement affirmer : «J'ai l'idée de faire quelque chose de puissant sans faire une grande déclaration architecturale. C'est un défi», dit-il honnêtement avant de poursuivre : «Je pourrais même devenir Mies van der Rohe». Voilà donc des chevilles aussi gonflées que les hématomes d'un boxeur…

Mais après tout, Rocky ne disait-il pas dans Rocky IV : «Si j’ai changé, et que vous avez changé, alors tout le monde peut changer !». Vas-y Franky !

Jean-Philippe Hugron

03().jpg

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]