tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Exposition | Photographies d'architecture : le droit d'être auteur ? (26-04-2017)

La photographie d'architecture est-elle un art en soi ? Ne mériterait-elle pas un lieu qui lui serait destiné comme il existe des musées et des galeries d'architecture ? Le CAUE 92, en ouvrant une nouvelle adresse à Nanterre, se propose de mêler les disciplines et de laisser une place importante à la photographie, l'objet d'ailleurs de sa première exposition à découvrir jusqu'au 29 avril.

Photographes | Nanterre

Hotdogs gratuits ! Vendredi dernier, le CAUE 92 offrait aux premiers arrivés un chien-chaud ainsi qu'une boisson. Bouche pleine, le visiteur pouvait alors rejoindre en contre-bas la galerie d'exposition. Là, un DJ mixait à n'en plus pouvoir. Des enfants du quartier s'amusaient de la situation et les curieux venaient contempler quelques photographies d'architecture.

«L'ombre de l'angle». A travers ce titre, l'exposition s'interroge sur une pratique mais aussi un art de la représentation que revues et sites d'architecture s'évertuent à largement diffuser sans que leurs auteurs ne soient réellement reconnus malgré la qualité de leur production.

Et pour cause, la photographie d'architecture semble souvent éloignée d'un travail proprement dit d'auteur. La pratique paraît largement codifiée ; la sensibilité de l'artiste n'aurait pas lieu de confondre la lecture d'un bâtiment.

02(@SchneppRenou)_B.jpg

Si l'exercice n'est pas documentaire, le trouble pourrait être alors jeté entre la représentation et son objet. «Le pouvoir du photographe de renforcer ou de détruire l'original est indéniable. Dans le cas d'un édifice, les choix du point de vue, de l'angle de prise de vue et des conditions de lumière font tout simplement l'édifice. Ce pouvoir peut faire apparaître la nef d'une église haute et étroite, ou au contraire large et courte, presque en dépit de ses dimensions réelles», notait Nikolaus Pevsner, en 1949.

L'historien de l'art pourrait voir son propos confirmé dès l'entrée de l'exposition où trônent deux superbes et monumentales photographies de Markus Brunetti dont l'une de la Cathédrale de Cologne. Fière, droite, élancée, la construction gothique, après rectification des perspectives, se présente presque disproportionnée avec ses flèches démesurément hautes. Pourtant, le photographe s'est vraisemblablement évertué à respecter les monstrueuses proportions du célèbre bâtiment. Qu'il s'agisse simplement d'une représentation sème, à lui seul, le doute.

03(@LaurentKronental)_S.jpg

Dix-septs photographes sont ainsi exposés dans la galerie du CAUE92. Ils y sont présentés comme «des auteurs internationaux remarqués par la qualité de leurs images et de leurs pratiques». Petits et grands formats sont signés Berenice Abbott, Tom Arndt, Filip Dujardin ou encore Stéphane Couturier.

Aux travaux de commande s'opposent, sur les murs, des démarches plus personnelles. Cette juxtaposition interroge plus encore la subjectivité du photographe. In fine, trop peu d'images – voire aucune – n'illustrent cette photographie d'architecture, celle qui, clinique, dépourvue de sensibilité, n'affiche que lignes droites et ciel azuréen. Ces clichés, exigés par de nombreux architectes, n'ont pour objectif que d'être remis entre les mains de l'édition architecturale.

Cette même édition, face à ce lissage usuel, prend d'autres partis pour contrer l'ennui de la répétitivité. Certaines revues, pour plus d'originalité, osent passer en noir et blanc des photographies originellement proposées en couleur. D'autres encore ne supportent plus présenter les mêmes angles que toutes les autres et réclament des clichés originaux et inédits, quitte désormais à de nouveau rémunérer les photographes.

Récemment donc, ce sont d'autres photographies d'architecture qui apparaissent dans les pages des livres, des monographies et des revues : certains photographes osent un ciel gris d'automne, un arbre mort par l'hiver, un brouillard épais, une lumière laiteuse…

Cette photographie d'auteur vient désormais progressivement trouver un plus large écho… jusqu'au jour où le sujet – en compétition avec l'objet – exige à nouveau une plus grande neutralité.

Jean-Philippe Hugron

Pour plus d'informations : CAUE92

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Notice |Casa MO par Gonzalo Mardones Viviani

Gonzalo Mardones Viviani aime à citer son maitre Alberto Cruz Covarrubias pour qui, un architecture sans idée relèverait simplement de la construction. «Il est à mon sens l’architecte le plus profond de la...[Lire la suite]

elzinc novembre

Visite |CAB, hold-up sur le paysage

CAB, encore CAB. La CAB, dit-on d’ailleurs. Equerre en poche, un coup de projecteur inespéré pour l’agence niçoise. Au Courrier de visiter la réalisation primée à La Trinité ainsi...[Lire la suite]


elzinc

Visite |Keramis et les cinq mousquetaires

Un bâtiment en peau de girafe. La proposition est étonnante d’autant plus qu’elle revêt le musée de la céramique de La Louvière. Sans doute faut-il y voir une allusion aux craquelures du...[Lire la suite]

elzinc novembre

Album-photos |Pris en flag' à Miami !

Leurs bureaux sont à Paris et l'une de leurs dernières réalisations, à Miami. BarbaritoBancel Architectes a en effet récemment livré le «flagship» Dior de la métropole floridienne qui...[Lire la suite]

elzinc

Présentation |Dans la pampa, l'architecture en plat de résistance

La Patagonie adoucit les Argentins, les rend plus aimables voire généreux, dit-on. Le climat rigoureux et la nature grandiose imposent à tout homme ou femme de l'art un peu d'humilité. De fait, les agences De...[Lire la suite]

elzinc novembre

Présentation |Dans la pampa, l'architecture en plat de résistance

La Patagonie adoucit les Argentins, les rend plus aimables voire généreux, dit-on. Le climat rigoureux et la nature grandiose imposent à tout homme ou femme de l'art un peu d'humilité. De fait, les agences De...[Lire la suite]