tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Interview | CNOA : espoirs et vigilance en Macronie (14-06-2017)

A la veille du second tour des élections législatives, Catherine Jacquot, Présidente du Conseil National de l'Ordre des Architectes, a pris le parti de rédiger une nouvelle tribune pour défendre «l'utilité des architectes». Au lendemain de la Présidentielle, quelques semaines avant les Universités d'Eté de l'Architecture le 7 juillet 2017 à Paris, et plusieurs mois avant les élections ordinales, Catherine Jacquot revient pour le Courrier de l'Architecte sur les prochains défis posés à la profession. 

France

Quel bilan tirez-vous des 21 propositions faites aux candidats à la présidentielle de 2017 ?

Nous avons été reçus par les équipes des quatre principaux candidats à l'élection présidentielle. Nous avons noté un intérêt vif pour les questions que nous soulevions et nos propositions ont été bien accueillis, certaines même à l’unanimité.

Quelle est cependant la proposition ayant suscité le plus d'intérêt ? Sur quel point avez-vous rencontré le plus de débat ?

La proposition concernant l'abaissement du seuil imposant le recours à un architecte dans les communes volontaires a particulièrement éveillé l'intérêt. Il en est allé de même avec la proposition concernant la mise en place d'un permis déclaratif pour les permis de construire déposés par un architecte sous le seuil de 150m². Et pour cause, il en va d'une mesure de simplification pour les services instructeurs et de raccourcissement des délais pour les particuliers. Toutefois, sur ce point, contrairement aux grandes villes, les petites communes montrent leur opposition ; elles se sentent dépossédées d’une prérogative. Le débat est donc ouvert.

Quels thèmes devront être, selon vous, abordés et défendus par le nouveau gouvernement ?

La transition écologique nous conduit à réfléchir au thème de la réhabilitation des bâtiments et à un aménagement durable des territoires. C’est un enjeu de société majeur. Le nouveau gouvernement devra être vigilant dans ses choix pour lancer massivement la rénovation énergétique de constructions passées sans en réduire la qualité, ni porter atteinte au confort des logements et, encore moins, au patrimoine. Pour cela le gouvernement doit encourager le financement des études de conception avant tous travaux.

L'urbanisme et la production de logements devront être aussi au cœur de l'action gouvernementale. Il s'agit de produire plus et mieux mais aussi de sensibiliser tout un chacun à l'architecture et à la création d'un cadre de vie.

Nous souhaitons donc – et nous avons fait des propositions en ce sens – que des équipes pluridisciplinaires comprenant, entre-autres, des architectes participent à la production des documents d'urbanisme. L'aménagement du territoire nécessite un conseil important de la part des professionnels de l'architecture. Nous ne pouvons que regretter aujourd'hui la médiocrité de nombreux documents d'urbanisme. Il faut y remédier.

La qualité du logement s’est également amoindrie depuis vingt ans. Le logement social est dorénavant soumis au concours d’architecture grâce à la loi LCAP : nous voyons là une garantie de qualité architecturale. Le logement privé doit également être encadré. Il en va du bien être quotidien des citoyens.

Aussi, nous sommes vigilants à l'approche du deuxième tour des législatives sur l'ensemble de ces thématiques. Nous avons fait nos vingt-et-une propositions qui ont toutes été reprises et diffusées par l'intermédiaire de nos relais régionaux aux candidats à la députation.

L'ouverture du capital des agences d'architecture avait été évoquée par Emmanuel Macron, ministre de l'Economie. Qu'en est-il du Président ? Restez-vous vigilante sur ce sujet ?

Il nous paraît important de préserver l'indépendance de la profession d'architecte. Nous avons réaffirmé notre position à ce sujet au moment de l'élection présidentielle. En effet, nous ne voulons pas que les règles en vigueur sur le capital des sociétés d'architecture soient remises en cause. Le capital est déjà ouvert à 49% aux personnes physiques et morales étrangères à l'architecture, c’est suffisant. L'équipe d'En Marche !, par une lettre datée du 3 mai dernier, a pris l'engagement de n'opérer aucun changement quant à la constitution des sociétés d'architecture. Dont acte.

Comment appréhendez-vous 'le permis de faire' qui entre actuellement en application ?

C'est une procédure qui permet l’expérimentation par la conception architecturale, si les acteurs s’en empare, elle pourrait créer une nouvelle manière d'écrire la norme et la règle. Il s’agit de substituer à une imposition de moyens une logique d’objectifs atteints par des dispositifs nouveaux. Un premier décret est paru avec seulement deux champs d’expérimentation. Nous attendons le second décret à paraître qui va les étendre aux champs environnementaux. Il est donc encore trop tôt pour savoir si ces dispositions vont porter leurs fruits mais l’ensemble des professionnels du bâtiment semble intéressé.

Quels seront les thèmes des prochaines universités d'été du Conseil National de l'Ordre le 7 juillet prochain ?

Nous aborderons les thèmes des nouvelles formes de production de la ville notamment avec les bouleversements qu’entraînera l’économie numérique et la transition écologique sur la gouvernance. Nous pensons qu'il est important de repenser l’action des collectivités et les services publics en général. En ce sens, il s'agit d'organiser l'encadrement des nouveaux acteurs privés tels que les grands groupes de la communication et de l’intermédiation (Google ou Le Bon Coin…).

Les nouveaux acteurs que sont les plate-formes d’intermédiation mais aussi les nouveaux outils informatiques comme le BIM, nous conduisent d'ailleurs à envisager la transformation de nos métiers. C'est là le second thème des prochaines universités d'été sur lequel des sociologues, des élus, et autres professionnels échangeront avec des architectes.

Les élections ordinales approchent. Quels défis attendent le ou la prochain(e) Président(e) ?

L'un des défis qui attend le ou la prochain(e) Président (e) est d’agir, en cette période de mutations, avec une vision prospective. Il sera question d'imaginer pour elle ou lui ce que sera le cadre de vie de demain pour promouvoir le rôle et la place des architectes dans son élaboration.

Avec une urbanisation galopante et la crise climatique, l’architecture et l’aménagement des territoires sont également importants pour la qualité de vie des habitants. La nécessité d’une approche transversale et culturelle dans le renouvellement des quartiers et des bourgs, la production et la réhabilitation des logements devra être une priorité car les conséquences sont sociales, économiques et environnementales. La profession d’architecte doit être perçue comme une profession ressource des politiques publiques.

Elle ou il devra également conforter l'Ordre des architectes en tant qu'institution ouverte pour tous les architectes dans la diversité de leurs métiers, comme le lieu de l’action collective et de la solidarité.

L’ordre devra aussi contribuer à améliorer sans cesse nos compétences, en lien avec les écoles nationales d’architecture et leurs laboratoires de recherche.

Un autre défi, enfin, sera d'assurer une plus grande diffusion de la culture architecturale auprès du public. Les Maisons de l’Architecture, les DRAC et les CAUE vont avec nous dans ce sens,…

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Sandra Planchez face à l'appel de la nouveauté

Tout nouveau, tout beau ? Sandra Planchez témoigne d’un goût immodéré pour la nouveauté. Il n’y a là pourtant rien d’une fuite en avant - qu’elle condamne par ailleurs - ni...[Lire la suite]

Erratum : crédit image : cantin-planchez-DR


elzinc

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |DATA, de Christian Hauvette à l'OMA

Hommes des années 80. «Provinciaux», dixit Léonard Lassagne. Lui est Stéphanois, le second - Colin Reynier -, Carpentrassien. A l'orée de la trentaine, le duo a créé en 2010 son agence, DATA (pour...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]