tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | Topotek1, paysagistes infidèles et créatifs (27-09-2017)

Topotek1… Pharaon ressuscité ? Sonde spatiale soviétique ? Paysagistes berlinois ! Plus précisément studio d'architecture du paysage créé en 1996 par Martin Rein-Cano. Il réunit, depuis quelques années, deux autres associés autour de son fondateur : Lorenz Dexler et Francesca Venier. Leur approche audacieuse les fait exposer à Arc-en-Rêve jusqu'au 14 janvier 2018. Ils en appellent, à cette occasion, aux «infidélités créatives».

Arc en Rêve | Agora | Aménagement extérieur/Paysage | Monde

L'intitulé de l'exposition - «infidélités créatives» - est emprunté à Borges. Martin Rein-Cano, natif de Buenos Aires, use en toute logique de cette référence littéraire. Encore faut-il l'associer à l'art du paysage.

L'agence située Sophienstraße, au coeur de Berlin, s'est trouvée remarquée peu après avoir livré les «variations sur un jardin à l'anglaise» à Wolfsburg. D'Argentine au Royaume-Uni en passant par la Basse-Saxe, cette étrange géographie rappelle combien Topotek1 n'aime pas les situations claires et tranchées.

L'illusion et l'étonnement qu'appelle une composition à l'anglaise ont conduit l'agence à réaliser un exercice de style qu'elle s'est approprié pour mieux le réactualiser. In fine, Topotek1 apprend la leçon : celle de l'image.

05(@Emily)_B.jpg

Les «figures narratives» – temples, folies et fabriques qui parsèment tout jardin à l'anglaise – dessinent avant tout des ensembles «pittoresques»...des images. Dans ses explications, Martin Rein-Cano n'hésite alors jamais à convoquer Rocky, le père Noël ou encore Jésus qu'il assimile volontiers à des cèdres du Liban plantés au fin fond du Kent. Ce sont, pour lui, autant de fictions sinon de «falsifications honnêtes» capables de rendre un espace «désirable».

Le projet que le studio réalise avec BIG au Danemark à Nørrebro permet, en ce sens, de mieux appréhender l'approche de ces paysagistes, jusqu'à présent plutôt obscure. Après tout, Martin Rein-Cano aime le crépuscule… Il le répète assez souvent pour qu'on puisse bien vouloir le croire.

«Au concept d'adaptation, d'assimilation ou d'intégration, je privilégie l'émancipation. L'interdiction de la burka en France n'est probablement pas une bonne attitude», reprend-il. Pour expliquer le projet Superkilen à Nørrebro, dans la banlieue de Copenhague, le paysagiste remonte loin…

04(@BIG).jpg

«Ce quartier comprend 80 % d'étrangers», prévient-il. Avec eux, des réflexes, des traditions...peut-être des burkas… «Les conflits ne sont, en psychanalyse, pas sensés être dissolus mais travaillés», précise Martin Rein-Cano. Aussi, réprimer la violence n'est pas la solution envisagée pour traiter l'espace public d'un quartier «sensible».

«Frapper quelqu'un dans la rue est un crime. Sur un ring, un sport sinon un art», dit-il. De fait, au coeur de Superkilen, Topotek1 propose...un ring ! Cet «édicule» voire cette «folie», en plus de détourner l'image de violence, participe d'un univers de symboles. L'aménagement de la place rouge – puisque le sol y est rouge – du marché noir – puisque le sol y est pavé de noir – et de la place verte – le revêtement y est...vert – répond d'une démarche participative.

02(@Orf3us).JPG

«Chacun est venu avec un objet. Chaque objet constitue un récit. Chaque récit permet de recréer une identité», dit-il. D'aucuns trouvent une fontaine marocaine, un arrêt de bus kazakh, une enseigne de dentiste qatari, un taureau espagnol Osborne…

L'opération est un succès. Topotek1 espère réédité l'exploit à Nanterre, aux marges de La Défense. L'aménagement d'un «Croissant» séparant les gratte-ciel de Société Générale des tours Nuages d'Emile Aillaud promet de mêler tables de ping-pong circulaires et porte-manteaux… Peut-être Topotek1 fini-il par se caricaturer…mais Martin Rein-Cano l'assure, il préfère la copie à l'original.

Et c'est la leçon qu'il retient, par dessus tout, de Borges. Pour l'auteur argentin, les erreurs de traduction seraient en mesure d'enrichir plus que d'appauvrir...

Bref, copiez-les! 

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


tos2016

elzinc novembre

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo
elzinc

Portrait |Nuno Teotónio Pereira, le modernisme contre Salazar

Dans la lignée des reconnaissances tardives, après Frei Otto, lauréat du Prix Pritzker 2015, Nuno Teotónio Pereira s’est vu récompensé le 13 avril 2015, à 93 ans, du Prix de...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]