tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | A Marrakech, starchitecture battue par KO (18-10-2017)

Le musée Yves Saint Laurent Marrakech (mYSLm) ouvre ses portes au Maroc. L'institution culturelle promise par Pierre Bergé a pour mission d'abriter et présenter une collection de 5000 vêtements, 15.000 accessoires haute couture, des dizaines de milliers de dessins… En guise d'écrin, aucune starchitecture ! La construction signée Studio KO n'en est pas moins remarquable.

Culture | Brique | Marrakech

«Yves Saint Laurent et moi-même avons découvert Marrakech en 1966, et ne l’avons jamais quittée depuis. Cette ville a eu une influence sur Saint Laurent, sur son œuvre, et lui a permis de découvrir la couleur. Cette passion, les architectes du Studio KO la partagent aussi. Leur admiration pour la région et pour sa culture ainsi que leur rigueur intellectuelle et artistique en font les architectes idéaux pour ce musée. Leur style épuré rappelle bien entendu la création de Saint Laurent», déclarait, peu avant sa mort, Pierre Bergé.

Pour qu'un nom n'efface peut-être pas la griffe, choix fut donc fait de travailler avec une agence relativement méconnue mais non moins talentueuse. A son actif, elle ne comptait que quelques villas, un hôtel et de prestigieuses boutiques.

02(@NicolasMatheus)_S.jpgDavantage habitué des revues de luxe, de décoration et autre magazine féminin, boudée d'une presse BTP, Studio KO est longtemps resté discret…

Sauf, peut-être, au Maroc où, il y a vingt ans déjà, Karl Fournier et Olivier Marty, ses deux associés, se sont rendus, étudiants, en vacances pour prendre la décision radicale de ne pas rentrer et fonder, à Marrakech, leur première agence.

L'histoire, ainsi résumée, a presque des allures de romance Marie-Claire. Tant et si bien que le New York Times leur a consacré un long article en 2015. Rares sont les architectes français à pouvoir s'enorgueillir d'une telle publication...

03(@NicolasMatheus)_S.jpgLeur premier projet était une maison. Leur client ? Patrick Guerrand-Hermès, de la maison Hermès. À Marrakech, les barrières sociales s’envolent, assure le duo. Le Grand Café de la Poste révèle davantage le Studio KO sur une scène locale. Pierre Bergé finit par lui confier la construction de maisons mais aussi d'un musée.

C’est en parcourant les archives du couturier que Studio KO s'est décidé par une architecture faite «de courbes et de lignes droite, de déliés et de coupes franches». Les briques assemblées en façade dessinent «une dentelle» et l'intérieur de la construction «une doublure de vêtement».

A proximité de la célèbre Villa Majorelle, la construction se veut située. «Marocaine», elle l'est au moins dans ses matériaux. Les briques en terre cuite qui parent le musée sont constituées de terre du Maroc. Elles ont été, qui plus est, fabriquées par un fournisseur local. Le granito, en façade et au sol, est, lui aussi, constitué d’un agrégat de pierre et marbre locaux.

Les architectes revendiquent volontiers une architecture «sophistiquée». Elle change quoi qu'il en soit des exubérances formelles d'aujourd'hui et s'émancipe de l'ennuyeux minimalisme nippon… en somme, elle s'éloigne des recettes éculées d'une starchitecture à bout de souffle.

La surprise est donc possible. Du moins, à Marrakech.

Jean-Philippe Hugron

Plans

05()_B.jpg
Crédit : Studio KO
Afficher en plus grand

06()_S.jpg
Crédit : Studio KO
Afficher en plus grand

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]