tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | L'architecte face à la commande : la roue tourne ? (22-11-2017)

Des résultats en demi-teinte ? Le poids économique des commandes confiées aux architectes est conséquent : 51,5 milliards d'euros de travaux hors taxes soit presque autant que l'industrie aéronautique. Par delà ce signe encourageant, d'autres chiffres sont, en revanche, un peu plus inquiétants et viennent même bouleverser certaines idées reçues.

France

Archigraphie, l'étude réalisée pour le compte du Conseil National de L'Ordre des Architectes offre un panorama concret et réaliste de la profession. La dernière édition publiée en novembre 2017 s'intéresse plus particulièrement à la commande.

«La commande globale des architectes assurés à la MAF est en recul depuis 2011, en volume (-14 %) et en valeur (-12 %). Ce repli de la commande est dû principalement à la conjoncture économique globale négative sur la période», notent les auteurs de l'étude.

Le «oui, ça va mieux» présidentiel, aussi risible fut-il, était bel et bien un mensonge, chiffres à l'appui.

En 2015, 345 000 logements neufs ont été construits contre 432 000 en 2011, soit une baisse constatée de -20 % !

L’évolution à la baisse (-11 %) de la commande publique est à noter. Elle serait corrélée à la chute des investissements publics au niveau national, de -22 %, entre 2012 et 2015.

Seule la commande de bureaux est restée stable entre 2010 et 2015.

Soit.

Ce constat une fois réalisé, l'étude avance d'autres statistiques qui viennent confirmer certaines impressions mais aussi bousculer quelques préjugés.

En effet, l'étude montre une spécialisation croissante des agences amplement perçues par les professionnels en activité. «La maîtrise d’ouvrage pense sécuriser les opérations en contractant avec des architectes qui possèdent des références identiques à celles de leurs projets. Plus les ouvrages sont réputés complexes, plus cette demande de références est accrue», note François Rouanet, vice-président du CNOA qui précise combien, aujourd'hui, «l’architecture est un métier généraliste exercé par des spécialistes».

Dans ce contexte, le logement reste le premier marché de maîtrise d’oeuvre en volume de déclarations et en valeur. «La commande déclarée en 2015 par les architectes dans le logement réunit 56 % de l’ensemble des déclarations et 45 % du montant des travaux», précise l'étude.

«Il se construit annuellement plus de 140 000 logements individuels qui permettent à de nombreux architectes d’accéder à ces programmes ; en revanche les écoles, collèges ou lycées, que ce soit en neuf ou en réhabilitation, ne se chiffrent qu’en centaines et les hôpitaux en dizaines», souligne François Rouanet.

Sans grande surprise, les maîtrise d'ouvrage, dès lors qu'il s'agit de logement, sont très majoritairement privées: elles représentent 81 % de la commande et près de 18,8 milliards d'euros de travaux.

L'étude souligne toutefois «qu’une partie des logements sociaux est produite par des promoteurs privés en VEFA (vente en État Futur d’Achèvement) : ainsi en 2014, près de 30 % du total des logements sociaux — soit 33 000 logements — ont été réalisés en VEFA», un chiffre conséquent voire… préoccupant.

Sur ce point, Archigraphie, dans sa plus grande objectivité, ne se prononce pas. La réalisation de logements sociaux en VEFA permet pourtant de contourner certaines procédures parmi lesquelles, l'une des plus importantes : le concours d'architecture.

«Nous constatons que pour le logement collectif privé, dans deux tiers des cas, la promotion privée confie la direction de chantier aux architectes», reprend François Rouanet. L'affirmation peut surprendre tant la promotion semble dans l'imaginaire collectif, déposséder l'architecte de son dessin.

Enfin, le vice-président de l'Ordre fait à partir d'Archigraphie cet étrange constat : «les architectes sont peu présents dans les domaines de la réhabilitation et de la rénovation énergétique». Jusqu'alors, réhabilitation et rénovation ont été présentées comme un nouvel eldorado pour la profession. Peut-être n'a-t-il pas été trouvé… sauf dans le domaine tertiaire où la part de la réhabilitation progresse, quant à elle, de 15 %.

L'étude ne propose malheureusement, pour d'évidentes raisons, aucune données récentes pas mêmes une projection prospective. Or, les mesures incitatives en matière de construction n'auront d'effets que sur un temps plus long.

Reste l'espoir que la situation change et que le changement soit...réellement maintenant...

Jean-Philippe Hugron

L'étude est consultable ici : http://www.architectes.org/sites/default/files/atoms/files/archigraphie-3-web.pdf

Réagir à l'article


elzinc

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo


elzinc

Portrait |Sandra Planchez face à l'appel de la nouveauté

Tout nouveau, tout beau ? Sandra Planchez témoigne d’un goût immodéré pour la nouveauté. Il n’y a là pourtant rien d’une fuite en avant - qu’elle condamne par ailleurs - ni...[Lire la suite]

Erratum : crédit image : cantin-planchez-DR