Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Edito | Plagiat ! L'architecture en grande pompe (22-11-2017)

Le boîte aux lettres d'une rédaction est souvent utilisée pour informer une revue de possibles plagiats… du moins de copies éhontées. Certains cas semblent évidents. D'autres, beaucoup moins. Tel est le risque d'une société qui ne se nourrit, après tout, plus que d'images.

France

«Pour moi, la copie, c'est le succès. Il n'y a pas de succès sans copie et sans imitation !» La phrase est de Coco Chanel. De quoi réconforter, n'est-ce-pas?

Il y a, en effet, dans la copie, autant de désespoir que de fierté. Désespoir d'être pillé. Fierté d'être érigé en modèle.

Cette fierté retombe très vite quand la source d'inspiration est tue. Passé sous silence, le modèle disparaît et le copieur s'attire, à lui seul, toute la gloire. Une situation quelque peu injuste.

03().jpgà gauche : Zeitz Mocca (photo Iwan Baan) / A droite : coupe du projet de transformation de silo à Rotterdam par Emma

Est-elle pour autant volontaire ? Le copieur a-t-il réellement copié ? Faut-il convoquer l'air du temps ou plus pompeusement le «Zeitgeist» ? L'argument a récemment été repris par PCA ; certains reprochent à l'agence de vouloir reproduire à Lille un projet de BIG situé à Copenhague*.

La faute sans doute à l'image. L'architecture est un art lié à l'expérience visuelle. Les revues jouent, en ce sens, un formidable réservoir d'inspiration.

04()_B.jpgA gauche : TO210 Quartier Massena - Anne Démians - 2009 / à droite : Tours à Portland - William Kaven - 2017

Il y a quelques semaines, le Courrier de l'Architecte rapportait des propos de feu André Ravéreau : «Un jour, Lods m'a confié un programme d'hôtel en Afrique – au Cameroun je crois – où je n'étais jamais allé, et il m'a laissé travailler tout seul, avec un paquet de revues L'architecture d'aujourd'hui pour prendre des idées. Alors, je lui ai fait une architecture bâtarde, moderne, probablement de forme carrée ; je ne sais plus ce que c'était, mais c'était certainement très mauvais ou, au mieux, inconsistant».

Il n'a pas été le seul. De tout temps l'architecte «prend des idées»… De tout temps l'architecte s'abreuve d'images et peut-être son inconscient en retient une qu'il développe plus tard pensant créer une forme nouvelle… Vision naïve ? Sans doute.

Faut-il, en ces circonstances, s'en remettre tout bonnement au hasard ? Parfois trop gros !

Alors – pour se réconforter – ne sommes-nous pas à l'ère de la «réinvention» ? Le terme est porté aux nues par de grands communicants qui invitent ainsi à «réinventer» ce qui est déjà là. Dans ce contexte, le risque de copie ou de plagiat n'en est-il pas d'autant plus grand… ? Et les «mille arbres» de Sou Fujimoto Paris ont-il à voir avec les «1000 trees» de Heatherwick à Shanghai ?

Bref, internet, image, réinvention… inspiration, copie, imitation, contrefaçon,… tout aujourd'hui invite tristement (ou glorieusement) à l'art de la pompe !

Jean-Philippe Hugron

* lire à ce sujet : Le Shake, un immeuble pas si unique en son genre http://www.lavoixdunord.fr/147031/article/2017-04-12/le-shake-un-immeuble-pas-si-unique-en-son-genre

Réactions

Alice | Architecte | IDF | 23-11-2017 à 07:53:00

Brillant comme d'habitude Jean-Philippe! Néanmoins nous aimerions avoir plus d'enquête et plus d'avis, peut être un dossier même sur le sujet? C'est intéressant de voir les architectes dévoiler leurs pensées, après la manipulation de l'image, la place de la "copie" appelée communément "inspiration" dans l'architecture d'aujourd'hui.

Réagir à l'article





Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]


Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]