Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Album-photos | Thierry van de Wyngaert, alias TVAA, dans la lumière ! (07-02-2018)

A Paris, sous les spotlights de la Galerie d’Architecture, TVAA expose aux côtés de François Migeon, concepteur lumière, quelques récents projets. En plus de découvrir de belles réalisations – dont le superbe Campus Jourdan, bijou d’ingéniosité situé dans le XIVe arrondissement en marge de la Cité Universitaire – l’exposition présentée jusqu’au 24 février 2018 est l’occasion de saluer une personnalité généreuse – architecte le jour, vice-président de l’Académie d’Architecture le soir – homme de lumière cachée sous une crinière blanche : Thierry van de Wyngaert.    

France | TVAA

Parmi les projets présentés au sein de l’exposition proposée par la Galerie d’Architecture, Le Courrier de l’Architecte vous propose d’en découvrir trois : le château d’eau de Paimpol, la bibliothèque universitaire de Chevreul, à Lyon et les Archives Diplomatiques, à Nantes.

Château d’eau, Paimpol
02(@@XavierTestelin)_B.jpg

Surplombant une baie regorgeant d’huîtres et de coquilles Saint-Jacques, le travail a porté sur le thème de la nacre. Avec son pied et sa couronne luminescente, le réservoir semble avoir été déposé par la mer. Selon la marée sa coque se remplit ou se vide de lumière. A l’intérieur, une lueur fixe propose des tons rosés, jaunes et blancs. Un jeu de couleurs projetées depuis la partie basse donne au béton une allure évanescente. Les variations de lumière créent une matière colorée, similaire à des reflets. Au sol, les petites diodes électroluminescentes rappellent l’écume de l’eau, qui vient rouler le coquillage comme de petits éclats de lumière au sol qui scintillent, s’échappent et repartent avec la vague.

L’accroche au sol de l’ouvrage, comme son accroche au ciel, sont traitées par un revêtement en polycarbonate, permettant de fixer la lumière et les couleurs qui évoluent au rythme des marées. A marée basse, l’ouvrage est éteint. Il s’éclaire progressivement de bas en haut avec la marée montante. Puis la lumière blanche s’étale quelques heures avant de diminuer avec le reflux de la mer.

Implanté face à l’île de Bréhat, qu’il s’agissait d’alimenter l’été en eau potable, l’ouvrage est un amer. Il marque la côte et figure aujourd’hui sur les cartes marines. Il semble veiller sur les bateaux qui le voient de très loin, silhouette réconfortante avec son acrotère relevé comme le col d’un ciré de marin qui protège de la pluie et des vents d’Ouest.
TVAA

Bibliothèque universitaire Chevreul, Lyon

03(@GillesAymard)_B.jpg

Cette bibliothèque est comme un meuble précieux dans la ville : tout comme chez soi, on y range des livres verticalement sur une succession de rayonnages horizontaux. Le bâtiment propose ainsi six grands plateaux de vingt mètres sur soixante, sans cloison, chacun étant consacré à une discipline, et relié par un escalier central monumental. Depuis la rue, la transparence de la façade affirme l’identité de la bibliothèque comme lieu de connaissances et symbole d’un savoir ouvert sur l’extérieur. Comme la tranche des livres, les lecteurs sont des couleurs qui donnent vie à l’ensemble.

L’ouvrage s’inscrit entre deux bâtiments contemporains aux écritures architecturales fortes. Plutôt que de s’affirmer par une écriture autonome, le bâtiment s’efface dans le contexte et donne à voir l’intérieur du dehors.

L’ancrage dans la ville s’opère également en référence à l’identité architectonique lyonnaise et l’utilisation traditionnelle de jalousies pour occulter les percements des immeubles. Appliquées sur toute la façade nord du bâtiment, des lignes horizontales en bois transforment la bibliothèque en fenêtre sur la ville, une ouverture qui ouvre l’esprit sur la connaissance et le savoir.

Cette persienne monumentale crée un tamis de lumières et de vues qui donne un sentiment de protection et de confort aux lecteurs. Dans la partie centrale, ces lignes deviennent verticales. En léger décalage par rapport au trottoir, elles créent un frémissement, une vibration qui rappelle le feuillage des arbres, tout en marquant le centre et la place de l’escalier.

Toute la dynamique du projet est concentrée sur le cône inversé qui assure la desserte principale des plateaux de lecture. Cet escalier forme un grand mouvement elliptique en contrepoint des plateaux horizontaux calmes et silencieux. Etroit en bas, large en haut, il symbolise la rencontre et l’échange.

Traité en béton brut, il est tronqué par la façade en verre, de manière à s’ouvrir sur l’espace public. La lumière se diffracte en couleurs, en référence au thème de la progression chromatique et des travaux du chimiste Eugène Chevreul.
TVAA

Archives Diplomatiques, Nantes

04(@JMMonthiers)_S.jpg

Le bâtiment abrite une partie des archives diplomatiques de l’Etat français depuis son existence. Leur protection exigeait un ouvrage fermé, à l’abri de la lumière. C’est un écrin pour un trésor de la mémoire nationale, une sorte de boite

noire tout en marbre blanc !

L’architecture exprime aussi le fonctionnement du bâtiment : les salles de travail sont situées dans le socle au rez-de-chaussée, les locaux de stockage sont en étage. L’image suggérée renvoie aux qualités essentielles d’un magasin d’archives : la protection, la lisibilité et la pérennité. La composition simple des volumes et le choix d’un matériau unique, à la fois classique et contemporain, évoque la force et la retenue. Le marbre blanc de Carrare en façade rend hommage au passé, à la mémoire des hommes et à leur travail quotidien pour imaginer l’avenir. Ainsi, l’ouvrage est blanc et noir, comme un habit du dimanche qu’on mettrait tous les jours. Le décollement du bâtiment au niveau du trottoir tempère la monumentalité de la pierre, créant une impression de lévitation et de respect. Dans un quartier sans caractère, l’ouvrage apporte une certaine dignité à la rue.

A Nantes, la lumière est unique. Les ciels tour à tour gris, bleus, blancs, et toutes leurs nuances se reflètent dans le bâtiment. Le marbre permet aux façades de changer d’apparence en permanence avec la lumière. Elles épousent les variations du ciel, en hommage aux saisons et aux années qui passent, immanquablement. La forme du bâtiment est bien en adéquation avec la fonction : protéger les archives de l’usure du temps.
TVAA

Réagir à l'article


Portrait |Ludwig Leo, le techno-pop berlinois

L’AA School rend hommage à Ludwig Leo, figure discrète de la scène architecturale allemande disparue en 2013. L’exposition, qui fait escale à Londres du 5 mai au 6 juin 2015, a d’ores et...[Lire la suite]




Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]


Portrait |Sandra Planchez face à l'appel de la nouveauté

Tout nouveau, tout beau ? Sandra Planchez témoigne d’un goût immodéré pour la nouveauté. Il n’y a là pourtant rien d’une fuite en avant - qu’elle condamne par ailleurs - ni...[Lire la suite]

Erratum : crédit image : cantin-planchez-DR