Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Album-photos | «La Piscine» d'Alain Capeillières (07-03-2018)

Parallèlement à l’exposition Domestic Pools (jusqu’au 18 mars 2018), la Villa Noailles présente le troisième opus de sa collection d’«Architecture remarquable du Var» et offre une surprise de taille : «La Piscine» d’Alain Capeillières située à Six-Fours-les-Plages. «La discrétion entretenue par son architecte assure au projet une notoriété mesurée», assurent Sébastien Martinez-Barat et Benjamin Lafore, commissaires de l’événement. La piscine a toutefois été publiée dans la revue Domus 566 de 1977 au même moment que le Centre Pompidou et que les peintures de David Hockney. En 1978, elle a même servi de décor au film burlesque Le Maître nageur réalisé par Jean-Louis Trintignant. Les récentes photographies de Romain Laprade magnifie particulièrement ce site et lui donne toute son actualité. Découverte en images.

Villa Noailles | France

02().jpg
Photographe :  Romain Laprade
Afficher en plus grand

03().jpg
Photographe : Romain Laprade


Afficher en plus grand

04()_B.jpg
Photographe : Romain Laprade
Afficher en plus grand

05()_B.jpg
Photographe : Romain Laprade
Afficher en plus grand

06()_S.jpg
Photographe : Romain Laprade
Afficher en plus grand

07()_S.jpg
Photographe : Romain Laprade
Afficher en plus grand

08()_B.jpg
Photographe  : Romain Laprade
Afficher en plus grand

Réagir à l'article





Portrait |Nuno Teotónio Pereira, le modernisme contre Salazar

Dans la lignée des reconnaissances tardives, après Frei Otto, lauréat du Prix Pritzker 2015, Nuno Teotónio Pereira s’est vu récompensé le 13 avril 2015, à 93 ans, du Prix de...[Lire la suite]

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]


Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]