tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Album-photos | Jean Verville, entre complicité et espièglerie (28-03-2018)

«Imaginé pour un couple de jeunes professionnels et deux enfants, le chalet revisite les paramètres de l’habitation familiale pour explorer un imaginaire intimement lié au lieu, à ses occupants ainsi qu’à leur façon toute actuelle de vivre en famille», note Jean Verville, architecte. Pour évoquer sa relation avec ses clients, il évoque une «complicité» lui ayant permis de deviner une «espièglerie» entre parents et enfants. La maison imaginée au coeur de la forêt de Pruches au Canada, se veut alors un assemblage graphique à même d’évoquer l’enfance et ses figures archétypales. Le tout un peu noir, à l’image d’un conte d'autrefois...

Logement individuel | Canada

02().jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand

03().jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand

04()_B.jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand

05()_B.jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand

06()_S.jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand

07()_S.jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand

08()_B.jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand

09()_B.jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand

10()_B.jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand

11()_B.jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand

12()_S.jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand


13()_S.jpg
Crédit : Maxime Brouillet
Afficher en plus grand


14().jpg
Crédit : Jean Verville
Afficher en plus grand

Réagir à l'article


tos2016

elzinc novembre

Portrait |Sud et la nouvelle condition de l'architecte

David contre Goliath. Et vice versa. L’un tient généralement le bon rôle. L’autre non. Qui plus est, en lieu d’un géant, il s’agit d’une réussite et comme toujours, en France, le...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Sandra Planchez face à l'appel de la nouveauté

Tout nouveau, tout beau ? Sandra Planchez témoigne d’un goût immodéré pour la nouveauté. Il n’y a là pourtant rien d’une fuite en avant - qu’elle condamne par ailleurs - ni...[Lire la suite]

Erratum : crédit image : cantin-planchez-DR


elzinc novembre

Portrait |Nuno Teotónio Pereira, le modernisme contre Salazar

Dans la lignée des reconnaissances tardives, après Frei Otto, lauréat du Prix Pritzker 2015, Nuno Teotónio Pereira s’est vu récompensé le 13 avril 2015, à 93 ans, du Prix de...[Lire la suite]