Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Histoire | Les architectes arméniens... d'Istanbul (04-04-2018)

Police ! Vos papiers. L’histoire de l’architecture s’encombre d’une nomenclature de styles mais aussi d’adjectifs nationaux. De fait, «l’ethnicité arménienne» d’architectes ayant officié à Istanbul est aujourd’hui réclamée par quelques chercheurs. Jusqu’à l’incident diplomatique ?

L’agence Armenpress annonçait il y a quelques semaines la parution d’un ouvrage sur l’oeuvre de la famille Balyan. Ecrit par Ashot Grigoryan, il «affirme, une fois de plus, l’appartenance ethnique arménienne de la famille Balyan».

Depuis le XVIIIe siècle, les Balyan étaient au service du pouvoir ottoman. Sur cinq générations, cette dynastie d’architectes s’est faite l’auteur de palais, de mosquées, de kiosques, de pavillons, de casernes, d’églises…

Parmi les œuvres les plus reconnues, le palais du Dolmabahçe et la mosquée Ortaköy par Garabet Amira Balyan, ou encore le palais de Küçüksu et le palais Ihlamur par Nigoğayos Balyan… Cartes postales et guides touristiques célèbrent aujourd’hui ces édifices qui comptent parmi les plus visités de la métropole turque.

03().jpgL'Institut national d'architecture Alexandre Tamanyan est, à Erevan, vigilant quant à l’appréciation de cette œuvre. Son secrétaire scientifique, l’auteur de l’ouvrage consacré à la famille Balyan, explique à Armenpress que «la collecte d'archives sur les architectes arméniens à l'étranger a été inscrite à l'ordre du jour de l’institut».

«Lors de la collecte des matériaux sur les architectes qui ont vécu ou vivent encore en Turquie, il s'est avéré qu'il y a un grand écart à propos de la génération d'architectes Balyan. Les Balyan étaient des architectes très célèbres en Turquie, mais leur ethnie arménienne a été rejetée pendant de nombreuses années», affirme Ashot Grigoryan.

Que les plus prestigieuses constructions d’Istanbul puissent être le fait d’une famille arménienne pourrait vexer quelques âmes obscures. Aujourd’hui, peu de débats font état de doutes quant à l’origine des Balyan.
02()_S.jpg
En revanche, Ashot Grigoryan cherche à poursuivre l’effort. «Il est avéré qu’avant les Balyans, l’architecte Sinan travaillait à Istanbul et que la Turquie nie, de nouveau, son origine arménienne», poursuit-il.

Mimar Sinan est l’auteur des plus imposantes mosquées d’Istanbul toutes inspirées, dans leur jeu de coupoles et contre-coupoles, de la basilique Sainte-Sophie.

L’ «ethnicité arménienne» de Mimar Sinan est plus controversée même si, selon certains chercheurs, elle semble la plus vraisemblable. D’autres affirment ses origines albanaises quand certains évoquent à demi-mot Sinan comme une figure chrétienne et grecque…

Ces discussions peuvent paraître d’un autre âge mais l’effondrement de l’URSS autant que de l’ex-Yougoslavie et l’affirmation de la Turquie entre Europe, Russie et Proche-Orient poussent aux revendications nationales les plus improbables…y compris en architecture.

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Jean-Pierre Lott

2018 a été une année « sudiste » qui a vu l’achèvement de deux projets monégasques, le Stella et les Cigognes, le démarrage de la Villa Troglodyte toujours à Monaco. Mais aussi 2...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'OLGGA

En 2018, OLGGA est lauréat de 3 nouveaux projets : le stade Gagarine sur les hauteurs du Havre (76), un gymnase à Wallers Arenberg (59) et le nouveau stade de Chambéry (73) d’une capacité de 5000 places.  ...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de GUINEE*POTIN ARCHITECTES

Des concours s’échelonnant toutes les mois, 8 de perdus à l'exception de deux : l’école publique de St Pabu dans le Finistère, et notre premier projet francilien, avec Palast et Echelle Office, pour 90...[Lire la suite]