tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Opinion | Loi ELAN, une pétition contre la France moche (04-04-2018)

A l’heure où la loi ELAN est discutée, une nouvelle pétition vient d’être lancée afin d’alerter Emmanuel Macron sur les effets ravageurs d’une remise en cause de la loi MOP.

France

Monsieur le Président de la République,

Le gouvernement prépare la loi sur l’Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (loi ELAN-2018) dans laquelle il est prévu une transformation profonde des modalités de production de l’habitat social, et plus largement du logement. Par plusieurs courriers et dans une tribune signée par plus de 5 400 architectes, nous vous avons fait part de notre grande inquiétude quant à la baisse de qualité des logements et à la disparition des concours et de la loi MOP encadrant la désignation et les missions des concepteurs.

Nous connaissons la nécessité de réformer le secteur du logement, qui accumule depuis plusieurs années un retard de production et une offre mal adaptée aux évolutions urbaines et sociales. Le logement est aussi un levier très important pour réussir la transition énergétique et écologique solidaire que nous appelons tous de nos vœux. Mais la transformation envisagée induit des conséquences néfastes qui affecteront à long terme la qualité des villes, des paysages et de l’architecture, expression de la culture de notre pays.

La France est un pays de culture, et la manière dont nous aménageons les espaces habités à travers l’architecture est une des manifestations les plus représentatives de notre développement culturel. Depuis des siècles nous avons su préserver notre patrimoine bâti et le faire évoluer.  Ce patrimoine est un moteur essentiel de l’économie française. Il attire plus de 88 millions de touristes par an venus du monde entier. Les étrangers venus visiter notre pays sont émerveillés par la qualité du patrimoine majeur : les monuments classés, les centres villes remarquables, les villages protégés, les paysages inscrits. Ils sont aussi frappés par ce qu’ils appellent la « mocheness », néologisme franglais qui stigmatise ce mal typiquement français des entrées de ville, des lotissements, des zones d’activités, des grands ensembles, le péri-urbain en général, construits au rabais, plus vite, moins cher, mais jamais mieux. Ces zones en pleine mutation devraient constituer l’essentiel de la production de ce qui pourrait être le patrimoine de demain. Pourtant, la qualité n’y est plus.

Vous souhaitez construire « plus, mieux et plus vite ». Nous ne pouvons que partager cette ambition. Mais il faut prendre en considération les aspects quantitatifs et qualitatifs si nous ne voulons pas dégrader l’expression bâtie de la culture de notre époque de manière irréversible.

Nous, architectes, acteurs indispensables de l’aménagement des espaces habités, sommes engagés au quotidien au service de l’intérêt général et du bien commun, de la qualité urbaine, paysagère et architecturale des territoires, des villes, des immeubles, des maisons, des logements, de la France. Nous intervenons sans distinction pour entretenir, réhabiliter, transformer et construire des ouvrages majeurs et mineurs qui façonnent ce patrimoine remarquable, reconnu dans le monde entier.

Notre devoir de conseil nous engage à vous alerter. La suppression des règles encadrant la commande publique d’architecture peut contribuer à créer un futur patrimoine bâti sans qualité qui témoignera de notre manque de vision, de culture et pire, d’une certaine négligence collective. Votre quinquennat ne doit pas être entaché d’une telle erreur. Notre patrimoine urbain, architectural et paysager exceptionnel ne doit pas devenir un ensemble de fragments immergés dans la marée de la « mocheness ».

En mars 2017, vous appeliez à «replacer l’architecte au cœur des processus de créations de nos villes, de lui rendre sa capacité à inventer et d’en faire à nouveau un acteur du progrès et de l’amélioration de nos cadres de vie.», vous souhaitiez «rompre avec la France moche». Pour ce faire, vous disiez que «la procédure de concours doit évoluer et tendre à redevenir la règle. Les concours d’architecture sont des espaces privilégiés de dialogue, d’échange et de compréhension. Ils doivent permettre aux élus de dépasser l’approche programmatique, fonctionnelle et financière et leur permettre de se saisir de la question architecturale». Vous annonciez également vouloir vous «appuyer davantage sur l’excellence des architectes et la sensibilisation des acteurs chargés de la commande publique».

Nous sommes au service de cette exigence que vous appeliez de vos vœux, et restons à votre disposition pour construire avec vous une loi ELAN ambitieuse et innovante, pour imaginer ensemble de nouvelles règles de fabrication du cadre bâti. Simplifier, construire plus, plus vite et surtout mieux, pour répondre aux énormes besoins sociétaux et défis environnementaux, au service des citoyens, dans le sens de l’intérêt général.

Nous espérons vivement que vous entendrez notre demande et que l’instruction de la loi ne se fera pas sans que nous ayons pu échanger sur nos propositions et que vous ayez pu en amender certains points d’importance.

Dans l’espoir que vous porterez une attention toute particulière à ce sujet majeur, 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

Pour signer cette pétition, rendez vous à la page suivante : https://www.change.org/p/alerte-des-architectes-futur-du-patrimoine-architectural-et-urbain-en-danger-loi-elan?recruiter=866731066&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

Réactions

Avantipopolo | 05-04-2018 à 11:10:00

Réaction peut être trop immédiate mais je me risque : il me semble toujours très hasardeux de placer l analyse de l architecture, de l urbanisme sur une notion tellement vague et mouvante que celle de la beauté et la mocheté ....

Remarque sur les concours : depuis des décennies la question se pose ! Pourrait on réfléchir en d autres termes que ceux de la compétition et de marché ?

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |La fine équipée de Monica Donati

Le collectif avant tout ! Monica Donati s’empresse de présenter tous ses collaborateurs. Elle évoque même avec enthousiasme un nouveau projet d’association - 300% - qu’elle monte avec Margot-Duclot et Paul...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |FUSO, les trois jamais à l'étroit

«Voyez avec notre avocat». La phrase pourrait en effrayer plus d'un. Elle se veut, bien au contraire, rassurante. Le troisième homme de l'agence parisienne FUSO, Ghislain Grotti, est un professionnel du droit des affaires. La...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Ludwig Leo, le techno-pop berlinois

L’AA School rend hommage à Ludwig Leo, figure discrète de la scène architecturale allemande disparue en 2013. L’exposition, qui fait escale à Londres du 5 mai au 6 juin 2015, a d’ores et...[Lire la suite]