Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Edito | Voir jaune... ou lire entre les lignes ? (12-12-2018)

Comment une revue d’architecture pourrait aborder ‘les événements’ qui nous interrogent tous aujourd’hui ? En apportant son lot de doléances ? En participant au lamento collectif ? En rampant vers le domaine de l’obscénité pour se prêter au jeu du «pièges à clic» appelé plus vulgairement «putaclic» ? Le Courrier de l’Architecte vous propose, comme remède, un peu de lecture… car les pages d’un ouvrage, si elles ne sont pas l’échappatoire escomptée, sont un parfait moyen de prendre du recul. A vos livres !

France

Parcourir les rues de Paris depuis un mois, le samedi, mène à bien des enseignements. Le plus effrayant est sans doute celui de voir cohabiter des mondes dont on ne sait s’ils s’ignorent, s’ils se tolèrent, s’ils se soutiennent ou s’ils se méprisent.

Aller rue de Rivoli, le 1er décembre et découvrir dans la rue des Gilets Jaunes qui protestent. De l’autre côté des grilles des Tuileries, d’autres Gilets Jaunes perdus comme dans âmes en peine. Il y a aussi des casseurs, armés pour en découdre. Des racailles, bouteille de combustible à la main, aux aguets derrière les arcades, prêt à enflammer le moindre véhicule. Puis, au marché de Noël, des gens qui s’élancent, comme si de rien était, sur la glace, chaussés de patins. Enfin, dans cet ubuesque chaos hebdomadaire '10h-18h00', des touristes qui regardent avec curiosité et des Parisiens qui poursuivent leurs activités.

Quel rôle pourrait avoir, dans ces circonstances, une revue d’architecture…? Mystère!

Aussi, Le Courrier de l’Architecte vous propose quelques lecteurs et, certaines d’entre elles sonnent comme un curieux écho aux interrogations actuelles.

L’ouvrage de François Chaslin, Rococo, est, par exemple, une fable désenchantée sur l’évolution les médias, sur les débats qui ne sont désormais plus que des affrontements, sur la recherche effrénée de polémiques souvent vaines, sur les réseaux sociaux et la pandémie qu’ils autorisent, celle de l’«ebola du blablabla».

L’ouvrage de Philippe Duboÿ chatouille, quant à lui, les tentations complotistes et conspiratrices… mais dans le cadre d’une étude sérieuse portant uniquement sur l’oeuvre de Jean-Jacques Lequeu.

Présenter une nouvelle fois le travail de Patrick Bouchain réveille lesouvenir du «permis de faire»… qu’en serait-il aujourd’hui d'un permis de...défaire ?

Finalement voilà autant de thématiques prises au détour d’ouvrages consacrés à l’architecture sinon à ces figures tutélaires. Toutes renvoient avec cruauté à l’actualité.

Le temps de la lecture autorise une mise à distance autrement plus saine que l’émotion soulevée avec brusquerie dans l’immédiaté d'un flot d’images en continu.

Nous espérons alors que cette publication permette un peu de recul qui, aujourd’hui, semble plus que jamais nécessaire.

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Philéas

Cette année, Philéas a soufflé ses 25 bougies et se développe joyeusement : une équipe maintenant de 25 collaborateurs, renforcée par un pôle image et un pôle communication, des projets autour de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de CFSA

Il n'y a aucune excuse pour faire quelque chose qui ne soit pas d'une beauté frappante - William Morris[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de DVVD

2018 est dans la continuité des années précédentes avec le démarrage de plusieurs chantiers : la couverture du central de Roland Garros, l’hôtel Meininger Porte de Vincennes, le cinéma MK2 Nation,...[Lire la suite]