Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Hommage | Kevin Roche, qu'avez-vous fait pour empêcher une guerre nucléaire ? (06-03-2019)

C’est ainsi qu’une « dame » de Las Vegas, Nouveau Mexique, a interpellé Kevin Roche sur son « art ». L’architecte lui a répondu dans son discours prononcé à l'occasion de la remise du Pritzker Prize qui lui a été décerné en 1982. Le Courrier de l’Architecte vous livre ce texte inédit en français de l'architecte américain disparu ce 1er mars 2019.

Etats-Unis

Tout d’abord, je dois remercier :

La famille Pritzker et, à travers son prix, sa prévoyance et sa générosité, toutes deux extraordinaires, mais aussi pour son intention de « stimuler la créativité et de contribuer à développer une sensibilité profonde » à l’égard de l’environnement.

Carleton Smith, dont l'énergie et l'imagination ont donné naissance à ce prix et qui le soutient avec un engagement aussi extraordinaire qu’intense.

Ceux qui ont besoin de construire, ceux qui choisissent les services d'un architecte et ceux qui rendent l'architecture possible. Pour être un bon client, il faut beaucoup de patience, de courage et d’endurance.

Ceux qui écrivent sur l'architecture, tant ceux qui ont fait part de leur soutien que ceux qui ont été critiques. Votre voix a toujours été entendue.

Les bons architectes qui ont constitué notre agence au fil des années et à qui je dois une grande partie de ce qui est honoré ici ce soir.

John Dinkeloo, mon cher ami de trente ans. Sans sa force, son habileté et ses nombreux talents, ce travail n’aurait jamais été possible. 

Eero Saarinen, dont la courte vie représente pour beaucoup d’entre-nous la pleine dimension et le véritable rôle d’un architecte et dont la mémoire sera honorée par la remise du don généreux qui accompagne ce prix. 

Enfin, cette grande communauté libre, les États-Unis, et tous les autres, libres aussi, qui nous permettent à tous de vivre et de travailler librement dans un monde où cette notion de liberté individuelle a une grande valeur ; elle n’est toutefois réalité que dans quelques endroits fortunés du monde.

Maintenant… la notoriété apporte avec elle son lot de courriers envoyés par des fans et cet événement n’a fait qu’amplifier le mouvement. C’est à la fois stimulant, exaltant voire enrichissant de recevoir une telle approbation. 

Laissez-moi donc vous lire un échantillon afin que vous puissiez partager mon plaisir.

Cette lettre vient d'une dame de Las Vegas, au Nouveau-Mexique. C’est l’une de ces personnes qui aime aller au fond des choses dès son premier paragraphe: « Je pense que les membres du comité Pritzker doivent être fous pour honorer, en 1982, un architecte qui conçoit en verre et en maçonnerie / acier. Ces gaspilleurs d'énergie sont datés, vieux, ternes et ennuyeux. Oui, j’ai lu tout ce baratin qui circule autour de « l’espace public sensuel » et de « l’exploration d’œuvres élégantes », etc., etc. Ce qui est encore plus exaspérant pour une amoureuse de son pays et de son art, c’est que ce prix aura une incidence sur l’enseignement en école d’architecture en plus de promouvoir plus encore ces modèles moribonds. »

Tout cela est arrivé dans une grande enveloppe sur laquelle était inscrite, avec audace, la question suivante : « Qu'avez-vous fait aujourd'hui pour empêcher une guerre nucléaire? » 

Eh bien, cela m'a un peu pris de court. Je pensais n’avoir rien fait, ce jour-là, pour empêcher une guerre nucléaire. Mais notre nature humaine est telle que j'ai immédiatement commencé à justifier mes actes. 

Construire n’est-il pas un acte de foi en l'avenir, un acte d'espoir ? L’espoir que le témoignage de notre civilisation sera transmis à d'autres ? L’espoir de faire quelque chose de sain, utile et beau qui reflète aussi clairement et véritablement nos propres aspirations ? L’espoir qu’il s’agit là d’un art qui communiquera avec l’avenir et touchera les prochaines générations comme nous avons, nous-mêmes, été touchés et émus par le passé.

L’architecture est un art : l’histoire nous en donne la preuve, mais nous ne pouvons pas encore juger l’art de notre époque. Nous ne pouvons que désirer en faire autant. Il est cependant présomptueux de faire de l’architecture un art sans en comprendre la nature, et il est aussi dangereux de le confondre avec la mode. L'art est difficile. Il est la conclusion d’une profonde réflexion sur la nature des choses plutôt que sur l’acceptabilité et les éloges. Il est si facile d’oublier que nous construisons des bâtiments pour les gens, ceux qui doivent les voir et ceux qui doivent les utiliser. Il est si facile d’oublier que ces personnes sont des individus aux besoins et aux goûts divers et qu’il est difficile de se rappeler qu’elles ne sont pas que des chiffres.

Nous devrions accepter la responsabilité de créer notre environnement et nous saisir de l’occasion qui nous est offerte d’éduquer la société et de l’amener à considérer l’amélioration de son habitat. 

Nous devrions aussi laisser d’autres identifier plus tard ce qui était de l’art et ce qui était tendance. Laissons à ces autres le soin de mesurer notre civilisation. 

Nous devrions enfin, tous autant que nous sommes, faire preuve de volonté pour créer une civilisation dans laquelle nous pouvons vivre en paix avec la nature mais aussi les uns avec les autres. Bien construire est un acte de paix. Espérons donc que ce ne soit pas en vain.

Kevin Roche

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Naud et Poux Architectes

2018, c’est trois livraisons significatives : 81 logements pour personnes âgées à Lyon, 37 logements en accession sociale à Gennevilliers et l’aménagement des espaces intérieurs du 55 Amsterdam....[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Michel Rémon & Associés

3 bâtiments en chantier // livraison de l’hôpital Edouard Herriot à Lyon // une large ouverture à l’international : concours en Autriche, Allemagne, Russie et en Belgique enfin avec le concours gagné pour...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de TVAA

L’année 2018 de Thierry Van de Wyngaert Architectes Associés (TVAA) a commencée en fanfare par une exposition à la Galerie d’architecture et la publication d’une monographie dans la collection We...[Lire la suite]