Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Opinion | Qui tue l'architecture et, par là même, le patrimoine ? Les appels d'offre ? (17-04-2019)

Ceux qui pleurent la disparition de la forêt de Notre-Dame et ceux qui se lamentent sur la médiocre qualité de l’architecture contemporaine ont, peut-être, un point commun : leur rejet des appels d’offre. Des relations déshumanisées et dépersonnalisées entre architectes et entreprises finissent en effet par causer les plus regrettables dommages.

France

Voir les toits de Notre-Dame de Paris brûler est un triste spectacle. Ce d’autant plus que la restauration de la flèche allait prochainement débuter.

Cette curieuse coïncidence laisse imaginer, au pire, un acte criminel, au mieux, une erreur humaine sinon un incident technique. Les conclusions de l’enquête ne sont pas encore rendues. Peut-être ne le seront-elles jamais.

Ceci étant écrit, la manière dont les travaux de restauration d’une cathédrale sont en France conduits soulève bien des interrogations.

Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à observer l’évolution des pratiques ou bien les comparer à celles d’autres pays. L’Allemagne par exemple.

02()_B.jpgContrairement à la France, les cathédrales ne sont pas, outre-Rhin, la propriété de l’État. Elles ne sont donc pas soumises, pour leur restauration, aux appels d’offre. Mieux encore, chaque cathédrale bénéficie d’une Bauhütte réunissant artisans et compagnons.

Ces organisations sont les dignes héritières des «loges de bâtisseurs». A Cologne, la cathédrale – la plus grande d’Allemagne – emploie 80 personnes au sein de sa Bauhütte : maçons, sculpteurs, tailleurs de pierre, peintres, verriers, charpentiers, couvreurs, électriciens, serruriers, forgerons, orfèvres et plombiers en plus de secrétaires, d’architectes, d’ingénieurs, d’historiens de l'art et d’archéologues.

Tous travaillent de concert à l’entretien de l’église. Ils lui sont «fidèles». En France, seule la cathédrale de Strasbourg répond de cette même organisation autorisée par le régime concordataire. La Fondation de l'Oeuvre Notre-Dame veille ainsi depuis huit siècles au maintien du célèbre lieu de culte.

Depuis 1999, date d’une convention cadre entre l'État et la Fondation, cette dernière a le statut de maître d'ouvrage délégué pour les chantiers d'entretien, de conservation et de restauration de la cathédrale. La maîtrise d'œuvre des opérations est, quant à elle, assurée depuis 2013 par Pierre-Yves Caillault, Architecte en Chef des Monuments Historiques.

Dans le reste de l’hexagone, il faut donc s’en remettre, pour le choix des entreprises, à des appels d’offre mais aussi à des marchés en corps d’état séparés et, pire encore, à des sous-traitants dont le nombre est toujours plus grand.

Dans ce contexte, les entreprises spécialisées dans la restauration de monuments doivent, pour aller conquérir leur marché, se délocaliser pour être progressivement fragilisées. Elles ont, par conséquent, pour beaucoup d'entre elles, été rachetées par les majors de la construction qui parfois, faute d’avoir toutes les compétences, sous-traitent à tour de bras.

C’est du moins ce qui peut arriver pour la réalisation, par exemple, d’un échafaudage. Aussi sérieuse soit l’entreprise – il n’est pas question ici d’incriminer celle ayant réalisé l’ouvrage au-dessus des toits de Notre-Dame – elle peut avoir recours, par exemple, à défaut d’une équipe suffisante, à des intérimaires. Difficile, dans ces circonstances, de connaître les valeurs de chacun et mieux encore, de contrôler son attitude.

Idem pour les entreprises qui interviennent en corps d’état séparés. Pourquoi se préoccuperaient-elles des autres et de leur travail ? L’idéal collectif qu’appelait la réalisation d’une cathédrale au Moyen-age n’existe désormais plus.

03()_B.jpg

Les Bauhütte allemandes autorisent, quant à elle, l’appropriation d’un projet mais aussi l’auto-surveillance entre artisans. En outre, ces organisations développent une connaissance précise et rigoureuse d’une construction ancienne, une intimité qu’aucune entreprise n’aura jamais.

De quoi, par contraste, douter de la pertinence des appels d’offre pour tout type de projet…

Jean-Philippe Hugron

Réactions

jfc | architecte | Occitanie | 18-04-2019 à 12:00:00

Notre Dame commence à synthétiser les arguments de notre société consumériste : tout, tout de suite et pas cher, comme notre président qui VEUT un chantier terminé dans quatre ans, et tous ces cadors qui sortent l'oseille pour défiscaliser... Un futur chantier d'esclaves pointe son nez, revendiquons une autre dimension avec une éthique différente de celle de la grande distribution!

Olu | Architecte | Ile de France | 18-04-2019 à 07:54:00

Voila l'occasion rêvée de faire de même pour Notre Dame... La maison du Compagnonnage est toute proche, les talents et passions ne demande qu'a émerger, enfin!

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de DVVD

2018 est dans la continuité des années précédentes avec le démarrage de plusieurs chantiers : la couverture du central de Roland Garros, l’hôtel Meininger Porte de Vincennes, le cinéma MK2 Nation,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Gilbert Weil

AuroreLe permis de démolir était en cours.Mais “La tour prends garde de te laisser abattre“ a été entendu.[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Gaëtan le Penhuel & Associés

Dans le nouveau quartier de la Confluence à la pointe de la presqu’île lyonnaise, l'atelier d'architecture Gaëtan le Penhuel & Associés a livré en 2018 un projet au programme mixte réparti en deux...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Margot-Duclot

Le mois de décembre 2018 prolonge une année très occupée par des chantiers et des concours avec le suivi de 5 opérations simultanées : la dernière ligne droite pour la Caserne de Reuilly à Paris...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Vous Etes Ici

2018 est une année constructive préparant 2019 : Les premières livraisons commencent. Les écoliers du groupe scolaire Renaudel à Montrouge ont fait leur rentrée 2018-2019 dans un nouveau cadre. La...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Atelier Aconcept

Depuis 2001, Atelier Aconcept affûte ses méthodes en misant sur la bonne humeur. C’est ce qui permet à son équipe de proposer des projets radicalement tournés vers le quotidien des usagers. Ainsi, la salle Jean...[Lire la suite]