vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Shanghai

Présentation | Refuge Tianzhushan : Archiplein fait le vide (17-11-2010)

Pour le refuge Tianzhushan (province de l’Anhui, Chine), les architectes d’Archiplein ont mis en oeuvre une «philosophie de la disparition» inspirée de l’iconographie chinoise. Résultat : composé de plis et déplis en écho à la topographie, l’infrastructure touristique, en partie invisible, se fond dans son paysage. Présentation.

Développement durable | Bâtiments Publics | Divers | Béton | Bambou | Shanghai | Archiplein

Le Refuge Tianzhushan se situe dans la province de l’Anhui, dans l’environnement naturel pur et calme d’une des cinq montagnes sacrées taoïstes de Chine. Fier de cette spécificité, le gouvernement local tente de développer un réseau d’infrastructures touristiques respectueuses de ce paysage.

Pour établir la nouvelle relation entre le bâtiment et ses environs, le projet prend référence dans l’iconographie classique chinoise. Dans ce type de représentation, le bâtiment et la nature ne sont pas deux systèmes mis en concurrence mais ils représentent un tout harmonieux.

L’architecture n’est pas le sujet majeur de la composition, bien au contraire, elle reproduit en tous points la forme et les couleurs de son contexte en suivant le mouvement général du paysage.

L’implantation illustre cette philosophie de la disparition en définissant le bâtiment comme la continuité de la topographie existante et en minimisant son impact sur la montagne adjacente.

Le bâtiment se plie dans un mouvement naturel et définit une série de facettes. En accord avec la topographie, il se compose de deux niveaux. Le plan du sous-sol est connecté aux éléments naturels; il est à la fois ancré dans la roche et organisé en longueur le long du rivage. Au rez-de-chaussée, le programme se divise en deux entités. Une zone publique, connectée au sous-sol, comprend le hall d’entrée, la salle principale et l’ensemble des services. Une zone privée, localisée dans un second corps de bâtiment, abrite les dortoirs. Sur le plan de masse, seule la partie centrale du bâtiment est visible tandis que les deux autres sont entièrement recouvertes par la pente.

02(@Archiplein)_B.jpg.jpg La matérialité de l’ensemble est délibérément simple. Bambou et béton sont mis en oeuvre de manière assez brute, sachant que le processus de construction, contraint par un accès difficile au site, a un impact conséquent sur l’aspect du bâtiment. En effet, le site est perdu au sein une montagne vierge uniquement accessible par un sentier piéton. L’ensemble de la construction sera d’ailleurs réalisée par des travailleurs locaux.

Archiplein

Fiche technique

Architecte : Archiplein
Programme : maison de thé, restaurant, dortoirs.
Localisation : montagne Tianzhushan, Anhui province, Chine
Client : Gouvernement de l’Anhui
Année : 2009
Construction : décembre 2010 - 2011
Surface : 850m²
Budget : 6.000.000 RMB

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Présentation |2/3/4/ dans la balance

Nouveau marché en maîtrise d’œuvre et question de la représentation de la justice...autant de sujets abordés lors d'un projet malheureusement boudé de palmarès en tout genre… pour une raison...[Lire la suite]

elzinc novembre

Actualité |Niemeyer, d'outre-tombe

Cinq ans après sa mort, l'architecte brésilien promet encore des chantiers et des réalisations. Le dessin aurait été imaginé peu avant sa mort en 2012. Son commanditaire promet sa concrétisation d'ici...[Lire la suite]



elzinc novembre

Livre |L'architecture 'invisible' de Bernard Zehrfuss

Bernard Zehrfuss, Fitzcarraldo de Fourvière ? En s’appropriant les pentes de la colline sur laquelle, autrefois, se développaient les gradins de l’amphithéâtre de Lugdunum et en y logeant le musée...[Lire la suite]

elzinc novembre

Présentation |Un art de la douceur, Atelier Martel

Sur un élégant dossier consacré à la Maison d’Accueil Spécialisée pour épileptiques à Dommartin-lès-Toul, Atelier Martel fait figurer son nom en lettres capitales ainsi que les mots...[Lire la suite]

elzinc novembre

Présentation |Fernando Menis, volcan, soupe et kilomètre zéro

Depuis Tenerife, Fernando Menis imagine une architecture tellurique, quasi volcanique. La plupart de ses édifices sont d’imposantes structures minérales, plus ou moins torturées, autant que peuvent l’être...[Lire la suite]

elzinc

Livre |L'architecture 'invisible' de Bernard Zehrfuss

Bernard Zehrfuss, Fitzcarraldo de Fourvière ? En s’appropriant les pentes de la colline sur laquelle, autrefois, se développaient les gradins de l’amphithéâtre de Lugdunum et en y logeant le musée...[Lire la suite]