Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Shanghai

Présentation | Refuge Tianzhushan : Archiplein fait le vide (17-11-2010)

Pour le refuge Tianzhushan (province de l’Anhui, Chine), les architectes d’Archiplein ont mis en oeuvre une «philosophie de la disparition» inspirée de l’iconographie chinoise. Résultat : composé de plis et déplis en écho à la topographie, l’infrastructure touristique, en partie invisible, se fond dans son paysage. Présentation.

Développement durable | Bâtiments Publics | Divers | Béton | Bambou | Shanghai | Archiplein

Le Refuge Tianzhushan se situe dans la province de l’Anhui, dans l’environnement naturel pur et calme d’une des cinq montagnes sacrées taoïstes de Chine. Fier de cette spécificité, le gouvernement local tente de développer un réseau d’infrastructures touristiques respectueuses de ce paysage.

Pour établir la nouvelle relation entre le bâtiment et ses environs, le projet prend référence dans l’iconographie classique chinoise. Dans ce type de représentation, le bâtiment et la nature ne sont pas deux systèmes mis en concurrence mais ils représentent un tout harmonieux.

L’architecture n’est pas le sujet majeur de la composition, bien au contraire, elle reproduit en tous points la forme et les couleurs de son contexte en suivant le mouvement général du paysage.

L’implantation illustre cette philosophie de la disparition en définissant le bâtiment comme la continuité de la topographie existante et en minimisant son impact sur la montagne adjacente.

Le bâtiment se plie dans un mouvement naturel et définit une série de facettes. En accord avec la topographie, il se compose de deux niveaux. Le plan du sous-sol est connecté aux éléments naturels; il est à la fois ancré dans la roche et organisé en longueur le long du rivage. Au rez-de-chaussée, le programme se divise en deux entités. Une zone publique, connectée au sous-sol, comprend le hall d’entrée, la salle principale et l’ensemble des services. Une zone privée, localisée dans un second corps de bâtiment, abrite les dortoirs. Sur le plan de masse, seule la partie centrale du bâtiment est visible tandis que les deux autres sont entièrement recouvertes par la pente.

02(@Archiplein)_B.jpg.jpg La matérialité de l’ensemble est délibérément simple. Bambou et béton sont mis en oeuvre de manière assez brute, sachant que le processus de construction, contraint par un accès difficile au site, a un impact conséquent sur l’aspect du bâtiment. En effet, le site est perdu au sein une montagne vierge uniquement accessible par un sentier piéton. L’ensemble de la construction sera d’ailleurs réalisée par des travailleurs locaux.

Archiplein

Fiche technique

Architecte : Archiplein
Programme : maison de thé, restaurant, dortoirs.
Localisation : montagne Tianzhushan, Anhui province, Chine
Client : Gouvernement de l’Anhui
Année : 2009
Construction : décembre 2010 - 2011
Surface : 850m²
Budget : 6.000.000 RMB

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Fresh Architectures

2018 a été une très belle année pour FRESH Architectures. A ce titre, ALLURE s’est affirmé comme le projet phare, mené de concert par nos équipes et par celles de notre partenaire : ITAR...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de OUALALOU + CHOI

2018. Un point tournant dans la trajectoire de l’agence OUALALOU + CHOI avec l’arrivée et avancement de plusieurs beaux projets en France, à vous dévoiler prochainement. Pourtant nos aventures architecturales et...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'Avenier&Cornejo

2018, année de l’engagement… pour l’environnement…la société… et l’Architecture a son rôle à jouer. Alors nous avons communiqué… exposition à New York sur...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Martin Duplantier Architectes

Des idées, des envies. De ville, de pièce. Une association, un renouveau. Un livre, une histoire. Des mots, des formes. Dessus, dessous. Loser, winner. [Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Elizabeth de Portzamparc

Le Musée de la Romanité de Nîmes, événement architectural et culturel contemporain, a été inauguré le 2 juin. Une monographie sur le travail d’Elizabeth de Portzamparc a été...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bruno Rollet

2018, une année innovante. Deux maisons connectées à Bezannes alliant domotique, télémédecine, et économie d’énergie : une façon nouvelle d’appréhender son lieu de...[Lire la suite]