tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Shanghai

Edito | Shanghai est une blonde (17-11-2010)

Souvenez-vous, les Jeux Olympiques ? L’exposition universelle ? Le point G occidental (G2, G8, G20, etc.), titillé, condescendait à octroyer ces évènements planétaires à la Chine promise à un bel avenir commercial. La Chine au rang des nations à travers le prisme occidental. La Chine maître de son destin à travers le prisme chinois.

Shanghai

A Shanghai, ne jamais sous-estimer l’humiliation des guerres de l’opium. Le quartier de l’ancienne concession française est couru, les belles n’en pensent pas moins. Quatre mil ans, la Chine a la mémoire longue.

Et courte.

La Chine devait s’ouvrir au monde à l’occasion des Jeux. Ah le nid d’oiseau ! Et en accepter l’amour courtois. Idem avec l’expo de Shanghai. Deux évènements au succès planétaire.

Le Tibet reste inaccessible. Chacun se tait à propos du prix Nobel. Google, comme tant d’autres, fait des courbettes.

Les Jeux Olympiques et l’Exposition universelle n’avaient pas de message pour le monde ; ils étaient conçus pour les Chinois. Ce sont eux qu’il fallait convaincre. La conquête de l’espace procède de la même politique intérieure.

Cela écrit.

En 1925 avait lieu l’Exposition internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de Paris. D’aucuns se souviennent de son influence. Léger, Picasso, Max Meldrum, Le Corbusier entre autres y furent plus que de simples visiteurs. Shanghai était la ‘Perle de l’Orient’.

Après l’expo universelle 2010, qui dans cent ans ?

Shanghai est depuis des siècles l’avant-garde chinoise. Quelle autre ville en ce pays s’enorgueillit d’un ‘Bund’ ? Un nom commun anglais qui plus est. Elle fut un havre durant les guerres mondiales.

Beijing possède bien sûr le pouvoir politique mais l’ouvrière d’une usine de jouets à Shanghai, si elle est native, pensera toujours que ce cadre pékinois qui lui fait la leçon n’est qu’un paysan. Le dialecte de Shanghai, incompréhensible pour quiconque n’y est pas né, est d’une ironie acérée.

Après tout, au-delà de l’histoire, dès 1992, Shanghai faisait appel aux Français pour organiser, sous l'égide de Joseph Belmont, un concours international sur l'aménagement du quartier Lujiazui, le coeur financier et économique de Pudong, projet auquel avait d’ailleurs participé Dominique Perrault. Le Master plan de l’expo fut conçu par Architecture Studio.

Et puis, la Chine actuelle, depuis que Deng Xiaoping, en 1984, puis Li Peng réintroduisirent les lois du marché et la libération des prix et avant Hu Jintao, l’actuel président chinois, ce sont Jiang Zemin puis Zhu Rongji, qui furent tous deux maires de Shanghai, qui ont œuvré pour les Jeux Olympiques et l’Expo universelle.

Bref, la Chine de demain est à Shanghai aujourd’hui.

Une visite s’imposait.

Christophe Leray

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]